nov - 2011 01

Dans le cadre du Congrès des milieux documentaires du Québec, les Bibliothèques de Montréal organisent un Forum sous la thématique : « Investir le domaine du social : pour une bibliothèque utile et humaine » le vendredi 2 décembre.

Le Forum des Bibliothèques de Montréal approche et vous n’avez pas eu le temps de vous pencher véritablement sur son contenu? Laissez-moi vous mettre l’eau à la bouche en vous présentant nos conférenciers internationaux!

Judith HareJudith Hare, Directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax. Les bibliothèques ayant mis en place le programme “Working together”.




Fred J. GitnerFred J. Gitner, Assistant Director for New Americans Programs & International Relations, Queens Library. Sa particularité? 62 bibliothèques, des nouveaux arrivants provenant de plus de 190 pays et parlant 160 langues!




maija_tete Maija Berndtson, Directrice de la Bibliothèque centrale d’Helsinki. La nouvelle bibliothèque centrale de Helsinki est en pleine conception! Elle verra le jour en 2017 et accueillera entre ses murs…un sauna!




Le programme complet de la journée

Heather Brydon, bibliothécaire à Lachine et chargée de cours au School Information Studies de l’Université McGill dressera un état de la situation en Amérique du Nord et plus particulièrement au Québec quant à l’intervention des bibliothèques sur le plan social. Quand cette intervention a-t-elle commencé à voir le jour? Quel chemin avons-nous parcouru depuis?

LJ QueensNous accueillerons ensuite un orateur né : Fred J. Gitner. Ce francophile avéré nous entretiendra des meilleures pratiques de la Queens Library. Il nous expliquera comment concevoir des programmes et services destinés aux nouveaux arrivants et dont l’objectif est de permettre de s’adapter à la vie aux États-Unis aussi rapidement que possible, le tout en gardant et en partageant leur culture avec toute sa communauté. Vous souhaitez avoir un avant-goût de leurs réalisations? Consultez leur Page Facebook!


Après le dîner…

…nous écouterons Marie Désilets nous parler de la pertinence d’encourager la participation citoyenne dans nos bibliothèques. Après en avoir défini clairement les concepts, elle nous relatera diverses expériences afin de mieux en saisir les enjeux. Pour vous mettre en appétit, une vidéo dynamique et mobilisante sur le développement durable!

D’autres exemples concrets seront ensuite proposés par Judith Hare. La directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax, bibliothèques “durables”, nous exposera approche et techniques pour rejoindre les diverses personnes issues des communautés culturelles, les autochtones ainsi que les communautés rurales. Selon elle, les bibliothèques ne sont pas durables si elles ne sont pas totalement utilisées par toutes les communautés qu’elle dessert.

Halifax“I have learned a totally different approach to librarianship and the library than I have ever heard of before. I went through how many years of schooling, and it never touched upon it once. My whole idea of librarianship is now community-development centered. All it took was a shift in thinking. It is not extra work; it is a shift in my duties.” — Branch Staff Evaluation

Après une pause…


Helsinki_2017
…nous découvrirons avec avidité le projet de la nouvelle Bibliothèque centrale d’Helsinki et comment le souci constant d’intégration sociale de la population est pris en compte dans la conception de l’offre de services de cet établissement. Ces dernières années, deux projets particulièrement novateurs et qui vont « beaucoup plus loin » en matière de services ont vu le jour à Helsinki  Library 10 et meetingpoint@lasipalatsi. Leur analyse a fortement servi à la conception de la nouvelle bibliothèque.

Madame Berndtson nous entretiendra également des liens privilégiés entre la bibliothèque et le milieu scolaire et nous en exposera les conséquences en terme d’insertion sociale chez les jeunes.

logo-cdeacfNous ferons ensuite une incursion dans le monde de l’alphabétisation avec Rosalie Ndejuru, conseillère principale au CDEACF. Celle-ci nous exposera les impacts sociaux des stratégies déployées par cet organisme sur les communautés qu’il dessert.

Enfin, Louise Guillemette-Labory, nous démontrera que oui, le développement social est au cœur de la vocation des bibliothèques. Comment? Je lui en laisse la surprise…!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2011 06

43 biblios

Cet été, Mme Véronick Raymond, du blogue de Radio-Canada, écrivait Les cinq commandements du parfait rat de bibliothèque montréalais. Pour elle, un aspect majeur et positif de notre réseau résidait dans la spécificité de nos 43 bibliothèques:

« Chaque établissement a sa spécificité, à l’image des communautés qui le fréquentent. À la Bibliothèque interculturelle du chemin de la Côte-des-Neiges, on a une collection de livres en langues étrangères allant du vietnamien à l’hindi en passant par le tamoul et le tagalog… alors qu’à Hochelaga, on a l’une des plus grandes collections pour enfants. Certaines bibliothèques sont miniatures, d’autres logent dans de beaux édifices historiques.»

En effet, nous sommes un grand réseau. Nous nous sommes donc dit qu’il serait intéressant d’apprendre à mieux se connaître et d’avoir un espace commun pour partager nos particularités. L’objectif est fort simple : faire le tour des 43 bibliothèques de notre réseau en moins de 52 semaines. Les billets seront diffusés les lundis, de septembre 2011 à août 2012.

Pour les plus motivés, c’est aussi une occasion d’en apprendre plus sur la méthode de publication de ce blogue.

Voici les règles du jeu :

  • Nous demandons un texte d’environ 150 à 250 mots avec une ou deux photos (ou vidéo, pour les plus motivés).
  • Nous cherchons à connaître et à mettre en valeur la spécificité de votre bibliothèque: que ce soit par l’entremise d’une collection particulière, d’une activité particulière, de votre bâtiment, des usagers de votre arrondissement, de vos employés, etc.
  • Puisque vous écrivez pour vos collègues, nous vous invitons à user de cette liberté dans l’écriture et le style de vos textes.
  • Les plus courageux peuvent prendre cette occasion pour apprendre à publier sur Espace B via l’interface WordPress. Pour les autres, nous nous occuperons de la publication. Patrick M. Lozeau est à votre disposition pour vous aider si vous avez des questions.
  • Le mieux serait un article par bibliothèque et non un article par arrondissement, mais nous sommes accommodants.
  • Les billets doivent nous être envoyés le vendredi précédant votre publication.

Pour partir ce projet, nous avons décidé de demander à certaines personnes de partir l’aventure.

  • Mardi, 6 septembre : Présentation du projet
  • Lundi, 19 septembre – Bibliothèque Jean-Corbeil (Olivier Barrette)
  • Lundi, 26 septembre – Bibliothèque Saint-Pierre (Francine Dupuis)
  • Lundi 3 octobre – Bibliothèque Robert-Bourassa (Jean-François Pépin)
  • Lundi, 10 octobre – Bibliothèque Langelier (Madeleine Godin)

Merci beaucoup et en espérant que ce projet vous emballe autant que nous,

Thierry Robert,
Pour l’équipe des médias sociaux

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2011 19

5715585792_1ca4708931_z
L’été autour de Publie.net tire à sa fin. Lundi prochain, le 22 août, nous clôturerons en beauté cette fête du livre numérique par une séance de clavardage avec l’auteur François Bon à 12h.

Nous avons été ravis par la réponse favorable du public à l’égard de ces oeuvres littéraires numériques disponibles en lecture continue. Saviez-vous que 38 365 pages ont été lues en ligne au cours des deux derniers mois? Une belle surprise pour les bibliothécaires qui se sont engagés dans ce projet de médiation, bien plus par conviction et par passion que sur les heures de travail et sur la promesse de statistiques éclatantes…Même le catalogue s’est mis de la partie: tous les titres impliqués dans les activités ont été traités de manière à être accessibles.

Ce résultat suggère néanmoins que les efforts consentis en matière de médiation numérique et de mise en valeur de ressources en ligne peuvent faire une différence. C’est aussi très réjouissant de constater que l’on peut explorer des mondes qui ne sont pas ceux de la littérature mainstream et que l’on peut contribuer à la bibliodiversité.

Les animations qui ont été réalisées dans le but d’accompagner chacune des oeuvres sélectionnées dans le cadre du parcours de lecture proposé ne manquaient pas de bonne humeur et de folie. Avec La science des lichens de Mahigan Lepage, nous avons lancé un Tumblr d’occasion. Pour Cartons de Christine Jeanney, la première semaine de juillet, nous avons déménagé des textes sur le thème du déménagement et réuni des auteurs en co-location dans une auberge espagnole sur Scoop.it. Le scarabée d’or d’Edgar Allen Poe, qui est une oeuvre de cryptologie avec une énigme à décoder, a été le prétexte pour proposer des codes QR (et incidemment, le prétexte pour faire en sorte que la médiation des oeuvres circule entre les territoires physiques et numériques des bibliothèques). L’auteur G@rp de Locked in Syndrom – où il est question de jeux vidéos- a ensuite accepté de se prêter au jeu de l’entrevue avec notre bibliothécaire spécialiste des jeux. C’était une façon de renouer avec la rencontre d’auteur classique mais version en ligne. Quand le roman noir de Didier Daeninckx, À louer sans commission, est arrivé, nous avons été rencontrer le Directeur de la police du SPVM pour lui demander de partager avec nous ses coups de coeur policier, ne manquez pas de voir les vidéorecommandations! Les Notules dominicales de culture domestique par Philippe Didion ont été introduites et portées dans un écrin par un lecteur d’exception: Benoît Melançon de L’oreille tendue a accepté de nous amener avec lui À la découverte de la Notulie. Nous sommes quelques uns à ne pas en être encore revenu. Avec Les Je-sais-pas de Sarah-Maude Beauchesne qui est une création qui s’écoute autant qu’elle se lit, nous avons augmenté l’oeuvre d’une playlist qui présente des pièces de musique qui sont mises en scène dans le texte…

Et maintenant, c’est la semaine du chef d’orchestre de Publie.net et l’auteur de l’essai Après le livre: François Bon que nous recevons avec un très très grand plaisir. Je vous invite à consulter la mise en réseau de Après le livre, préparée par Patrick Lozeau. Soulignons que Après le livre paraîtra aux éditions du Seuil en septembre 2011 – avec une peau en papier.

Vous avez tout le weekend pour lire cette oeuvre, si ce n’est déjà fait, et, que vous l’ayiez lue en tout ou en partie, ou pas du tout – vous en aurez le goût ensuite-, nous vous invitons à discuter de cette lecture et de la question : qu’est-ce que l’écriture numérique change au destin du livre et aux enjeux de la littérature?, lundi prochain en clavardant avec François Bon. Aiguisez vos claviers!

| La photo représentant François Bon provient de la galerie de la Bibliothèque universitaire d’Angers sa-by-cc source : Flickr |

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2011 11

Le 12 novembre prochain aura lieu la National Gaming Day, une journée consacrée aux jeux en bibliothèques. Initiée par l’American Library Association (ALA), cette journée se veut être une occasion de rassembler les usagers autour des aspects sociaux, éducatifs et divertissants des jeux. Durant cette journée, les bibliothèques participantes offrent des activités incluant des  jeux vidéo, des jeux de société, des conférenciers, des tournois et des activités ludiques en tout genre.

Qui ne voudrait pas jouer à Frogger en bibliothèque?

Cette année, 2,000 jeux de société seront donnés gratuitement aux bibliothèques étatsuniennes participantes par la compagnie de jeux de société All Things Equals Inc. En plus, deux tournois de jeux vidéo entre bibliothèques sont à l’honneur: Super Smash Bros Brawl (Nintendo Wii), et le jeu vidéo rétro: Frogger.

Quelques chiffres de l’édition 2010

Aux États-Unis, 1882 bibliothèques ont participé à l’édition 2010 de la NGD. En additionnant les 787 bibliothèques ayant fourni des statistiques de visites, il y aurait eu 26 504 participants l’année dernière!

En plus, le tournoi de Super Smash Bros Brawl de l’année dernière a eu lieu simultanément dans 47 bibliothèques durant cette journée. Malgré que la très grande majorité des bibliothèques participantes soient, en ce moment, étatsuniennes, quelques bibliothèques internationales ont aussi participé dont environ une dizaine au Canada.

Malgré que la NDG soit en très grande majorité étatsunienne, une dizaine de pays y participent

Et à Montréal?

L’année passé, quatre bibliothèques de la Grande Région Métropolitaine ont participé à la National Gaming Day: Brossard, Saint-Pierre, Montréal-Nord et St-Léonard.

En tant que pôle international des jeux vidéo, je crois qu’il serait des plus intéressants que les bibliothèques de la province de Québec s’approprient ce concept unique d’une journée de jeu en bibliothèque.

Évidemment, il serait aussi pertinent de trouver une traduction pour le nom de cette journée, ce qui permettrait aussi de lui enlever son aspect «national». La «journée du jeu en bibliothèque»…  peut-être, peut-être quelque chose de plus original?

Pour cette année, si votre bibliothèque est intéressée à participer à cette journée, vous pouvez vous inscrire gratuitement sur le blogue officiel de la National Gaming Day.

Pour plus d’informations

Blogue officiel de la National Gaming Day

Groupe Facebook de la National Gaming Day

Un article sur Kotaku sur la National Gaming Day de 2010

En espérant vous voir y participer,

Thierry Robert
« Cet article est une retranscription de Ludicite.ca« 

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juil - 2011 29

Portrait de Sarah Vaughan
Je débite cette petite rengaine plusieurs fois par jour et ça commence à franchement m’énerver.
Ça va comme suit :

- Avez-vous un accès Internet ?
- Oui.
- Vous auriez pu consulter le catalogue de chez vous et renouveler vos documents vous-mêmes.
- Ah ! oui !
- Attention, cependant, lisez bien les consignes. Quand ça devient rouge, méfiez-vous.
- OK.
- Vous pourriez aussi réserver les documents qui vous intéressent.
- Ah ! oui !
- Aimeriez-vous une démonstration ?
- OK.

Au pif, je dirais qu’un citoyen sur deux ne sait pas que la consultation du catalogue Nelligan peut se faire en ligne.
Je transmets une expérience terrain du bout de l’île, mais je parie que le phénomène est réseau.

Serait-il possible, envisageable et/ou souhaitable d’informer les citoyens ?
Des placards dans le métro ? Des barbouillages sur les autobus ? Des aimants de frigo ? Des bannières tirées par des avions survolant la ville des festivals ?

Bref, j’aimerais changer de toune !

| L’image [Portrait of Sarah Vaughan, Café Society (Downtown), New York, N.Y., ca. Aug. 1946] (LOC) par Gottlieb, William P., 1917- provient de la galerie de la Library of Congress sur Flickr – Aucune restriction de copyright connue |

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juil - 2011 06

Page d'accueil du site Mille vies

Page d'accueil du site Mille vies


La version web de Mille vies, le roman-feuilleton en ligne des Bibliothèques publiques de Montréal, s’est terminée en juin, après 44 épisodes. Cette aventure, à laquelle ont participé auteur, bibliothécaires et programmeur analyste, se conclut avec, en poche: un prix Boomerang, un lectorat fidèle et un partenariat fructueux avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Petit tour du travail de diffusion

  • Représentation sur la page d’accueil des Bibliothèques publiques de Montréal et dans le catalogue Nelligan;
  • Diffusion d’une affiche dans les bibliothèques;
  • Rédaction d’actualités pour souligner le lancement, le prix Boomerang remporté et l’accès à la totalité des épisodes avec la fin du projet sur le web. Ces actualités auront suscité une vingtaine de commentaires favorables, ce qui est considérable;
  • Statut hebdomadaire sur la page Facebook des Bibliothèques de Montréal soulignant la parution d’un nouvel épisode;
  • Présentation du projet au Bookcamp Montréal, dans le cadre d’une journée d’échanges et de réflexion autour de l’avenir du livre. Étaient notamment conviés bibliothécaires, auteurs, éditeurs et libraires.
  • Parution d’un nouvel épisode annoncé aux lecteurs abonnés à l’infolettre.
  • Brève présentation du projet lors d’une rencontre avec des bibliothécaires scolaires de la Commission scolaire de Montréal et de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.
  • Rencontre d’auteur lors de l’assemblée générale annuelle des Amis de la Bibliothèque de Montréal.
  • Sélection du club des Irrésistibles, ce qui a entre autres permis une interaction supplémentaire entre l’auteur et ses lecteurs.
  • Mention, entre autres, dans : Cette semaine, on craque pour… (Journal Métro Montréal) et Sélection du Reader’s Digest.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2011 27

Publienet_logoLa collection des ressources en ligne des bibliothèques de Montréal s’accroît avec l’ajout de Publie.net,  l’un des premiers éditeurs de littérature numérique francophone. Ce développement de collection nous incite à réfléchir au défi et aux enjeux de la médiation numérique et de la lecture sociale.

Ce qu’il faut savoir à propos de Publie.net

Publie.net, c’est :

  • une base de données riche de 400 textes disponibles à distance pour les abonnés;
  • un accès libre et illimité  en lecture directe en ligne par streaming et feuilletoir;
  • des collections qui abritent une variété de genre pour différents publics : le récit, la poésie, l’essai, le roman policier (dans la collection Mauvais genres), des textes classiques, des textes de littérature étrangère traduits et une revue de création en ligne;
  • une collection francophone intitulée Décentrements qui accueille des auteur(e)s du Québec;
  • une contextualisation des oeuvres littéraires à l’aide d’annotations;
  • une sélection exceptionnelle animée à partir du site le tiers livre, par l’auteur François Bon;
  • une communauté vivante, connectée, engagée dans l’écriture numérique;
  • un modèle d’édition pure player sans DRM qui redonne 50% de ses recettes aux auteurs.

Les bibliothèques de Montréal rejoignent les quelques quarante institutions publiques et universitaires, sans compter la BNF et la BPI, qui ont fait le choix de connecter leurs publics avec la littérature «en train de se faire».

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mai - 2011 18

Le prêt de jeux vidéo dans les Bibliothèques publiques de Montréal continue de s’intégrer lentement, mais sûrement, dans l’offre de service de plusieurs arrondissements. En ce moment, 4 arrondissements proposent le prêt de jeux vidéo: Montréal-Nord, Saint-Laurent, Pierrefonds-Roxboro et Saint-Léonard.

Grande nouvelle: Lasalle s’ajoutera aussi à cette liste dès le 11 juin.

C’est avec grand plaisir que nous remarquons le succès immédiat de ces collections et la réponse enthousiasmée de la part des usagers. Par exemple, à Montréal-Nord, il ne restait plus que 6 jeux après la première fin de semaine après le lancement de la collection.

Je crois que nous pouvons féliciter chaleureusement les arrondissements qui ont décidé de lancer ces initiatives!

Toutefois, il reste encore du travail à faire pour arriver au niveau de la Ville de Québec qui a une bonne longueur d’avance sur celles de Montréal. En moyenne, les bibliothèques de la Ville de Québec possèdent 75 titres différents de jeux vidéo par bibliothèques. Il y a déjà plus de 50% des bibliothèques (13 sur 25) qui possèdent une collection de jeux vidéo. Et, c’est sans compter que tous les habitants de la Ville de Québec ont la possibilité d’avoir accès à ces jeux via le prêt entre bibliothèques.

État de la situation à Québec
État de la situation à Montréal

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 18

Couverture du livre Le violoncelliste de Sarajevo, de Steven Galloway

Le jury du Club des Irrésistibles a dévoilé son prix littéraire 2011 à la bibliothèque Robert-Bourassa de l’arrondissement Outremont, ce lundi 18 avril.

Des cinq oeuvres en lice, c’est Le violoncelliste de Sarajevo de Steven Galloway qui remporte la palme.

Laissons la parole à un des membres du Club qui a bien résumé l’esprit et la force de l’oeuvre en question dans le commentaire qu’il publiait sur le blogue des Irrésistibles en juillet 2010.

Un livre de mémoire. Un livre magnifique malgré l’horreur de l’histoire. Malheureusement, elle est vraie. Galloway nous raconte le quotidien de trois personnages dans la ville assiégée de Sarajevo : Dragan, celui qui cherche le pain ; Keanan qui cherche l’eau ; Flèche, la sniper, qui cherche ses cibles. Et puis, bien sûr, il y a le violoncelliste. Même si ces personnages vivent l’horreur, ça ne les empêche pas de penser, d’aimer, de vivre d’espoir. Mais il y a aussi les peurs, les lâchetés, les culs-de-sac de la vie. Et la mort omniprésente à chaque seconde. En lisant ce livre, je me disais : « Et si Montréal devenait un jour ce Sarajevo ? Serions-nous différents de ces personnages ? » J’en doute. Ce roman n’est pas sans nous rappeler le magnifique film de Roman Polanski, Le Pianiste.

Le Club des Irrésistibles a vu le jour en mai 2007 sous l’impulsion de l’infatigable et sympathique Marie-Anne Poggi, animatrice culturelle à la bibliothèque Robert-Bourassa. Marie-Anne anime 19 clubs de lecture dans 10 bibliothèques différentes de la grande région métropolitaine de Montréal.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 13
Crédit photo: Louise Lapointe

Crédit photo: Louise Lapointe

Du 30 mars au 3 avril 2011 se tenaient les 34ième jeux de Montréal. Sous le thème «Version 3D – Défiez, Déjouez et Découvrez», des jeunes montréalais âgés de 6 à 12 ans ont eu la chance de participer à ce qui était, pour la plupart d’entre eux, une première compétition sportive.

En plus de proposer des compétitions dans 26 disciplines, les jeux de Montréal sont aussi l’occasion de faire une grande fête avec divers partenaires d’animation. Au côté d’Arbraska, de Sony, du Centre des Sciences et plusieurs autres, les Bibliothèques publiques de Montréal ont participé à la célébration des jeunes sportifs montréalais en proposant un kiosque unique et original le 2 avril. Celui-ci était situé au Centre sportif Claude-Robillard où se tenaient la plus grande partie des compétitions.

Trois sections dynamiques composaient notre kiosque : l’abonnement/information, le jeu en ligne et le coin lecture animé.

Poursuivre la lecture »