déc - 2016 06

2016-10-27_112

(Crédit Michel Legendre, BAnQ)

Le mercredi 9 novembre je me suis sentie comme un enfant à Noël : entourée de gadgets technos, et même de Lego!

J’étais invitée à l’inauguration du Square Banque Nationale, un nouvel espace de création numérique à la Grande bibliothèque, gratuit et destiné aux ados de 13-17 ans. Le Square Banque Nationale est un espace physique situé à la Grande bibliothèque ainsi qu’une plateforme numérique collaborative accessible partout au Québec sur square.banq.qc.ca. Eh oui, vous avez lu correctement le nom « square »; il s’agit bien d’un mot français qui, selon Wikipédia, signifie « une petite place urbaine occupée par un jardin public ».                                                                                                          

Heureusement que j’ai eu la chance de visiter le Square lors de l’inauguration puisqu’il est normalement interdit aux adultes. Les ados qui le fréquentent auront la chance d’exprimer leur créativité, sans jugement ni peur d’erreur, en profitant de la technologie dernier cri. Le Square offre, entre autres, 25 portables de pointe, une imprimante et scanner 3D, un écran vert, de l’équipement pour réaliser de l’animation image par image et de la photographie, de la programmation spécialisée, des espaces de travail individuel et travail de groupe ainsi qu’un coin de détente.

 

20161109_174056_HDR

Voici un aperçu de ce qu’on trouve au Square : un numériseur 3D, un ordinateur portatif pour la modélisation 3D et une imprimante 3D. (Crédit Robyn Maler, Bibliothèques de Montréal)

20161109_174152

Ce numériseur 3D de la marque Matter and Form permet aux usagers de créer des copies d’objets existants. (Crédit Robyn Maler, Bibliothèques de Montréal)

2016-10-27_030

 Des utilisateurs ados expérimentent avec l’écran vert pour un tournage de vidéo.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_033

À l’écran, la transformation numérique de l’écran vert en scène de nature.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_001

 Voici des postes de travail avec ou sans poste informatique. (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_100

Voici le coin détente, où les usagers peuvent jouer aux jeux vidéos.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

Mais comment est-ce qu’un lieu de création numérique peut s’inscrire dans la mission de la bibliothèque publique? Tout simplement : les bibliothèques ont à cœur de démocratiser l’accès aux technologies, selon l’Association des bibliothèques publiques du Québec. Le Square contribuera alors à améliorer la littératie numérique d’une nouvelle génération de Québécois. Les compétences numériques ne cessent de devenir de plus en plus en demande et en vogue dans plusieurs secteurs, et l’accès aux dernières technologies représente toujours une barrière à l’acquisition de ces compétences.

Lors de l’inauguration, nous avons visionné une vidéo créée par Émile Roy et Mehdi Agnaou, jeune vidéastes et humoristes. Les deux adolescents ont utilisé les équipements du Square pour créer une vidéo drôle et dynamique. C’était un avant-goût du potentiel de cet espace de création numérique!

 

Informations pratiques :

Pour les coordonnées et les heures d’ouverture, veuillez consulter le site web du Square.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2015 09

tablette3

Après l’examen du profil de la génération tablette et un survol des services mobiles, les participants du laboratoire vivant des Bibliothèques de Montréal ont entrepris d’explorer et de co-créer des avenues de développement possibles, pertinentes, innovatrices, durables pour la tablothèque. Ce troisième et dernier article sur le thème des tablettes en bibliothèque publique résume les résultats de cette démarche.

LE MUR DE PROJETS

Quatre types de services ont été identifiés comme des solutions à développer dans un avenir rapproché:

  1. L’utilisation d’une tablette pour créer des parcours de découvertes. On veut recourir à la tablette pour offrir une expérience interactive, dynamique, ludique à l’aide d’applications ou de capteurs permettant de découvrir son quartier, la bibliothèque, les ressources numériques ou locales, les oeuvres des auteur(e)s ou des créateurs via des circuits, des jeux de pistes, des rallyes, etc.  La tablette se fait participative et l’emphase est placée sur la découverte et la médiation culturelle au service de l’écosystème local. On estime qu’une approche événementielle de type fabricathon (exemple Bibliomix version bibliothèque de Muséomix) pourrait être l’occasion de concevoir et prototyper ces services.
  2. Le prêt interne et externe de tablettes. Les deux types de services, prêt interne et externe, suscitent également un intérêt significatif et visent à offrir un accès à internet plus étendu et adapté aux usages actuels en accord avec les finalités de la Ville intelligente. Dans le cas du prêt interne, le libre-service avec la carte d’abonné s’impose. L’hypothèse de créer un consortium-réseau pour aborder les fournisseurs de tablettes qui proposent des dispositifs de libre-service est fortement recommandée. La possibilité d’offrir une diversité de plate-forme – pour ne pas privilégier iOs ou Androïde – apparaît comme une voie cohérente avec la position de neutralité, voire même l’approche techno-critique en matière de citoyenneté numérique que les bibliothèques revendiquent généralement.
  3. L’intégration de la tablette dans l’aménagement et le mobilier de la bibliothèque. Les bars à tablettes dans les espaces actualités ou les cafés, les tablettes pour la valorisation des ressources en ligne ou le furetage des nouveautés au bout des rayonnages,  les tablettes avec des câbles anti-vol ou montés sur support pour présenter des contenus exclusifs deviennent des stratégies d’intégration du numérique dans l’espace physique qui sont recherchées pour améliorer l’expérience en bibliothèque.
  4. L’animation interactive auprès des publics jeunes et ados. Les sélections de lecture sur des appareils mobiles et des animations projetées sur écran permettent de ré-inventer les services jeunesse comme l’heure du conte.

On a également insisté sur l’importance des services suivants: le développement de collections d’applications, notamment pour les jeux, les ateliers d’initiation en communautés numériques et en 1:1, les services en ligne tels que Zinio et hoopla, la référence nomade, la combinaison du prêt de tablette avec le prêt de routeur, etc.

LE DESIGN DE SERVICES EMPATHIQUE : LES PUBLICS

Reprenant les questions des usages, des objectifs, des règles de prêt, des contenus, des attentes à l’égard du personnel, des services de qualité tout en étant innovants, les participants ont proposé des scénarios empathiques pour des publics cibles. Une question test était suggérée et pouvait servir de déclencheur, sans être limitative: Comment offrir les journaux, les revues, les livres par le biais des tablettes – considérant que la version papier de ces documents pourrait être appelée à disparaître à court ou à moyen terme?

 La tablette d’or. Pour les aînés,  l’accompagnement par le biais d’ateliers d’initiation est conçu comme une priorité. L’exemple récent de la bibliothèque d’Outremont qui a reçu 62 inscriptions pour une formation de 10 cours sur l’utilisation du iPad confirme cet intérêt. Le développement de collection d’applications adaptées aux aînés est aussi recommandé.

Les services hors-les-murs dans les résidences pour aînés constituent une autre piste prometteuse, soit dans le but de prêter des tablettes (ou ces liseuses qui ne servent à peu près plus) ou pour capter des récits de vie, offrir des ateliers, faire découvrir les services en ligne. Au sujet de la lecture, la possibilité de pouvoir grossir les caractères (et désormais le poids plus avantageux des appareils mobiles – si on les compare aux pavés en gros caractères) suscite un enthousiasme considérable.

La tablette pour adultes. Du côté des adultes, la priorité va du côté de la médiation numérique et de l’expérience. Pour ces réguliers qui viennent lire les journaux papier à la bibliothèque, il faut envisager une transition vers le prêt de tablettes qui proposeraient les quotidiens et les revues. Les versions gratuites des quotidiens et des revues seraient offertes. Cette offre pourrait être adaptée en tenant compte des besoins des personnes issues de l’immigration ou de ceux des femmes.

Mais, le défi à relever est toujours le même que ce soit pour un poste internet, un portable ou une tablette et que l’on soit à la bibliothèque ou à la maison : Comment amener les usagers vers la bibliothèque numérique qui donne accès aux abonnements payants de ces périodiques en version complète? Médiation ou marketing numériques, atelier ou référence nomade, signalisation ou application dédiée pour la bibliothèque numérique, ou alors toutes ces réponses?

Le souci d’aménager un café, un espace de convivialité ou de créativité avec un bar à tablettes ou des appareils mobiles en prêt font partie des scénarios visant à favoriser une expérience positive, différents niveaux d’engagement, un sentiment d’appartenance.

La tablette y et z.  Les trois principaux services explorés pour les jeunes concernent l’animation et la lecture interactive (comme on l’a vu plus tôt), la découverte de produits éducatifs (flashcards, quiz, atlas, tutoriels, etc.) et les jeux. Dans tous les cas, le défi du développement de collections apparaît comme un chantier magnifique: Applithécaires jeunesse recherchés. Et d’une façon générale, le modèle du Youmedia (HOMAGO) demeure la référence pour la conception d’espace physiquenumériquecréatif.

Un autre défi de nature pédagogique consiste à concevoir des ateliers pour une utilisation éclairée et créative des tablettes (littéracie et citoyenneté numérique) comportant un volet d’apprentissage par les pairs – ainsi que pour les pères et mères qui ne voudraient pas faire face au décrochage scolaire avant leurs enfants pour cause d’analphabétisme technologique.

L’importance des conditions transversales suivantes a été soulignée à maints égards :

  • planifier/programmer ces services en collaboration avec les citoyens et les communautés locales;
  • développer les compétences numériques du personnel et celles des citoyens via les communautés numériques (l’essentiel chantier sur la fracture/littéracie numérique).
  • repenser la tablette sociale pour contribuer à l’animation de la bibliothèque tiers lieu et favoriser différents niveaux d’engagement;
  • mettre à profit l’effet et le potentiel collaboratif du réseau;
  • évaluer l’offre de service à l’aune de l’impact environnemental et du développement durable;
  • travailler en partenariat avec des organismes intéressés par l’expérimentation technologique, l’innovation ouverte, la mobilité, la littéracie numérique;

LA LISTE

Voici enfin une liste de ressources sélectionnées pour accompagner la réflexion sur les tablettes en bibliothèques.

Usages, services, programmes, outils

Mobilité au Québec : la croissance se poursuit
Les foyers québécois avec enfant(s) plus équipés et plus connectés
Le CEFRIO dévoile le rapport de ce projet d’expérimentation de la tablette numérique auprès d’entrepreneures
New Report Hails Librarians as Drivers of Digital Transition
New Survey Results Show U.S. Students Believe Tablets Are Game Changers in Learning and Student Engagement
Survey: Library Ebook Growth Slowing but Still Substantial
Meet the Tabletarians
Réflexion sur les tablettes en bibliothèques
Utilisation de nouveaux supports numériques en médiathèque
Old-Fashioned Libraries And Handwritten Notes: Learning With Khan Academy’s New iPad App
SLJ Reviews the AWE Tablet: A fast device, delivering blended content to individual students
Generation Tablet: Kids Must Learn to Hack in the Real World
Pilot Project: Three Chicago Public Library Branches Will Begin Lending Internet Routers and Tablets Next Month
Tablet Lending Program | Brooklyn Public Library
Drexel University installs iPad rental vending machine for students, library card holders
Cool Uses of iPads in School Libraries on Pinteres
20 Coolest iPad Ideas for Your Library
NetPublic » Guide de la tablette numérique pour les parents
iPads and Tablets in Libraries
What’s Hot | Library By Design

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mar - 2015 31

15563157851_e5d2dfc474_z

Et si on refaisait le point sur la tablette en bibliothèque? C’est l’objectif de l’article du Library Journal, Meet the Tabletarians, paru au début de l’année 2015. La tablothèque a déjà une histoire : La tablette a été perçue, dès 2010, comme une solution pour révolutionner le service de la référence en libérant les bibliothécaires des chaînes qui les retenaient prisonniers à leur bureau. Mais le poids, la connexion approximative/la lenteur ont rapidement terni ces espoirs. Les tablettes sont retournées de l’autre côté du comptoir- et les bibliothécaires aussi. Incidemment, la présence de ces appareils mobiles au sein du personnel est devenue l’occasion d’expérimenter : Les tablettes ont opéré à la façon d’une technologie de rupture qui aura permis de concevoir d’autres possibilités en termes d’usages et de services. Qu’est-ce que l’on a imaginé depuis autour des tablettes? Quels sont les nouveaux services supportés par les tablothécaires? Plusieurs bibliothèques au Québec et à travers le monde ont intégré cette technologie dans leur programmation notamment comme une stratégie pour favoriser l’effet de tiers lieu. Puis, la technologie s’améliorant peu à peu, on assisterait aujourd’hui au retour en force de la référence nomade.

Ce survol des pratiques et des services impliquant la tablette en bibliothèque a été discuté au sein d’un laboratoire vivant qui se tient dans les bibliothèques de Montréal. D’autres éléments d’informations sur le profil des tablonautes ont été partagés dans un article précédent.

La tablette, un perturbateur technologique

La référence nomade qui s’appuyait sur la tablette n’avait pas convaincue. La lourdeur, le peu d’ergonomie, le manque de connectivité avaient fini par en faire une sorte de tremplin, un prétexte pour raccompagner l’usager vers le bureau de référence plutôt qu’un service mobile autonome. Mais si les tablettes n’ont pas connu le succès escompté dans les allées, elles ont servi, en revenant du côté du personnel, à remettre en question la référence, ainsi que les autres services, et à explorer de nouvelles avenues, comme l’heure du conte avec des applications interactives ou les services hors-les-murs réinventés, par exemple. La tablette a servi de technologie de rupture :

Et tandis que les iPads n’ont pas été très utiles dans les rayonnages, le programme a provoqué toute une série de conversations fondamentales sur le service de la référence sans le bureau de référence …«Le personnel a développé une conscience accrue de l’importance de rejoindre et d’aider les clients là où ceux-ci se trouvent (plutôt que d’obliger les clients à revenir à la réception)», explique Lewis. «À tout le moins, les iPads ont connu un très grand succès comme technologie de rupture qui a suscité de nombreuses discussions sur la prestation de services. »

Après les tâtonnements et les expérimentations, on assiste désormais à une intégration plus stratégique des tablettes qui permet d’améliorer l’efficacité et l’expérience en bibliothèque – en soulignant que cette expérience client doit pouvoir se mesurer à celle des commerces de détail que ce soit une librairie ou un Applestore.

L’essor des tablettes en bibliothèque se décline maintenant à travers un registre assez large de services : accès aux technologies numériques, prêt de tablettes sur place ou en prêt externe, libre-service, utilisation dans les activités et la formation, applications de bibliothèques pour la découverte de contenus exclusifs, applications éducatives (littéracie numérique, emploi, etc.), sélections de livres et de jeux, lecture de livres interactifs à voix haute pour les jeunes, valorisation thématique des ressources, stations de travail, kiosques de iPads pour les actualités, bars à informations à l’aide de tablettes, etc.

Cette tendance prend diverses formes, note Miller. Pour de nombreuses bibliothèques publiques, l’accès aux nouvelles technologies est une partie importante de leur mission, et même si les propriétaires d’une tablette sont à la hausse, les programmes qui prêtent des tablettes ou permettent à leurs clients d’utiliser celles de la bibliothèque sont devenus de plus en plus communs. Les bibliothèques installent les tablettes sur des étagères ou des supports pour servir de points d’aide à la référence pour les clients. Les instructeurs les intègrent dans les programmes et les cours. Et comme avec [BPL], de nombreuses bibliothèques sont à la recherche de moyens susceptibles de permettre au personnel de passer plus de temps avec les clients, le recours aux tablettes pourrait contribuer à répondre à cette demande.

La tablette, une tierce pratique

La tablette fait aussi parties des repères domestiques et des stratégies pour aménager la bibliothèque tiers lieu conçue comme un second chez-soi : «les bibliothèques sont devenues le « troisième espace » pour leurs communautés offrant un endroit loin de la maison et du bureau avec des sièges confortables, des ordinateurs, le wifi.»

D’un point de vue pratique, lorsqu’un usager est confortablement installé à un ordinateur ou une table, la perspective de quitter ses effets ou ses objets de valeur pour demander de l’aide peut s’avérer problématique, et on appréciera la présence des bibliothécaires nomades dans ce contexte.

Et puis, les tablettes ne sont plus ce qu’elles étaient naguère: Elles sont devenues moins lourdes, plus rapides, de moins en moins coûteuses. Elles peuvent être utilisées pour donner accès aux ressources de la bibliothèques, montrer comment emprunter des livres ou pour faire découvrir des sélections d’applications. Les fournisseurs proposent maintenant des solutions mobiles et développent des outils permettant d’emprunter, abonner, éditer un compte d’usager, accepter des paiements pour des amendes, renouveler un prêt ou réserver un document, utiliser des listes et des inventaires en temps réels pour l’élagage, etc.

Il semble aussi plus cohérent de préférer les tablettes à une autre sorte d’interface quand il s’agit d’aider ou d’accompagner un usager considérant qu’il retournera chez lui pour refaire les démarches apprises ou accéder à ces ressources sur des appareils mobiles. Ces pratiques adaptées à celles des usagers favorisent la continuité et la familiarité de l’expérience de même que l’effet de la bibliothèque comme prolongement de la maison.

Une diversité de modèles de services

Différents projets pilotes explorant différents modèles de services sont mis en place aux États-Unis, en France et au Québec.

San Diego public Library, le prêt de masse.  Cette bibliothèque inaugurée récemment est réputée pour son programme technologique innovateur prévoyant plus de trois cents dispositifs mobiles. L’offre mobile comprend le prêt de iPads, iPads mini, Chromebooks, Kindle, et Sony Readers ainsi que des stations de travail (working stations) qui exposent des collections de documents rares,

Hennepin County Library,  une référence pour les projets pilote de tablettes destinés au personnel. Ce réseau a été reconnu comme Top Innovator 2013 par le Urban Libraries Council pour son projet pilote de tablettes conçu dans le but de développer les compétences du personnel. Ce projet a été étendu aux 41 succursales.

Brooklyn Public Library, un leader pour le prêt externe de tablettes. Depuis 2013 la bibliothèque publique de Brooklyn (Brooklyn Public Library, BPL) s’est doté d’un programme de prêt externe gratuit de tablettes avec 1000 Google Nexus 7 pour les enfants, les adultes et les éducateurs de Brooklyn. Ce projet a été rendu possible grâce à un don de Google, de l’État de New York et du Fonds pour les écoles publiques. Les tablettes offrent les applications de la bibliothèque ainsi qu’une sélection orientée sur l’éducation et l’alphabétisation.  Le programme est disponible en ligne avec les informations concernant les conditions du prêt, la politique, une foire aux questions et un tutoriel.

Chicago Public Library annonce le prêt externe de routeurs et de tablettes. Trois bibliothèques du réseau de Chicago ont annoncé le prêt externe de tablettes ainsi que le prêt de routeurs en février dans le but de contribuer à réduire la fracture numérique. »

Le prêt de tablettes en libre-service dans les bibliothèques de Montréal. À l’instar de certaines bibliothèques américaines, on trouve du prêt de tablettes en libre- service dans les bibliothèques de Montréal. Le prêt de liseuses n’a plus la cote auprès des usagers. Les abonnés peuvent emprunter des iPads par le biais du dispositifs de prêts NetSpot en libre-service aux bibliothèques Du Boisé et Pierrefonds , ou au comptoir de services à la bibliothèque Marc-Favreau. Très populaire, le prêt est destiné à une utilisation sur place. Les nouvelles bibliothèques Saul-Bellow (Lachine), et Benny (Notre-Dame-de-Grâce) qui ouvriront  leurs portes cette année prévoient aussi ce service. Ailleurs au Québec, la bibliothèque de Saint-Lambert est un autre exemple.

Le prêt de tablettes externe se retrouvent essentiellement dans les bibliothèques universitaires québécoises. Note : À l’université de Montréal on peut voir en ligne la disponibilité des tablettes.

Ailleurs au Canada, on semble plutôt orienté vers le prêt de portables que de tablettes. À Edmonton, le prêt de Chromebook est disponible  à l’intérieur de la bibliothèque pour la journée.

En France, une carte présente les établissements qui prêtent des lieuses et des tablettes : https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zNsEEEK68_-I.khelhmAlzdNU

À confirmer, il s’agirait essentiellement de prêt sur place. Dans cette veine, les bibliothèques de Paris annonçaient le prêt de 250 iPads en  juin 2014. Des listes de bibliothèques engagées dans ce modèle de services sont recensées sur Bibliopedia (une mise à jour serait requise). Ce Storify documente le contexte des  bibliothèques françaises où les appareils mobiles semblent susciter beaucoup d’enthousiasme.

Tablette 101

Aujourd’hui, les initiations à l’utilisation des tablettes font généralement partie des cours de base des bibliothèques aux États-Unis, au Canada et en Europe. C’est bien connu que les grande villes canadiennes (Toronto, Vancouver, Edmonton) sont très fortes en matière de littéracie numérique : la quantité et la qualité des ateliers y est affolante (insane). Du côté de Halifax, où se trouve la nouvelle bibliothèque dont tout le monde parle, on propose la formation 1:1 en invitant les gens à se présenter pour des séances personnalisées sur les liseuses et les tablettes. Un guide d’introduction à la tablette (Hello iPad en format pdf) est aussi accessible en ligne pour les autodidactes débutants.

Mais, au Québec, même la bibliothèque de Saint-Tite, à travers le réseau Biblio, a ses ateliers sur les tablettes (Android ou iPad, mais c’est payant), pendant que la bibliothèque de Saint-Jean-sur-le-Richelieu vante la qualité de ses propres formations sur le sujet.

La bibliothèque d’Outremont s’apprête à offrir une formation gratuite : iPad pour les aînés d’une durée de10 semaines, les mercredis matins, en partenariat avec le Centre d’éducation des adultes. Les tablettes sont fournies.

Et l’applithécaire ?

Le développement de collections, traditionnellement orienté sur le livre, puis sur les autres types de documents (musique, films, jeu, etc.) se renouvelle encore à travers le développement de collections d’applications. Cette fonction introduisant un nouveau profil, celui de l’applithécaire (hum).

On peut voir un exemple intéressant d’une démarche de sélection d’applications du côté de la bibliothèque du MIT.

Si vous connaissez des projets pilote autour des appareils mobiles au Québec ou ailleurs, dans le milieu des bibliothèques ou de l’éducation, n’hésitez pas à alimenter ce survol.

Dans un troisième article, des scénarios de développement de services en fonction des publics seront présentés, avec une liste de ressources. 

Source : Flickr Sascha Müsse, cc-by-sa

 

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2014 28

DSC_0219

Que ce soit pour créer un nouveau service, un lieu de diffusion, élaborer un plan d’action culturel ou programmer une bibliothèque, il existe des fondamentaux qui définissent un cadre conceptuel pour ce projet. Dans la foulée de la récente Déclaration, Montréal, engagée pour la culture, c’est l’occasion de mettre à jour ses lectures de base. Dans ce qui suit, je propose une liste de textes visant plus particulièrement à soutenir la réflexion dans l’avant-projet d’une nouvelle bibliothèque entendue comme centre d’information et de culture communautaire.

Politiques nationales et internationales

Politiques de la Ville de Montréal

Plans sectoriels

Autres

Je remercie Geneviève Auclair, ma collègue de la Division des quartiers culturels, pour la liste initiale qui a servi à l’élaboration de celle-ci. N’hésitez pas à suggérer d’autres documents de référence en commentaire.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2014 08

Exposition et série d’ateliers sur le thème de l’abécédaire réalisées à la Bibliothèque Frontenac À l’affiche ! Des mots, des émotions et des lettres

Exposition sur les abécédaires

À l’origine, une exposition sur les abécédaires s’organise à la bibliothèque en novembre 2012. Elle s’appuie sur l’observation suivante : les dernières années ont vu circuler en bibliothèque un nombre impressionnant d’abécédaires et ce, autant dans la collection adulte que chez les jeunes. L’étendue du champ de connaissances touchées nous donne rapidement l’idée d’en faire un projet pour notre programme d’activités.

Un projet pour les adultes en alphabétisation et en apprentissage du français

S’inspirant de la variété des abécédaires à notre disposition nous avons fondé une approche originale pour créer une série de quinze ateliers sur ce thème avec les participants.

Le projet À l’affiche ! Des mots, des émotions et des lettres veut rendre compte de tout un processus de création et d’échanges basé sur l’expression des participants – des adultes qui sont pour la plupart issus de différentes communautés culturelles et qui sont en apprentissage du français.

Des ateliers pour apprendre, communiquer et créer

À raison d’une rencontre par semaine et durant quatre mois, nous avons travaillé à l’automne 2013 avec deux classes d’élèves du Centre Gédéon-Ouimet, situé dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Les ateliers se sont déroulés dans un espace de jeu et d’exploration artistique et dans le but d’alimenter la réflexion et la prise de parole des participants.

Peu à peu le groupe s’est resserré autour d’un noyau d’élèves très engagés. Des liens significatifs entre eux se sont tissés et nous les avons vus s’approprier les aires et services de la bibliothèque en dehors du temps consacré au projet. Plusieurs d’entre eux nous ont témoigné avoir pris plaisir à lire et à comprendre le sens des mots, à avoir aimer apprendre et échanger avec les autres.

« Je viens d’un pays pauvre où on n’a pas vraiment accès aux bibliothèques et d’habitude, le genre d’activités que nous faisons avec vous est réservé aux enfants. On a de la chance de vivre ces ateliers. J’ai découvert toutes sortes de dictionnaires et de livres. Ça m’a donné l’amour des livres. » -Noria

Concevoir une affiche et un jeu de cartes abécédaires

Jeu de cartesDans ce contexte de valorisation et d’apprentissage du français, nous avons concentré nos efforts à créer un véritable espace de réflexion et de questionnement pour les participants en les invitant à partager leurs efforts, leurs difficultés ainsi que leurs plaisirs et rêves de réussite.

Les notions de territoires – personnel, collectif et géographique – nous ont permis d’installer un canevas pour jouer et développer un vocabulaire plastique témoignant de la synergie du groupe dans le but de concevoir une affiche et un jeu abécédaires.

Les expériences artistiques de même que les échanges significatifs ont donné lieu à une série d’éléments narratifs qui ont inspirés l’illustratrice Suana Verelst, soutenant elle aussi les participants au processus de création et au choix des mots pour composer le jeu de cartes.

Au Jeu ! Des mots, des émotions et des lettres

Les silhouettes qui forment les lettres de l’alphabet de l’affiche sont celles des participants qui se sont prêtés au jeu lors de l’atelier. Elles témoignent du plaisir que nous avons eu à créer les lettres de notre abécédaire.

Femme positionnée dans la forme de la lettre K

L’affiche est un outil pour apprendre. Exposée dans la classe ou à la bibliothèque, elle peut servir de tablette abécédaire ou d’ardoise à l’alphabétisation.

Le jeu de cartes est conçu pour aller plus loin. Plusieurs façons de jouer sont expliquées dans les règles qui accompagnent les cinquante-deux cartes.

Nous pouvons chercher à relier entre-elles les lettres et les images, énumérer le plus de mots possible en un laps de temps, composer une histoire en équipe ou partager idées et sentiments sur des sujets proposés. Le jeu cherche donc à intéresser les jeunes et les adultes à se raconter et à s’exprimer en français entre eux et dans leurs milieux respectifs. Car savoir reconnaître les lettres et comprendre tout ce que renferment les mots c’est s’outiller pour la vie et s’ouvrir au monde.

Ce projet a été financé par le Secrétariat à la politique linguistique en vertu du Programme de promotion du français lors d’activités culturelles du Gouvernement du Québec.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2012 27

Ce billet est aussi disponible sur le blogue Ludicite.ca.

Collection_Jeux_Video

Au cours de la conférence de presse qui s’est déroulée aujourd’hui à la Bibliothèque Saint-Michel, nous avons appris que 27 bibliothèques de la Ville de Montréal allaient maintenant offrir plus de 5000 jeux vidéo à leurs usagers. L’investissement massif dans ce nouveau type de document n’est pas opportuniste, c’est une décision réfléchie pour mieux répondre à la mission des bibliothèques publiques. Par contre, comme à l’arrivée de tous les nouveaux supports, plusieurs questions sont posées.

Développer un argumentaire pour faire comprendre la mission des jeux vidéo en bibliothèque peut être important quand vient le temps de discuter avec des membres de l’équipe, avec des usagers ou avec les élus. Cette série d’arguments est tirée en partie du livre Everyone Plays at the Library écrit par le bibliothécaire et professeur universitaire Scott Nicholson et peut aider à combattre certains préjugés et à éclaircir le lien entre bibliothèques et jeux vidéo.

Quel est le lien entre les jeux vidéo et la bibliothèque, un lieu pour les livres?

Dorénavant, les bibliothèques sont bien plus qu’un dépôt de livres! Elles offrent d’ores et déjà plusieurs autres formes de produits culturels comme la musique et les films. Poser cette question, c’est ne pas comprendre la nature holistique des bibliothèques modernes et ne pas comprendre la valeur du jeu vidéo en tant que produit culturel.

Historiquement, les bibliothèques possèdent des jeux depuis des décennies que ce soit sous la forme de jeux de société ou de livres-jeux. Dès 1850, des bibliothèques américaines avaient des clubs d’échec et des clubs de bridge. Au fil des années, elles ont intégrés des soirées de Scrabble, des jeux dans les clubs d’été, des animations ludiques et, plus récemment, des jeux sur les ordinateurs publics.

Pourquoi financer les jeux vidéo, des produits qui ne sont pas utiles à la société et qui ne sont pas de l’art, au détriment de la lecture?

Le débat à savoir si les jeux vidéo sont de l’art est complexe et demande une analyse intéressante sur la définition de l’Art. Voici tout de même quatre cas qui pourraient faire changer d’avis certains détracteurs.

Les jeux vidéo ont été intégrés dans plusieurs musées et expositions internationales : le Smithsonian American Museum of Art, à Washington lui consacre l’exposition «The Art of Video Games » tout comme le Grand Palais de Paris pour « Game Story : Une histoire du jeu vidéo » et le Computerspiele Museum à Berlin.

En juin 2011, la cour suprême des Etats-Unis reconnaissait les jeux vidéo comme une forme d’art. Une clause californienne pour bannir la vente des jeux vidéo violents aux Etats-Unis a été invalidée, car les jeux vidéo méritaient d’être couverts par le 1er amendement et ainsi, rejoindre le livre, la musique, les films, etc. Dans le jugement, les juges ont mentionné que la violence dans l’art n’avait rien de nouveau si on se fiait aux contes pour enfants des Frères Grimms.

En mai 2011, l’institut « The National Endowment for the Arts » ajoutait le jeu vidéo comme un produit pouvant demander un financement. Cette agence culturelle étatsunienne (l’équivalent canadien du Conseil des Arts du Canada) aide les artistes et les institutions culturelles du pays.

Lors de l’annonce du partenariat entre Warner Bros. Games et Bibliothèques et Archives nationales du Québec, le président-directeur général Guy Berthiaume a qualifié le jeu vidéo de « 10e art ».

Pourquoi la communauté montréalaise devrait-elle investir dans les jeux vidéo?

En plus d’être un produit artistique, trois autres raisons expliquent le raisonnement derrière un tel financement : sa popularité, la création locale et le retard des Bibliothèques de Montréal.

En effet, chaque copie des jeux vidéo est empruntée en moyenne plus de deux fois par mois ce qui les rends plus populaires que les best-sellers. Et, ce sont toutes les collections de la bibliothèque qui sont revitalisés par les jeux vidéo : un sondage de l’ALA (American Library Association) démontrait que plus de 75% de ceux qui profitaient des jeux vidéo utilisaient d’autres services ou d’autres collections de la bibliothèque.

L’intérêt des Bibliothèques de Montréal souligne aussi le dynamisme de la Ville pour l’industrie du jeu vidéo. Hôte du plus grand studio international de jeux vidéo en Occident et reconnu comme une plaque tournante à travers le monde, l’industrie crée 7000 emplois directs à Montréal uniquement.

Produit_Montreal

Néanmoins, les 43 Bibliothèques de Montréal accusent un retard important devant les autres grandes villes canadiennes dont Québec (2500 jeux dans les 25 bibliothèques) et Ottawa (4000 jeux dans les 34 bibliothèques). Au Canada, sept des dix plus grandes villes possèdent des collections de jeux vidéo sur l’ensemble de leur territoire.

Qu’est-ce que le jeu peut apporter aux besoins de littéracie, d’éducation et d’apprentissage à la lecture?

Plusieurs jeux nécessitent une partie importante de lecture, ce qui rejoint la conception initiale de la littéracie (c’est-à-dire l’apprentissage de la lecture et de l’écriture). En plus des manuels du joueur, une majorité de jeux utilisent du texte pour transmettre l’information aux joueurs (histoire, menu, règles, etc).

De plus, le jeu aide aussi aux développements d’apprentissages plus complexes. Dans son livre What Video Games Have to Teach Us about Learning and Literacy, James Paul Gee présente 36 principes qui sont enseignés aux joueurs. Ceux-ci incluent la prise de risque, la résolution de problèmes et le développement par la pratique. Selon l’auteur, ceux qui jouent à une grande variété de jeux sont plus résilients aux changements dans la vie à cause de leur plus grande capacité d’adaptation.

En raison de leur complexité, de nombreux jeux requièrent aussi une recherche d’information assidue pour trouver des solutions à leurs problèmes. Les joueurs créent des bases de données gigantesques, des guides et des communautés pour documenter les différents aspects du jeu. Ce n’est pas pour rien qu’à certains moments, le deuxième Wiki (après Wikipédia) le plus massif soit WikiWoW, qui traite du jeu en ligne World of Warcraft.

Il existe de plus en plus de connexions entre les joueurs et les lecteurs. Plusieurs jeux ont en effet des contextes historiques ou culturels importants. Si ce contexte intéresse les joueurs, ils peuvent en apprendre plus sur ces derniers par la lecture. Un jeu sur la musique peut inspirer le joueur à consulter un ouvrage sur la musique comme un jeu historique peut intéresser le joueur à des documentaires sur l’histoire. Les bibliothèques ont un rôle à jouer pour satisfaire les intérêts des joueurs avec des services traditionnels.

Que faire de la violence dans les jeux vidéo ?

À cause du caractère parfois violent des jeux vidéo, certaines personnes sont inquiètes de voir les bibliothèques les valoriser. Pourtant, dans un jugement rendu par la cour suprême des États-Unis, les arguments psychologiques sur l’impact de la violence chez les joueurs ont été considérés comme étant non-concluantes.

Par contre, si les bibliothèques prêtent des jeux, les mêmes politiques de développement de collection devraient être utilisés pour les films et les livres violents. Si le jeu est joué dans les murs de la bibliothèque, il faut s’assurer que la sélection réponde à un besoin particulier. S’il y a un objectif précis pour l’animation qui nécessite un jeu vidéo violent, alors vous avez la réponse à votre question. Comme les bibliothèques n’ont pas à acheter tous les livres produits, ils n’ont pas à acheter tous les jeux vidéo produits.

De plus, les Bibliothèques de Montréal respectent la classification ESRB (Entertainement Software Rating Board) pour s’assurer que les usagers n’est accès qu’à des documents destinés à leur groupe d’âge. Ainsi, un jeune de 16 ans et moins ne pourra pas emprunter des documents classés M (Mature en anglais ou Jeunes adultes). En plus de se conformer à la classification, les bibliothécaires se font un devoir d’informer les usagers de ce système encore très peu connu chez le public en général.

Que faire de la dépendance aux jeux vidéo ?

Le concept de dépendance n’est pas juste applicable aux jeux – d’autres formes de média comme les livres, la musique et les films peuvent aussi être autant dépendant. En fait, les bibliothèques essaient de « rendre dépendants » leurs usagers à la lecture depuis des décennies. Toutes les activités récréatives peuvent rendre dépendantes : demandez à quelqu’un qui est resté réveillé pour finir un roman qu’il aimait ou pour regarder les dernières émissions d’une série télévisée. Le jeu n’est pas différent des autres formes d’activités récréatives.

Alors, quel est le lien entre jeux vidéo et la mission des bibliothèques?

Il est surtout important que les jeux vidéo supportent la mission de la bibliothèque. Comme les jeux vidéo prennent des ressources des autres activités de la bibliothèque, ces services de jeux doivent être développés en lien avec ces autres services. Même si les jeux sont fun, ce n’est pas une justification suffisante pour les élus et certains usagers irrités par la présence et le bruit des jeux vidéo.

Selon un sondage de l’ALA, les trois principaux rôles des jeux vidéo en bibliothèque sont : attirer une nouvelle clientèle en bibliothèque, offrir un nouveau service pour les usagers et aider les usagers de la bibliothèque à interagir entre eux. Les jeux vidéo peuvent aider à transformer la bibliothèque en un centre de la vie communautaire pour tous. Pour plusieurs usagers, discuter et interagir autour des jeux vidéo à remplacé ce qui étaient autrefois créé par les livres, la musique ou les films. Ce n’est qu’un nouveau type de document qui répond à un besoin réel de la clientèle.

En résumé, les jeux vidéo sont ni plus ni moins qu’un nouveau type de document qui répondra aux besoins d’une nouvelle clientèle.

Pour les bibliothécaires, il s’agit d’une excellente occasion pour s’inscrire dans la chaîne du jeu vidéo en informant la population sur les jeux vidéo : classification ESRB, violence, dépendance, etc.

Merci_Pour_le_Don

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 02

Library2011

Bonjour à tous,

Une petite note pour vous avertir que c’est ce jeudi 3 novembre à 9h (Heure de l’Est) que nous présenterons en primeur une version en développement du jeu en ligne Escouade B lors de la conférence virtuelle internationale Library 2.011. Pour ceux et celles qui s’intéressent au phénomène des jeux sérieux, au ludo-éducatif, à la formation à l’information et à la formation pour les jeunes, nous vous invitons à regarder la première version de ce projet innovateur conçu au Bibliothèques de Montréal.

Si vous êtes intéressé à regarder la conférence en direct, vous pouvez nous rejoindre en cliquant sur ce lien à 9h jeudihttps://sas.elluminate.com/m.jnlp?sid=2008350&password=M.8BD2AE79A1D9FB3B52F7ED0C81EEDE

Ajout: La conférence durera 30 minutes avec une période de question.

Au plaisir de vous voir en ligne,

Thierry Robert

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 01

Dans le cadre du Congrès des milieux documentaires du Québec, les Bibliothèques de Montréal organisent un Forum sous la thématique : « Investir le domaine du social : pour une bibliothèque utile et humaine » le vendredi 2 décembre.

Le Forum des Bibliothèques de Montréal approche et vous n’avez pas eu le temps de vous pencher véritablement sur son contenu? Laissez-moi vous mettre l’eau à la bouche en vous présentant nos conférenciers internationaux!

Judith HareJudith Hare, Directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax. Les bibliothèques ayant mis en place le programme “Working together”.




Fred J. GitnerFred J. Gitner, Assistant Director for New Americans Programs & International Relations, Queens Library. Sa particularité? 62 bibliothèques, des nouveaux arrivants provenant de plus de 190 pays et parlant 160 langues!




maija_tete Maija Berndtson, Directrice de la Bibliothèque centrale d’Helsinki. La nouvelle bibliothèque centrale de Helsinki est en pleine conception! Elle verra le jour en 2017 et accueillera entre ses murs…un sauna!




Le programme complet de la journée

Heather Brydon, bibliothécaire à Lachine et chargée de cours au School Information Studies de l’Université McGill dressera un état de la situation en Amérique du Nord et plus particulièrement au Québec quant à l’intervention des bibliothèques sur le plan social. Quand cette intervention a-t-elle commencé à voir le jour? Quel chemin avons-nous parcouru depuis?

LJ QueensNous accueillerons ensuite un orateur né : Fred J. Gitner. Ce francophile avéré nous entretiendra des meilleures pratiques de la Queens Library. Il nous expliquera comment concevoir des programmes et services destinés aux nouveaux arrivants et dont l’objectif est de permettre de s’adapter à la vie aux États-Unis aussi rapidement que possible, le tout en gardant et en partageant leur culture avec toute sa communauté. Vous souhaitez avoir un avant-goût de leurs réalisations? Consultez leur Page Facebook!


Après le dîner…

…nous écouterons Marie Désilets nous parler de la pertinence d’encourager la participation citoyenne dans nos bibliothèques. Après en avoir défini clairement les concepts, elle nous relatera diverses expériences afin de mieux en saisir les enjeux. Pour vous mettre en appétit, une vidéo dynamique et mobilisante sur le développement durable!

D’autres exemples concrets seront ensuite proposés par Judith Hare. La directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax, bibliothèques “durables”, nous exposera approche et techniques pour rejoindre les diverses personnes issues des communautés culturelles, les autochtones ainsi que les communautés rurales. Selon elle, les bibliothèques ne sont pas durables si elles ne sont pas totalement utilisées par toutes les communautés qu’elle dessert.

Halifax“I have learned a totally different approach to librarianship and the library than I have ever heard of before. I went through how many years of schooling, and it never touched upon it once. My whole idea of librarianship is now community-development centered. All it took was a shift in thinking. It is not extra work; it is a shift in my duties.” — Branch Staff Evaluation

Après une pause…


Helsinki_2017
…nous découvrirons avec avidité le projet de la nouvelle Bibliothèque centrale d’Helsinki et comment le souci constant d’intégration sociale de la population est pris en compte dans la conception de l’offre de services de cet établissement. Ces dernières années, deux projets particulièrement novateurs et qui vont « beaucoup plus loin » en matière de services ont vu le jour à Helsinki  Library 10 et meetingpoint@lasipalatsi. Leur analyse a fortement servi à la conception de la nouvelle bibliothèque.

Madame Berndtson nous entretiendra également des liens privilégiés entre la bibliothèque et le milieu scolaire et nous en exposera les conséquences en terme d’insertion sociale chez les jeunes.

logo-cdeacfNous ferons ensuite une incursion dans le monde de l’alphabétisation avec Rosalie Ndejuru, conseillère principale au CDEACF. Celle-ci nous exposera les impacts sociaux des stratégies déployées par cet organisme sur les communautés qu’il dessert.

Enfin, Louise Guillemette-Labory, nous démontrera que oui, le développement social est au cœur de la vocation des bibliothèques. Comment? Je lui en laisse la surprise…!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2011 06

43 biblios

Cet été, Mme Véronick Raymond, du blogue de Radio-Canada, écrivait Les cinq commandements du parfait rat de bibliothèque montréalais. Pour elle, un aspect majeur et positif de notre réseau résidait dans la spécificité de nos 43 bibliothèques:

« Chaque établissement a sa spécificité, à l’image des communautés qui le fréquentent. À la Bibliothèque interculturelle du chemin de la Côte-des-Neiges, on a une collection de livres en langues étrangères allant du vietnamien à l’hindi en passant par le tamoul et le tagalog… alors qu’à Hochelaga, on a l’une des plus grandes collections pour enfants. Certaines bibliothèques sont miniatures, d’autres logent dans de beaux édifices historiques.»

En effet, nous sommes un grand réseau. Nous nous sommes donc dit qu’il serait intéressant d’apprendre à mieux se connaître et d’avoir un espace commun pour partager nos particularités. L’objectif est fort simple : faire le tour des 43 bibliothèques de notre réseau en moins de 52 semaines. Les billets seront diffusés les lundis, de septembre 2011 à août 2012.

Pour les plus motivés, c’est aussi une occasion d’en apprendre plus sur la méthode de publication de ce blogue.

Voici les règles du jeu :

  • Nous demandons un texte d’environ 150 à 250 mots avec une ou deux photos (ou vidéo, pour les plus motivés).
  • Nous cherchons à connaître et à mettre en valeur la spécificité de votre bibliothèque: que ce soit par l’entremise d’une collection particulière, d’une activité particulière, de votre bâtiment, des usagers de votre arrondissement, de vos employés, etc.
  • Puisque vous écrivez pour vos collègues, nous vous invitons à user de cette liberté dans l’écriture et le style de vos textes.
  • Les plus courageux peuvent prendre cette occasion pour apprendre à publier sur Espace B via l’interface WordPress. Pour les autres, nous nous occuperons de la publication. Patrick M. Lozeau est à votre disposition pour vous aider si vous avez des questions.
  • Le mieux serait un article par bibliothèque et non un article par arrondissement, mais nous sommes accommodants.
  • Les billets doivent nous être envoyés le vendredi précédant votre publication.

Pour partir ce projet, nous avons décidé de demander à certaines personnes de partir l’aventure.

  • Mardi, 6 septembre : Présentation du projet
  • Lundi, 19 septembre – Bibliothèque Jean-Corbeil (Olivier Barrette)
  • Lundi, 26 septembre – Bibliothèque Saint-Pierre (Francine Dupuis)
  • Lundi 3 octobre – Bibliothèque Robert-Bourassa (Jean-François Pépin)
  • Lundi, 10 octobre – Bibliothèque Langelier (Madeleine Godin)

Merci beaucoup et en espérant que ce projet vous emballe autant que nous,

Thierry Robert,
Pour l’équipe des médias sociaux

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2011 19

5715585792_1ca4708931_z
L’été autour de Publie.net tire à sa fin. Lundi prochain, le 22 août, nous clôturerons en beauté cette fête du livre numérique par une séance de clavardage avec l’auteur François Bon à 12h.

Nous avons été ravis par la réponse favorable du public à l’égard de ces oeuvres littéraires numériques disponibles en lecture continue. Saviez-vous que 38 365 pages ont été lues en ligne au cours des deux derniers mois? Une belle surprise pour les bibliothécaires qui se sont engagés dans ce projet de médiation, bien plus par conviction et par passion que sur les heures de travail et sur la promesse de statistiques éclatantes…Même le catalogue s’est mis de la partie: tous les titres impliqués dans les activités ont été traités de manière à être accessibles.

Ce résultat suggère néanmoins que les efforts consentis en matière de médiation numérique et de mise en valeur de ressources en ligne peuvent faire une différence. C’est aussi très réjouissant de constater que l’on peut explorer des mondes qui ne sont pas ceux de la littérature mainstream et que l’on peut contribuer à la bibliodiversité.

Les animations qui ont été réalisées dans le but d’accompagner chacune des oeuvres sélectionnées dans le cadre du parcours de lecture proposé ne manquaient pas de bonne humeur et de folie. Avec La science des lichens de Mahigan Lepage, nous avons lancé un Tumblr d’occasion. Pour Cartons de Christine Jeanney, la première semaine de juillet, nous avons déménagé des textes sur le thème du déménagement et réuni des auteurs en co-location dans une auberge espagnole sur Scoop.it. Le scarabée d’or d’Edgar Allen Poe, qui est une oeuvre de cryptologie avec une énigme à décoder, a été le prétexte pour proposer des codes QR (et incidemment, le prétexte pour faire en sorte que la médiation des oeuvres circule entre les territoires physiques et numériques des bibliothèques). L’auteur G@rp de Locked in Syndrom – où il est question de jeux vidéos- a ensuite accepté de se prêter au jeu de l’entrevue avec notre bibliothécaire spécialiste des jeux. C’était une façon de renouer avec la rencontre d’auteur classique mais version en ligne. Quand le roman noir de Didier Daeninckx, À louer sans commission, est arrivé, nous avons été rencontrer le Directeur de la police du SPVM pour lui demander de partager avec nous ses coups de coeur policier, ne manquez pas de voir les vidéorecommandations! Les Notules dominicales de culture domestique par Philippe Didion ont été introduites et portées dans un écrin par un lecteur d’exception: Benoît Melançon de L’oreille tendue a accepté de nous amener avec lui À la découverte de la Notulie. Nous sommes quelques uns à ne pas en être encore revenu. Avec Les Je-sais-pas de Sarah-Maude Beauchesne qui est une création qui s’écoute autant qu’elle se lit, nous avons augmenté l’oeuvre d’une playlist qui présente des pièces de musique qui sont mises en scène dans le texte…

Et maintenant, c’est la semaine du chef d’orchestre de Publie.net et l’auteur de l’essai Après le livre: François Bon que nous recevons avec un très très grand plaisir. Je vous invite à consulter la mise en réseau de Après le livre, préparée par Patrick Lozeau. Soulignons que Après le livre paraîtra aux éditions du Seuil en septembre 2011 – avec une peau en papier.

Vous avez tout le weekend pour lire cette oeuvre, si ce n’est déjà fait, et, que vous l’ayiez lue en tout ou en partie, ou pas du tout – vous en aurez le goût ensuite-, nous vous invitons à discuter de cette lecture et de la question : qu’est-ce que l’écriture numérique change au destin du livre et aux enjeux de la littérature?, lundi prochain en clavardant avec François Bon. Aiguisez vos claviers!

| La photo représentant François Bon provient de la galerie de la Bibliothèque universitaire d’Angers sa-by-cc source : Flickr |

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :