nov - 2011 28

Bibliothèque MaisonneuveSituée à l’intersection des rues Ontario et Pie-IX, en plein cœur du quartier Hochelaga-Maisonneuve, la bibliothèque Maisonneuve est sans aucun doute un monument que l’on remarque facilement dans le paysage environnant.  Avec son imposante structure en pierre et sa grande porte digne des bibliothèques d’autrefois, ce bâtiment, qui fêtera son 100e anniversaire cette année,  a de quoi réveiller l’intérêt des plus nostalgiques.

Ancien Hôtel de Ville de la municipalité de  Maisonneuve et Institut du Radium de l’Université de Montréal, le passé historique de l’endroit en a beaucoup à vous raconter.  Ce ne serait pas étonnant d’ailleurs si on y découvrait des manifestations étranges une fois les lumières éteintes et les portes fermées comme le fantôme de la célèbre Bolduc qui y vécut ses derniers moments du temps de l’Institut du Radium !  Toutefois, malgré les apparences, on y trouve bien plus que de vieux livres pleins de poussières.  Avec les années, la bibliothèque Maisonneuve a su s’adapter aux changements et fournir des services et collections à l’image du quartier et de ses résidants.



Bibliothèque Maisonneuve - livres pour les jeunesEn effet, avec le temps, la bibliothèque a su cohabiter avec les fidèles résidants de toujours et les nouvelles familles curieuses de découvrir la diversité des services offerts dans le quartier.  De ce fait, la section jeunesse a pris un véritable coup de jeune et offre une panoplie de services pour les familles et les écoles.  Heures du conte, rencontres d’auteurs, initiations à la bibliothèque, concours pour adolescents, il y en a pour tous les goûts.  Soucieuse également d’appuyer les personnes ayant des besoins particuliers, la bibliothèque s’engage dans des projets liés à la réussite scolaire, à l’alphabétisation de même qu’à l’aide à l’emploi, un besoin important dans ce milieu.

Romans harlequinCette mixité sociale se reflète également dans la diversité des collections de la bibliothèque.  Ici, nous sommes heureux de présenter les toutes dernières nouveautés allant des prix littéraires aux ouvrages plus spécialisés.  Cependant, nous sommes tout aussi fiers de notre imposante collection de romans Harlequin, de notre grande collection de DVD sans oublier la plus grande sélection de disques de musique country du réseau !  Venez découvrir ce qui se cache dans cette belle bibliothèque de quartier.

Vous pouvez suivre la bibliothèque Maisonneuve sur leur page Facebook.








Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 22

Dans le cadre du Salon du livre de Montréal, retour sur la Table ronde La lecture et les garçons : Comment proposer des pistes d’interventions efficaces susceptibles d’accroître l’intérêt de la lecture chez les garçons.

Adolescent qui lit sur la rue. Nous étions quatre participants enthousiastes à l’idée de contribuer vendredi dernier, à l’intérieur de la Journée des professionnels, à cet échange inspirant : Louis Émond, Martine Lamontagne, Carole Tremblay, Élaine Turgeon et moi-même.

La table ayant suscité un grand intérêt, je partage ici mon texte de présentation qui a entamé la discussion (et ma fois, rallié les troupes).

Dans ma réflexion, j’ai fait fi des objectif pédagogiques / didactiques souvent reliés à la lecture (et à la non-réussite scolaire) des garçons, pour m’attarder à l’acte de lire pour le plaisir, par motivation PERSONNELLE, et non pour satisfaire aux demandes du prof ou de sa mère (bibliothécaire, encore pire!)

Bibliothécaire ayant travaillé une dizaine d’années dans le quartier Centre-Sud de Montréal, ayant vu défiler des centaines de garçons (lecteurs et non lecteurs) et mère de deux garçons; ado et jeune adulte, j’ai constaté clairement que les garçons, à un moment ou à un autre de leur cheminement académique, ont trrrès bien ressenti et compris qu’on VOULAIT qu’ils lisent, et des BONS livres, des livres DIFFICILES, ÉPAIS, mais que ça ne leur donnait pas plus ENVIE de passer à l’acte!

On sent actuellement une telle pression sur les garçons à lire, j’ai un malaise avec ça… À peine un peu plus de 30% des Montréalais sont abonnés à nos bibliothèques. Juge-t-on les adultes qui ne fréquentent pas nos bibliothèques? Est-ce qu’on met tant de pression sur nos collègues, nos frères, nos chums : As-tu lu des chapitres de ton roman avant de te coucher chéri? Est-ce qu’on se permet des commentaires sur la présence du Guide de l’automobile dans le panier du client chez Costco? Quand on parle de plaisir… on parle d’abord de choix.

Je pars donc avec la prémisse que les garçons aiment autant lire que les filles… s’ils sont « présentés » à de nombreux livres, et s’ils ont le dernier mot quant au choix!

À la question adressée à Claude Ponti: « Avez-vous un truc pour intéresser un enfant à la lecture? », celui-ci a répondu : « Insérer une tranche de jambon différente entre chaque page! » Ainsi, comme bibliothécaire/passeuse de livres, (et comme mère), je ne cherche plus depuis belle lurette de recettes « miracles » pour intéresser un jeune à la lecture mais je m’accroche à deux principes selon moi immuables :

    La liberté entière du jeune, qui est déjà un petit citoyen penseur, de choisir le genre, le niveau, ce qui lui convient au moment présent : Il connait ses besoins et ses goûts.
    L’engagement de l’adulte passeur de livre : Consacrer l’effort et le temps nécessaires pour proposer un choix varié (qui ne corresponde pas à ses propres critères subjectifs d’adulte bien pensant), s’investir dans la lecture à haute voix et susciter l’échange autour du livre. Cette valeur d’engagement nous ramène à la présence essentielle de « médiateurs » ou de « passeurs de livres »; dans nos écoles, nos bibliothèques, nos maisons. Cela nous ramène aussi impérativement à une reconnaissance collective du temps (on ne s’y soustraira pas!) comme un élément essentiel de la réussite dans nos efforts pour développer le goût de la lecture.

À partir de là, plusieurs stratégies sont à envisager, plusieurs pistes d’interventions sont à explorer, selon les spécificités du milieu et des jeunes visés, nos habiletés comme passeur de livres, nos budgets…

Je pourrai témoigner du succès du programme Coup de poing, qui a permis à 2000 jeunes montréalais de participer à des discussions autour d’albums… et qui a véritablement suscité un intérêt et un engagement des jeunes dans la découverte d’œuvres littéraires… Je m’arrête ici, parce que Coup de poing, vous connaissez!!!

Marie Désilets

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 25

Bixi-Biblio dans l'entrée de BrennanLa semaine dernière avait lieu la Semaine des Bibliothèques publiques du Québec.  Chaque année, les bibliothèques ont pour objectif de faire connaître leurs produits et services auprès de la clientèle existante, mais aussi la clientèle potentielle avec l’ajout de nouveaux abonnés.

Cette année, l’équipe de la Direction associée a organisé deux séances d’abonnements dans les bureaux administratifs de la Ville de Montréal. Les employés avaient reçu un courriel qui les informait de la présence d’une table avec des heures pour la visiter. L’opération s’est révélée un succès avec un nouvel abonnement toutes les 4 minutes!

En plus d’aller chercher de nouveaux abonnés, l’opération a permis de faire connaître aux employés les dernières avancées des Bibliothèques de Montréal avec la fin de l’implantation de Millennium à l’ensemble des bibliothèques du réseau et l’offre de service uniforme à travers le Catalogue Nelligan. Sans oublier les ressources en ligne qui ont retenu l’attention de plusieurs employés non-résidents de Montréal, mais dont ils peuvent se prévaloir.

En bout ligne, auriez-vous dit non à un abonnement gratuit à de tels sourires? :)

Delphine et Geneviève

Delphine et Geneviève à la table pour accueillir les nouveaux abonnés.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 17

Une bibliothèque multi…sensorielle.

Interieur PE Vous entrez à la bibliothèque. Vous croyez souffrir d’hallucinations auditives. Vous entendez des voix provenant du plafond. Des voix de femmes, d’hommes, d’enfants, des voix qui vous disent bienvenue à la bibliothèque. Une affiche explicative vous rassure : vous n’avez pas rêvé, il y a effectivement de petits haut-parleurs qui diffusent des enregistrements de résidants du quartier qui disent bienvenue à la bibliothèque en plus de… 40 langues! Vous entrez donc dans cette bibliothèque si accueillante et ce qui vous frappe ensuite, c’est l’effervescence qui se dégage des lieux. Un simple coup d’œil vous en met plein la vue. Des femmes en sari scintillant sont assises au secteur des jeunes avec leurs poupons, des enfants lisent dans des fauteuils, d’autres sont rivés aux ordinateurs.  Du côté des adultes, une bibliothécaire fait une visite de groupe avec une classe de francisation. Dans la salle d’animation, des femmes dégustent un thé comme le veut la tradition à l’activité de l’Heure du thé. Au comptoir, un employé abonne de nouveaux arrivants. Il explique tran-quil-le-ment les règlements.

ParcExtLes usagers de la bibliothèque donnent une couleur singulière à l’institution. Ils sont majoritairement nés à l’extérieur du pays. Vous vous dites que les Tremblay et les Lafleur ne sont certainement pas nombreux dans les parages. Vous fermez les yeux, vous entendez des enfants qui discutent et se chamaillent un peu. Des enfants comme on en trouve dans toutes les bonnes bibliothèques, peut-être même l’une près de chez-vous! Des enfants qui parlent un français impeccable. Vous imaginez quelques secondes les parents, vous anticipez leur espoir, leurs rêves, leurs ambitions et aussi, leurs désillusions.

Vous vous dites que ce n’est pas banal des usagers qui sentent le cari, la menthe, le plantain, alouette.

Vous vous dites que ce serait idiot de garder les yeux clos, car le sourire de tous ces gens vous va droit au cœur.

Vous ouvrez les yeux, oui, vous êtes bel et bien à la bibliothèque de Parc-Extension.

Une bibliothèque multi…culturelle!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 12

Allison Moore devant la murale de la bibliothèque Pointe-aux-Trembles

Des monstres et des livres
Nan kad mete an plas yon pwojè medyasyon kiltirel, awondisman Rivyè-dè-
Preri-Pwento-Tramb avèk biwo piblik nan Vil Monreyal ki okipe zafè atis,
te òganize yon konkou pou atis pwofesyonèl te prezante yon èv kite kapab
bay sektè jenès bibliotèk Pwento-Tramb nan jarèt.
Yon jiri te seleksyone èv 2 gran atis : Arthur Desmarteaux avèk Allison
Moore nan tèt ansanm te fè yon tablo an mozayik ki rele «Gran
rasanbleman». Moun ki bezwen plis enfòmasyon kapab ale sou sit entènèt
http://www.legrandrassemblement.com/ lap jwen fason pwojè-a te mete
sou pye ak lòt bagay ke atis yo fè déjà. Twa klas nan lekòl Notre-dam ki nan
katye-a, te enspire yo de èv atis yo ak kapsil videyo ki sou sit entènèt la pou
yo te reyalise 2 tablo ki ekspoze nan bibliotèk la.
Depi mwa jwen 2011, nan sektè jenès bibliotèk Pwento-Tranb, tout moun
kapab wè bèl èv 2 gran atis yo te fè-a, tablo sa-a ki fèt ak mozayik tout koulè
ki montre anpil kreyati monstr ak bèt ansanm.

Dans le cadre du Mois du créole de Montréal, on partage avec vous ce texte de la Bibliothèque Pointe-aux-Trembles.

Nan kad mete an plas yon pwojè medyasyon kiltirel, awondisman Rivyè-dè-Preri-Pwento-Tramb avèk biwo piblik nan Vil Monreyal ki okipe zafè atis, te òganize yon konkou pou atis pwofesyonèl te prezante yon èv kite  kapab bay sektè jenès bibliotèk Pwento-Tramb nan jarèt.

Yon jiri te seleksyone èv 2 gran atis : Arthur Desmarteaux avèk Allison Moore  nan tèt ansanm te fè yon tablo an mozayik ki rele «Gran rasanbleman». Moun ki bezwen plis enfòmasyon kapab ale sou sit entènèt http://www.legrandrassemblement.com/ lap jwen fason pwojè-a te mete sou pye ak lòt bagay ke atis yo fè déjà. Twa klas nan lekòl Notre-dam ki nan katye-a, te enspire yo de èv atis yo ak kapsil videyo ki sou sit entènèt la pou yo te reyalise 2 tablo ki ekspoze nan bibliotèk la.

Depi mwa jwen 2011, nan sektè jenès bibliotèk Pwento-Tranb, tout moun kapab wè bèl èv 2 gran atis yo te fè-a, tablo sa-a ki fèt ak mozayik tout koulè ki montre anpil kreyati monstr ak bèt ansanm.

Le texte original est de Marie-Élise Leroux et de Nicole St-Vincent
La traduction en kreyol ayisyen est de Chesena Murat

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 11

La Bibliothèque Langelier

Avec ses larges fenêtres qui laissent entrer la lumière naturelle et sa jolie terrasse invitante tout l’été, avec son personnel courtois, pour qui la qualité du service importe grandement, la bibliothèque Langelier est un lieu accueillant pour tous.

Facile d’accès, située au 6473 Sherbrooke est, voisine de la station de métro Langelier, face à un centre commercial, entourée de nombreux commerces et restaurants. Visiter la bibliothèque est un arrêt salutaire pour tous ceux qui veulent se laisser séduire par un livre, un dvd, un cd ou tout simplement lire dans une ambiance agréable.

La bibliothèque Langelier est un lieu rassembleur qui accueille une clientèle diversifiée: jeunes familles, retraités, étudiants, adolescents, internautes, travailleurs autonomes, curieux de tout acabit.

Ouverte aux organismes communautaires du quartier, sa salle de spectacle accueille périodiquement des conférences, des projections et est un lieu de rencontre privilégié pour les adultes et les jeunes.

Près d’une vingtaine de classes des écoles du quartier et des centres de la petite enfance
se présentent régulièrement à la bibliothèque pour visiter la section jeunesse, un lieu dynamique qui offre une panoplie de bandes dessinées et de mangas, une section jeux pour les jeunes familles. Les contes pour les poupons, pour les tout-petits, les contes et croissants représentent également des activités fort populaires pour les jeunes de 0 à 7 ans.

La lumineuse section adultes, avec ses revues multiples, est une belle porte d’entrée pour tous les usagers qui veulent s’ouvrir sur le monde. Les jeunes adultes sont particulièrement privilégiés avec une collection qui leur est consacrée.

Que ce soit pour lire, feuilleter, consulter, découvrir les diverses collections, brancher son portable, utiliser le service internet sans-fil, la biliothèque Langelier est un service essentiel pour tous, un rendez-vous à ne pas manquer chaque jour de la semaine.

Vidéo sur la bibliothèque Langelier

Code QR pour accéder à la vidéo

Code QR de la vidéo de Langelier

Merci!

Josée Valiquette, Jessica Lecavalier, Madeleine Godin et Luc Fleury.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 03

Bibliothèque Outremont - section des jeunesLa bibliothèque Robert-Bourassa a ouvert ses portes le 1er avril 1998. Le bâtiment propose des aires communicantes qui introduisent l’usager à l’ambiance générale du lieu dès son arrivée. Cette approche architecturale, qui fait grandement appel à la lumière naturelle, à l’innovation et à l’ouverture, permet le développement d’une synergie entre les différentes fonctions de la bibliothèque et entre les usagers eux-mêmes. Sur les murs de la bibliothèque sont exposées des œuvres d’art en rotation qui sont prêtées par la Galerie d’art d’Outremont adjacente, et qui complètent l’harmonie d’ensemble du bâtiment. Durant l’été, un jardin terrasse offre aux abonnés un refuge tranquille pour y faire la lecture. Un parc informatique composé de dix-sept postes et un environnement WiFi est mis à la disposition des petits et des grands.  Sa collection totalise plus de 90 000 documents, une centaine de périodiques et plusieurs activités sont proposées aux citoyens.

Bibliothèque Outremont - terrasseEffectivement, c’est dans la Galerie d’art d’Outremont que se déroule à chaque deux ans l’Hommage aux écrivains d’Outremont. Une activité de renom qui connaît toujours un grand succès.  Plusieurs clubs de lecture organisent leurs rencontres dans les locaux de la bibliothèque, et même le Club virtuel des Irrésistibles y fait sa remise de prix annuel.  Qui plus est, à chaque printemps a lieu la très courue Soirée des ados, une soirée aux nombreuses activités qui attirent les jeunes adolescents de tous les arrondissements de Montréal. Dernièrement, la bibliothèque organise tous les mardis matins la Matinée des aînés et ouvre ses portes pour les personnes aînées.  Ces dernières sont invitées à venir prendre le café avec les employés de la bibliothèque et des formations Internet sont offertes gratuitement de façon conviviale.

Des visites de groupe, des animations thématiques et des heures du contes  sont organisées durant l’année afin d’animer les écoles, les centres de la petite enfance et les jeunes familles.

En plus de son ambiance très familiale, la bibliothèque s’assure aussi d’offrir un environnement de lecture et de travail des plus convivial  à ses usagers.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2011 26

Photo 13Photo 7biblio_stpierre3Photo 8Photo 11

La bibliothèque de Saint-Pierre située au cœur du quartier Saint-Pierre à Lachine  partage l’édifice du 183 rue Des Érables avec l’aréna Martin-Lapointe, le Centre culturel et communautaire Fernand-Laplaine et les bureaux du comité de revitalisation urbaine et intégrée de Saint-Pierre (CRUISP). Depuis 2003, ce quartier défavorisé est impliqué dans une démarche de revitalisation urbaine et intégrée*, son slogan : Saint-Pierre imagine… une place pour tous!

La rénovation complète en 2006 de cette bibliothèque, l’une des plus petites du réseau (340 m2, un ancien gymnase d’école) a sans contredit contribué à lui redonner un nouveau souffle et à l’ancrer davantage dans le milieu. On a su y créer un milieu accessible, convivial, agréable, sécuritaire, une place pour tous. On y offre les mêmes services que

les plus grandes : ouverture 7 jours / 7, Wi/fi, de l’aide à la recherche, des conseils de lecture, une salle de réunion et d’animation,  etc   Les activités offertes sont organisées en réponse aux besoins exprimés par le milieu et en partenariat avec soit : la maison de jeunes, un groupe de citoyens, le CRUISP, les écoles primaires, ou autre organisme.  La bibliothèque participe aux grands projets du quartier, programme pour la réussite scolaire,  campagne sur la sécurité,  les fêtes du quartier, le programme graffiti.

affiche study buddies bibliothèque Lachineaffiche héros du samedi bibliothèque St-Pierre

Définition de revitalisation urbaine intégrée : C’est une démarche axée sur la concertation et la participation citoyenne qui vise l’amélioration des conditions de vie des résidants d’un secteur défavorisé.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2011 19

Anjou

Au loin, dans l’Est de la Ville, se trouve le magnifique royaume d’Anjou. Il s’agit d’un éden verdoyant semi-urbain, semi-banlieusard où une quarantaine de milliers d’âmes ont élu domicile. Ce royaume possède une forteresse commerciale immense, ainsi qu’un parc d’affaire très dynamique. Au cœur de ce royaume se trouve une grande bibliothèque prénommée en l’honneur d’un ancien grand seigneur du coin et actuellement gérée par une authentique comtesse originaire des vieux pays. On parle ici bien-sûr de la bibliothèque Jean-Corbeil.

La bibliothèque Jean-Corbeil se situe littéralement au cœur de l’arrondissement. En l’absence de maison de la Culture à Anjou, l’institution bibliothéconomique occupe une place importante dans la diffusion de la culture, mais tient également le fort comme lieu de rencontre et de socialisation des habitants du quartier. Un contexte parfait pour en faire une bibliothèque du 21ième siècle quoi.

On peut affirmer, en toute modestie bien sûr, que ce qui distingue la bibliothèque outre son décor vintage brunâtre et orangé des années 80,  est sans doute sa volonté de dynamisme et son ouverture d’esprit. En effet, la bibliothèque Jean-Corbeil embarque dans autant de projets que possibles et s’affaire à offrir une variété de services le plus large possible à ses clients. Ainsi, on y retrouve la plupart des collections spéciales présentent à Montréal (coups de poing, réussite scolaire, nouveaux arrivants, etc), mais également une collection inédite d’albums ados et un panneau des coups de cœur du Club des Irrésistibles. Une volumineuse collection de CD aux teintes jazz fait également partie de l’offre « particulière» de la biblio.

La bibliothèque a la chance d’avoir une équipe de cinq bibliothécaires dont un spécialement dédié à la médiation et l’animation du livre. Ainsi, de très nombreux projets sont mis en place à chaque année ce qui favorise une appropriation impressionnante de la bibliothèque par la communauté et les organismes. La bibliothèque essaie tant que faire se peut de lever la main et être présente lorsque des projets sont proposés.

Olivier Barrette

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2011 06

43 biblios

Cet été, Mme Véronick Raymond, du blogue de Radio-Canada, écrivait Les cinq commandements du parfait rat de bibliothèque montréalais. Pour elle, un aspect majeur et positif de notre réseau résidait dans la spécificité de nos 43 bibliothèques:

« Chaque établissement a sa spécificité, à l’image des communautés qui le fréquentent. À la Bibliothèque interculturelle du chemin de la Côte-des-Neiges, on a une collection de livres en langues étrangères allant du vietnamien à l’hindi en passant par le tamoul et le tagalog… alors qu’à Hochelaga, on a l’une des plus grandes collections pour enfants. Certaines bibliothèques sont miniatures, d’autres logent dans de beaux édifices historiques.»

En effet, nous sommes un grand réseau. Nous nous sommes donc dit qu’il serait intéressant d’apprendre à mieux se connaître et d’avoir un espace commun pour partager nos particularités. L’objectif est fort simple : faire le tour des 43 bibliothèques de notre réseau en moins de 52 semaines. Les billets seront diffusés les lundis, de septembre 2011 à août 2012.

Pour les plus motivés, c’est aussi une occasion d’en apprendre plus sur la méthode de publication de ce blogue.

Voici les règles du jeu :

  • Nous demandons un texte d’environ 150 à 250 mots avec une ou deux photos (ou vidéo, pour les plus motivés).
  • Nous cherchons à connaître et à mettre en valeur la spécificité de votre bibliothèque: que ce soit par l’entremise d’une collection particulière, d’une activité particulière, de votre bâtiment, des usagers de votre arrondissement, de vos employés, etc.
  • Puisque vous écrivez pour vos collègues, nous vous invitons à user de cette liberté dans l’écriture et le style de vos textes.
  • Les plus courageux peuvent prendre cette occasion pour apprendre à publier sur Espace B via l’interface WordPress. Pour les autres, nous nous occuperons de la publication. Patrick M. Lozeau est à votre disposition pour vous aider si vous avez des questions.
  • Le mieux serait un article par bibliothèque et non un article par arrondissement, mais nous sommes accommodants.
  • Les billets doivent nous être envoyés le vendredi précédant votre publication.

Pour partir ce projet, nous avons décidé de demander à certaines personnes de partir l’aventure.

  • Mardi, 6 septembre : Présentation du projet
  • Lundi, 19 septembre – Bibliothèque Jean-Corbeil (Olivier Barrette)
  • Lundi, 26 septembre – Bibliothèque Saint-Pierre (Francine Dupuis)
  • Lundi 3 octobre – Bibliothèque Robert-Bourassa (Jean-François Pépin)
  • Lundi, 10 octobre – Bibliothèque Langelier (Madeleine Godin)

Merci beaucoup et en espérant que ce projet vous emballe autant que nous,

Thierry Robert,
Pour l’équipe des médias sociaux

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :