jan - 2011 11

Comme mon collègue Thierry l’a fait la semaine dernière avec les jeux tremplins, j’aimerais profiter de cette tribune pour faire écho à un article du Library Journal intitulé « LJ Best video games of 2010 ». Je ne reviendrai pas directement sur les jeux mis de l’avant dans cet article; je me contenterai seulement de dire que ces choix ne m’apparaissent pas très appropriés au contexte biblioludique québécois, et notamment au programme des bibliothèques de Montréal-Nord sur lequel je travaille depuis une quinzaine de mois.

Pourquoi un jeu ne serait-il pas approprié ? Et bien, ça dépend évidemment des limitations et des règles propres à chaque bibliothèque accueillant des programmes de jeux, mais je dirais que de manière générale, quelques critères de base peuvent s’appliquer.

Les bons jeux en bibliothèques sont généralement :

  • ESRBmature17Classés E, E 10+ ou T (respectivement pour tous, 10 ans et + et 13 ans et +):: Certaines bibliothèques, dont Montréal-Nord, proposent une petite sélection de jeux classés M (pour Mature, ou 17 ans et +). D’autres bibliothèques ont carrément décidé de ne pas inclure ces jeux dans leurs collections. Au-delà des grandes qualités que possèdent beaucoup de ces jeux (par exemple, les jeux Limbo et Battlefield Bad Company 2 cités dans l’article de LJ, ou Assassin’s Creed : Brotherhood, produit à Montréal par l’équipe d’Ubisoft), la grande majorité des participants aux programmes de jeux vidéo en bibliothèques n’y auront pas accès. Pour en savoir plus sur le classement des jeux vidéo, je vous propose de jeter un œil ici et ici.
  • Des jeux se jouant à 2 joueurs ou plus : d’après mon expérience, peu de jeunes viennent à la bibliothèque pour s’isoler devant un jeu alors qu’ils peuvent jouer et compétitionner en groupe. D’ailleurs, l’un des objectifs de ces programmes est souvent de favoriser la sociabilisation des jeunes.
  • Des jeux relativement faciles d’approche : Un peu à l’image des jeux tremplins dont traitait Thierry, les bons jeux sont aussi ceux auxquels on peut jouer sans avoir à lire un manuel ou, plus généralement, sans avoir à subir un certain nombre de tutoriels. En ce sens, les jeux d’aventure sont souvent à déconseiller, non pas parce qu’ils ne sont pas intéressants, mais bien parce qu’ils le sont trop et qu’ils demandent un grand investissement en effort et en temps, et ce, souvent même avant d’avoir pu commencer à jouer.
  • Des jeux rapides : Qui dit jeu facile d’approche dit aussi jeu rapide. Avec un nombre limité de consoles, on peut difficilement se permettre de proposer des jeux qui demandent plus d’une dizaine de minutes par partie. Sinon, gare à la grogne dans la file d’attente !

Voici donc, suivant ces quelques principes, mes meilleurs jeux de l’année 2010 pour les bibliothèques:

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :