oct 05

La popularité des médias sociaux et des nouveaux outils de diffusion et de partage de ressources croît, les habitudes de consommation informationnelle des gens varie, et notre cadre de responsabilités en tant que professionnels de l’information tend à s’étendre au-delà du lieu physique, dans un univers virtuel dont les limites sont difficiles à circonscrire.

S’il est possible de modifier ses habitudes de travail pour mettre à profit les ressources de l’écosystème numérique afin de faciliter les activités bibliothéconomiques et améliorer l’offre de services au public, ce n’est toutefois pas chose facile. Malgré l’enthousiasme et la bonne volonté, et parce qu’il est difficilement possible dans le cadre de mon emploi d’y consacrer tout le temps requis, j’avoue me sentir parfois dépassée par la diversité des outils disponibles et le temps qu’implique (ou impliquerait) l’apprivoisement et l’appropriation de chacun.


Il y a peu, je considérais l’utilisation des réseaux sociaux comme une activité accaparante dont je questionnais l’intérêt… jusqu’à ce que je me dise que la popularité de ces outils méritait bien que je mette de côté mes préjugés pendant quelques semaines, et que je m’en fasse une opinion fondée.

En fait, j’ai découvert que certains outils, tels que Twitter, me faisaient gagner du temps. D’abord, certains des collègues ajoutés à mon réseau sont tellement actifs dans la recommandation de liens pertinents à mon travail ou correspondant à mes intérêts personnels et professionnels que je ne consulte plus que très rarement mon agrégateur de flux RSS. D’autre part, il m’arrive de poser aux membres de mon réseau des questions théoriques ou techniques se rapportant à mon travail, auxquelles je reçois souvent des réponses plus rapides que si je devais entreprendre une recherche documentaire. Ces réponses ont aussi l’avantage de témoigner de la créativité et du professionnalisme des gens : ce sont donc des réponses « incarnées ».

Ensuite, j’y partage moi aussi des ressources et je réponds aux questions d’autrui, étant donné que la fonction d’un outil de réseautage social, c’est justement d’échanger, et que dans la mesure où l’on « reçoit », il est aussi normal de « donner ». Je le fais en temps réel en même temps que mes activités de veille personnelle quotidiennes, peu importe où je me trouve, ce qui fait que je ne l’oublie pas et que c’est devenu une habitude. Je n’ai d’ailleurs pas besoin de composer une description bibliographique complète (une autre économie!), étant donné que le nombre de caractères est limité (140).

100 manières d’utiliser Twitter en bibliothèque

Dans le cadre de mes explorations, j’ai aussi découvert que plusieurs bibliothèques, à l’échelle internationale, utilisent Twitter à toutes sortes de fins. À ce sujet, Mobile Libraries, un blog découvert récemment et portant sur les services mobiles offerts par les milieux documentaires, proposait le 19 septembre dernier 100 manières d’utiliser Twitter en bibliothèque. Cette ressource étant en anglais, je vous propose quelques-unes de ces suggestions destinées à mettre à profit ce populaire outil de micro-blogging.

  • Améliorer les services de référence en se tenant informés de l’actualité et en identifiant les experts de certains domaines;
  • Permettre la discussion et les échanges entre bibliothécaires et membres de la communauté, par exemple par le biais de séances de questions & de réponses, auxquelles chacun est appelé à collaborer;
  • Proposer aux utilisateurs de nouvelles ressources d’intérêt;
  • Recevoir du feedback par rapport aux changements de politique (ex. étendre les heures d’ouverture);
  • Découvrir des histoires et des nouvelles inspirantes à propos de la littéracie et des autres bibliothèques;
  • Rester connecter avec ses collègues, découvrir ce qu’on a en commun avec eux;
  • Se tenir informés des activités de formation et conférences dans le domaine des sciences de l’information; se tenir informés des nouveaux services, rencontres et événements dans le contexte de travail;
  • Converser avec les éditeurs et fournisseurs de service, se tenir au courant des nouveautés, etc.

Quelques conseils :

  • Utiliser un service tel que TweetDeck pour filtrer les flux d’information (ex. collègues, amis, spécialistes d’une discipline, etc.);
  • Faire des annonces et souligner les mises à jour pour promouvoir votre bibliothèque et les programmes offerts, c’est une bonne chose, mais il importe d’en limiter le nombre afin de ne pas « envahir » le fil de Tweets des « followers »;
  • Éviter les périodes d’inactivité qui seraient perçues comme un manque d’intérêt à l’égard de la communauté;
  • Les termes Library et Libraries permettent de repérer des bibliothèques utilisatrices et bien sûr d’en observer la pratique.

En terminant, je vous propose une page de wiki traitant aussi de l’utilisation de Twitter en bibliothèque (en anglais) qui, bien que publiée à l’automne 2008, constitue toujours une excellente ressource de vulgarisation.

Vous ai-je donné envie d’explorer Twitter?

Vos commentaires sont les bienvenus, sur ce blog ou encore via Twitter ;-) (@jjfortin). Vous pouvez aussi suivre l’activité des bibliothécaires du réseau des bibliothèques publiques de Montréal sur Twitter, via l’Univers Netvibes des bibliothèques.


Partager cet article sur Partager sur Facebook Partager sur Twitter Delicious
Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :


19 commentaires pour “Bibliothèque, Twitter… et moi”

  1. Twitted by JJFortin a dit :

    [...] This post was Twitted by JJFortin [...]

  2. Twitted by Silvae a dit :

    [...] This post was Twitted by Silvae [...]

  3. Twitted by guerrier a dit :

    [...] This post was Twitted by guerrier [...]

  4. Twitted by twittes a dit :

    [...] This post was Twitted by twittes [...]

  5. Twitted by vincentac a dit :

    [...] This post was Twitted by vincentac [...]

  6. Tweets that mention Bibliothèque, Twitter… et moi -- Topsy.com a dit :

    [...] This post was mentioned on Twitter by twittes1, Marie H., VincentAC, Julie Fortin and others. Julie Fortin said: Bon matin! Nouveau billet sur Espace B : Bibliothèque, Twitter… et moi – http://bit.ly/Aew9S [...]

  7. Twitted by patrickplante a dit :

    [...] This post was Twitted by patrickplante [...]

  8. Twitted by ljodoin a dit :

    [...] This post was Twitted by ljodoin [...]

  9. Twitted by reidid a dit :

    [...] This post was Twitted by reidid [...]

  10. Twitted by neobiblio a dit :

    [...] This post was Twitted by neobiblio [...]

  11. Twitted by MarioAsselin a dit :

    [...] This post was Twitted by MarioAsselin [...]

  12. Twitted by mariehlabory a dit :

    [...] This post was Twitted by mariehlabory [...]

  13. Twitted by Bibliomancienne a dit :

    [...] This post was Twitted by Bibliomancienne [...]

  14. Twitted by bibliomontreal a dit :

    [...] This post was Twitted by bibliomontreal [...]

  15. Twitted by patdion a dit :

    [...] This post was Twitted by patdion [...]

  16. Twitted by nomad411 a dit :

    [...] This post was Twitted by nomad411 [...]

  17. Twitted by msieuryann a dit :

    [...] This post was Twitted by msieuryann [...]

  18. lfrechette1957 a dit :

    Twitt! Twitt! [...] This post was Twitted by lfrechette1957 [...]

  19. Twitter en bibliothèque : usages et pratiques | La veille C mon TIC a dit :

    [...] Bibliothèque, Twitter… et moi (Espace B) [...]