fév - 2012 07

Donnez-leur un ordinateur, ils en feront un métier, une salle de jeu, une boîte aux lettres, tout sauf un aquarium.

Les analyses de cycle de vie nous apprennent que les solutions les plus viables, les plus rentables et les moins coûteuses pour réduire les impacts sociaux et environnementaux des TIC1sont la réutilisation et le reconditionnement2. De toutes les TIC récupérées, celles provenant des institutions (comme les municipalités) ont la plus haute valeur de revente. Le tableau ci-dessous montre que, même dans le pire des scénarios de reconditionnement, où l’appareil ne serait pas recyclé à la fin de sa seconde vie, le reconditionnement est de quatre à neuf fois moins dommageable que le recyclage direct, autrement dit, que l’enfouissement technique ou la récupération des matières premières après un premier utilisateur3. Le calcul des impacts est fondé sur l’évitement de la production d’un ordinateur neuf.

Comparaison des  dommages selon quatre scénarios de fin de vie d’un ordinateur

clip_image002

CIRAIG et Groupe AGECO, Analyse du cycle de vie environnementale et sociale de deux options de gestion du matériel informatique en fin de vie, 2011, p.46. Source : http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/.

Selon Monica Antoneli, les bibliothèques, en tant que partenaires d’autres organismes, doivent devenir plus engagées dans les processus décisionnels et l’élaboration de politiques publiques4.Un réseau de bibliothèques tel que le nôtre peut, en effet, imprimer sa volonté en matière de TIC vertes dans ce marché, et faire progresser le changement réel en faveur de TIC socialement et environnementa­lement responsables. C’est à cette fin que la Ville de Montréal a négocié une entente de récupération et de revalorisation avec OPEQ5 Ordinateurs pour les écoles du Québec.

L’entente avec OPEQ, profitons-en !

clip_OPEQ

La mission première d’OPEQ est d’offrir du matériel informatique performant, à peu de frais ou gratuitement, à des organisations publiques ou privées œuvrant dans le domaine de l’éducation, comme les bibliothèques. L’organisme trie et transforme en éco-TIC répondant parfaitement aux besoins de ses clients l’équipement dont se départissent les gouvernements et les entreprises. Il détourne ainsi des milliers de tonnes de matière polluante des dépotoirs. Environ 1000 jeunes ont acquis une expérience de travail dans les ateliers d’OPEQ, qui a distribué 180 000 ordinateurs et 14 000 imprimantes depuis 1998. Étant donné que 90 % du matériel provenant des secteurs commercial et institutionnel ont une bonne valeur de revente ou de réutilisation, on comprend que le tri préalable effectué par les techniciens des services informatiques constitue la pierre angulaire de la filière. À la Ville de Montréal, ce tri repose sur la charte de désuétude révisée chaque année par le Service des technologies de l’information.

Marche à suivre

Particuliers

Tous les particuliers qui souhaitent remettre leurs équipements informatiques à OPEQ peuvent le faire en les déposant dans les magasins Bureau en Gros participants.

Entreprises

Il suffit de remplir un court formulaire en ligne.  Il sera transmis automatiquement au Centre d’appels d’OPEQ, qui communiquera avec vous.

Ministères

Consulter les procédures distinctes pour ministères provinciaux et ministères fédéraux sur le site d’OPEQ

Bibliothèques de la Ville de Montréal

L’entente-cadre de récupération 557215 est ouverte à tous les arrondissements, profitez-en ! OPEQ peut même vous vendre à très bas prix des ordinateurs portables que vous pourriez prêter au comptoir.

Les consignes suivantes sont données à titre informatif. Vous devez toutefois consulter les documents de l’entente dans le WikiBM sous l’onglet Parc informatique/catégorie Récupération, Valorisation, Élimination du matériel informatique désuet, tels que l’entente, le formulaire à remplir,  la liste du matériel accepté par OPEQ et la procédure d’effacement des données, etc.

Les bibliothèques des ex-banlieues peuvent se prévaloir de l’entente comme suit :

  1. Dressez la liste du matériel dont vous désirez vous départir dans un document prévu à cette fin, et le faire parvenir à Bob Kruk (ce nom peut changer). Ce document intitulé Formulaire 8fev2011.xls est accessible dans le WikiBM. Il est présenté sous forme de modèle accompagné d’explications. Conçue pour des fins de traçabilité, cette formalité permet une utilisation optimale du matériel à l’échelle de la municipalité. Ainsi, si l’on se départit d’un appareil dans un service ou une bibliothèque d’un arrondissement ou aux services centraux, cet appareil peut être expédié dans un autre service ou bibliothèque du réseau où il y a un besoin. Cette réallocation des ressources informatiques a permis, par exemple, de récupérer une centaine d’écrans de 17 pouces presque neufs pour les bibliothèques du réseau.
  2. Une fois cette liste approuvée, demandez à votre service informatique de procéder à l’effacement des disques durs selon les directives de sécurité de la Ville de Montréal.  En guise de précaution, OPEQ reformate tous les appareils qu’il reçoit de la Ville. Les postes professionnels des bibliothèques, eux, sont récupérés par les techniciens de la Division de la planification et du développement du réseau.
  3. Ensuite, faites rédiger un dossier décisionnel (GDD) et faites-le valider par le conseil d’arrondissement (CA). Pourquoi un dossier décisionnel? Parce que la Ville verse une somme minimale forfaitaire pour chaque écran ou imprimante remis à OPEQ, couvrant les frais de transport, manutention et traitement. Ces frais sont assumés par la Direction de l’environnement et du développement durable.
  4. Une fois le GDD approuvé par le CA, faites parvenir la liste à OPEQ et prendre rendez-vous avec eux afin qu’ils ramassent les appareils désuets inscrits sur la liste).  OPEQ fait la cueillette sans frais pour des lots de 20 articles et plus. Vous n’avez pas assez d’articles ? Coordonnez les cueillettes avec d’autres bibliothèques de votre arrondissement en désignant un seul point de chute. Suggérez à vos techniciens informatiques d’arrondissement de faire l’inventaire du matériel inutilisé de votre arrondissement sur le même formulaire que le vôtre (un seul formulaire par point de cueillette). Si le volume est suffisamment intéressant, l’organisme peut aussi reprendre du matériel comme des métaux et des plastiques qu’elle revendra sur le marché à des entreprises de recyclage adéquates.

Les bibliothèques de l’ex-Montréal doivent :

  1. Dressez la liste du matériel dont vous désirez vous départir dans un document prévu à cette fin, et faites-la parvenir à Fabien Brunel qui l’acheminera à M. Kruk après vérification. C’est M. Kruk qui rédigera le sommaire décisionnel.
  2. Les anciens postes dotés de disques durs nécessitant un effacement sont récupérés par les techniciens de la Division de la planification et du développement du réseau. Vous n’avez pas à vous en préoccuper.
  3. Une fois le GDD approuvé par le directeur de la STI, un technicien de la Division de la planification et du développement du réseau s’occupera de planifier la cueillette de l’équipement avec vous et OPEQ.

Personnes ressources

Pour toute question concernant l’entente de récupération de la Ville avec OPEQ, communiquez avec M. Michel Provencher, au Service des technologies de l’Information (STI), au 872-5341, ou avec Mme Danielle Fortin, à la Direction de l’environnement et du développement durable, au 872-8987. Pour toute question concernant la procédure à suivre, communiquez avec Bob Kruk, au 280-6585. Pour toute question sur le type de matériel récupéré par l’OPEQ, communiquez avec Mme Maryse Lavoie de l’organisme OPEQ, au 514 870-8045.


1 Technologies de l’information et des communications (TIC)

2 ECPAR-Espace québécois de concertation sur les pratiques d’approvisionnement responsable, sous la coordination d’Édouard Clément, Jean-Pierre Revéret et Jean-Sébastien Trudel, Rapport de recherche : Pratiques d’approvisionnement responsable – Analyse des volets social, environnemental et économique, 2008. Disponible en ligne : http://www.ciso.qc.ca/wordpress/wp-content/uploads/ecpar_rapport_avril09.pdf

3 Le calcul des impacts est fondé sur l’évitement de la production d’un ordinateur neuf.

4 Monika Antonelli, « The Green Library Movement : An overview » EGJ, 12-08-2008, ET Frederick W.Stoss, « Sustainable Communities and the roles of librairies and librarians », Beyond et Reference and User Services Quarterly, vol.42,n°3, spring 2003.

5 Ordinateurs pour les écoles du Québec http://www.opeq.qc.ca/

La vidéo peut aussi être consultée sur [http://youtu.be/xkIWyP6HbAk] ou sur le  site de l’organisme.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :