mai - 2012 11

Inqbate - University of Sussex

  1. Actualités québécoises. Actualités sur les nouveaux projets au Québec :
  2. Scandinavian Library Quarterly. Le dernier numéro de la revue scandinave est en ligne et porte sur le thème du Lifelong Learning. On y aborde les bibliothèques publiques en tant qu’espace d’apprentissage et de formation et le projet nordique « Space for learning ».
  3. Jeu vidéo : Trois studios québécois font un don aux bibliothèques publiques de Montréal. Les studios de jeu vidéo Eidos, Electronic Arts et Ubisoft qui sont établis à Montréal remettront gratuitement au réseau des bibliothèques de la Ville de Montréal des centaines d’exemplaires de jeux pour consoles.
  4. Un argumentaire pour les jeux vidéo en bibliothèques. Un billet qui explique bien la mission des jeux vidéo en bibliothèque et aide à combattre certains préjugés qui leur sont associés.
  5. Made in a Library: a free online innovation Symposium. 15 mai 2012. Les bibliothèques offrent de plus en plus d’espace pour la création comme les FabLabs et les “Doing Spaces”. L’exemple de la Fayetteville Free Library sera présenté dans le cadre de ce symposium. L’inscription est gratuite.
  6. Apprendre et se former dans les bibliothèques : la mission éducative des bibliothèques municipales. Le document porte sur la bibliothèque en tant que lieu d’apprentissage et de formation tout au long de la vie. La section 3 est consacrée au concept des Idea Stores londoniens et à leur mission éducative.

Pour aller plus loin, consultez nos outils de veille :
· http://www.netvibes.com/programme-rac
· http://www.delicious.com/espaceb/RAC
· http://wikibpm.bibliomontreal.com (authentification requise)

Recherche : Touria Fadaili et Marie D. Martel

Photo : InQbate – University of Sussex. Source : Flickr, galerie de Shu Learning Spaces, licence : CC BY-NC-ND 2.0

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mar - 2012 16

library innovates

  1. Library Design Showcase 2012. Revue annuelle des meilleurs projets de construction et de rénovation de bibliothèques aux États-Unis. Les projets sont présentés selon différents éléments d’aménagement : espaces jeunes, espaces extérieurs, technologies, flexibilité, accessibilité, etc.

  2. Catalogue des concours canadiens. Base de données documentaires conçue sur une initiative du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (LEAP) de l’Université de Montréal. Elle recense les concours d’architecture et d’urbanisme organisés au Canada depuis 1945. Une description du projet de la Bibliothèque Marc-Favreau figure actuellement sur la page d’accueil.
  3. Du choix de l’implantation aux stratégies de localisation : bibliothèques dans la ville. ENSSIB, janvier 2012. «Entre objectifs socio-économiques et socio-éducatifs, stratégies urbaines ou métropolitaines, la bibliothèque s’affirme, par l’architecture et l’urbanisme comme co-créatrice de centralité et d’urbanité. Des stratégies de localisation sont mises en place qui interrogent aussi les fonctions mêmes de la bibliothèque comme équipement public.»
  4. The Hyperlinked Library. Présentation de la version 2011 du modèle de Michael Stephens “The Hyperlinked library”  qui définit la bibliothèque comme une institution transparente, participative, humaine et centrée sur l’usager. De nouveaux défis technologiques ont été ajoutés au modèle initial.
  5. Get Things Off The Shelf – A Ten Point Checklist For Moving From Idea To Implementation. Stratégie en 10 points développée par Ellison Urban et adaptée au contexte des bibliothèques, pour passer d’un concept ou une idée à sa mise en oeuvre.
  6. Visite guidée à la médiathèque Etienne Caux. La rénovation de la médiathèque de St-Nazaire en France a permis de moderniser les différents espaces avec un nouveau mobilier, des automates de prêt et une amélioration de l’accessibilité.
  7. The Once and Future Library : An architect’s perspective on designing for changing constituencies. American Libraries Magazine, mars 2012. Point de vue d’un architecte sur les changements et les défis auxquels font face les bibliothèques aujourd’hui.

Pour aller plus loin:

Recherche : Touria Fadaili et Marie D. Martel

Photo : Galerie de photos du Dr. Michael Stephens sur Flickr

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2012 22

new model3

Model of the library as "space" in the knowledge society

1. A New model for the public library in the knowledge and experience society. Le document propose un nouveau modèle de bibliothèque publique basé sur quatre objectifs : l’expérience, l’implication, le renforcement et l’innovation. De ces objectifs découlent quatre principaux types d’espace : Espace d’inspiration (inspiration space), Espace d’apprentissage (learning space), Espace de rencontre (meeting space) et Espace de performance (performative space). Le modèle propose d’intégrer les quatre objectifs dans l’architecture, l’aménagement, les services et les programmes de la bibliothèque.

2. Bibliothèque d’aujourd’hui : lignes directrices pour les bibliothèques publiques du Québec. Il s’agit d »une mise à jour des normes publiées en 1996 « Pour des bibliothèques québécoises de qualité ». Le chapitre 9 porte sur les ressources matérielles dont les différents espaces de la bibliothèque et l’architecture. En annexe, on retrouve des outils de mesure sur les collections, les superficies, les places assises et des données techniques sur l’éclairage et le mobilier. Une publication des Éditions de l’ASTED.

3. Top 10 Libraries for Children. Un classement réalisé par Livability sur les bibliothèques américaines. Parmi les critères : les bibliothèques ayant des espaces visuellement attractifs pour les enfants, la diversité des programmes et l’intégration des nouvelles technologies. La première place revient à la célèbre bibliothèque ImaginOn grâce à l’excellence de ses programmes et environnements offerts aux enfants.

4. Une nouvelle bibliothèque publique à New-York par 1100 Architect - Architecture.  Présentation avec photos de la nouvelle bibliothèque de New-York qui occupe les deux étages d’une tour d’habitation.

5. Le tiers-lieu, moteur de la créativité économique, sociale et culturelle ? «Le concept de tiers-lieu s’inscrit dans la problématique des lieux créatifs et de l’alchimie de la proximité et de l’échange. C’est un lieu hybride et fluide où convergent des dynamiques de développement économique, social et culturel. A ce titre, le tiers-lieu peut apparaître comme la particule élémentaire du lieu créatif. Il pourrait ainsi être l’incubateur du nouveau paradigme de l’organisation socioéconomique et « le processeur de l’intelligence collective » ».

Pour aller plus loin, consultez nos outils de veille :

http://www.netvibes.com/programme-rac
http://www.delicious.com/espaceb/RAC
http://wikibpm.bibliomontreal.com

Recherche : Touria Fadaili et Marie D. Martel

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2012 13

  1. Perceptions des bibliothèques 2010 : contexte et communauté. Cette étude d’OCLC présente les résultats du sondage mené auprès des consommateurs au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni de 2005 à 2010. On constate une augmentation de l’utilisation des bibliothèques en raison de la crise économique, la perception de la bibliothèque comme un atout appréciable et le souhait de voir la bibliothèque comme « troisième lieu » virtuel. Le livre est encore considéré comme la principale marque de commerce des bibliothèques.

  2. BCI Library projects. Présentation de 14 projets inspirants d’aménagement de bibliothèques, principalement en Europe, par BCI, une compagnie spécialisée dans le design de bibliothèques.

  3. Rosan Bosch Projects / Schools & libraries. Ce cabinet d’architectes compte parmi ses projets plusieurs écoles et bibliothèques innovantes dont la fameuse Hjorring Central Library, Mediaspace et une école « design » sans murs en Suède. Une conception originale et très créative des espaces qui reflète bien le rôle social de la bibliothèque en tant que lieu de rencontre mais aussi de découverte et d’expérimentation.

  4. La bibliothèque, un second chez-soi ? En France, Bibliothèque 21 est un cycle de rencontres départementales autour de la « bibliothèque publique d’aujourd’hui » réunissant des élus et des bibliothécaires. Ici, le premier volet se passe dans le Pas-de-Calais où le modèle nordique de bibliothèque « troisième lieu » est une source d’inspiration.

  5. Online space displacing physical space in libraries; the impact of online use on the transformation of library design (2011 ALIA Information Online Conference & Exhibition). L’espace virtuel et les changements technologiques ont un impact considérable sur l’utilisation de l’espace physique en bibliothèque d’où l’importance de repenser la planification et la conception de ce dernier en adoptant une approche orientée usager.

Pour aller plus loin :

Recherche :  Marie D. Martel et Touria Fadaili

L’image :  Hjorring Library source :  Flickr.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
déc - 2011 14

L’informatique ubiquitaire

Selon la vision de Mark Weiser dans « The Computer for the 21st Century», l’informatique du 21e siècle sera ambiante, ubiquitaire (pervasive computing). Elle n’est plus une technologie distincte, elle est omniprésente et complètement intégrée à nos espaces et à nos environnements. Mark Weiser la qualifie même d’informatique « calme » !

À la fois omniprésente et invisible, elle est aussi intelligente : elle combine les objets du monde réel à ceux du monde virtuel et a la capacité de localiser des objets et des personnes mais aussi de reconnaître la voix, les gestes et les mouvements. Pour cela, elle utilise des caméras sophistiquées, des radars, les technologies RFID, et bien sûr les technologies mobiles et sans fil. Cette informatique est en train de bouleverser la façon d’acquérir et d’utiliser l’information et la connaissance. Son impact est considérable sur les méthodes, les outils et les processus d’apprentissage.

Face à ces changements, notre environnement et nos espaces, qu’ils soient publics ou privés, sont à redéfinir pour une meilleure harmonie et une meilleure intégration de la technologie. Les espaces en bibliothèque n’échappent pas à ce constat. À l’instar des autres lieux de la cité intelligente (Smart City) ou de la Cité interactive (Interactive City), la bibliothèque intelligente doit s’approprier le principe de l’informatique ubiquitaire pour créer des espaces intelligents et interactifs. Ces espaces seront axés sur l’usager et lui offriront de nouvelles façons de découvrir et d’explorer la bibliothèque. Pour la bibliothèque, il s’agit d’une nouvelle stratégie pour séduire les usagers.

Basées sur le principe de l’informatique ubiquitaire, les technologies interactives sont tactiles, multitouches et multi-usagers. Elles sont capables de s’adapter au contexte de leur utilisateur, de comprendre et d’anticiper ses besoins et ses attentes. Comme dans le domaine de l’éducation et des loisirs où elles ont déjà été introduites, les technologies interactives offrent de nouvelles façons d’interagir avec l’information ainsi qu’une multitude de possibilités d’apprentissage et d’acquisition du savoir. L’objectif n’est pas d’intégrer les technologies à notre environnement mais de façonner un environnement en harmonie avec ces technologies ambiantes. Cet objectif n’est pas simple : il ne s’agit pas d’ajouter des postes multimédias et des ordinateurs pour faire un espace intelligent. Il s’agit plutôt de créer un espace harmonieux où la technologie, à la fois omniprésente et discrète, est au service de l’utilisateur final qui constitue le centre de cet environnement.

Les technologies interactives sont de plus en plus populaires auprès des enfants et des adolescents. Elles se déclinent en plusieurs catégories : tables intelligentes, tableaux interactifs, bornes interactives, murs interactifs, planchers interactifs, comptoirs interactifs et écrans interactifs tactiles. Des études ont démontré le rôle positif de ces technologies comme les tableaux interactifs sur l’apprentissage chez les jeunes enfants et adolescents : amélioration de l’orthographe, amélioration de la motivation et de la concentration, etc. Beaucoup de ces technologies sont destinées spécifiquement au milieu de l’éducation notamment aux jeunes élèves du primaire.

Exemples de technologies interactives

Les tables interactives

Une table interactive est une surface dynamique dont le dessus est doté d’un affichage tactile et multitouches. Elle est munie de caméras et de lumières infrarouges. Grâce à une manipulation avec les doigts, elle permet à son utilisateur d’afficher des images ou des cartes par exemple, de les déplacer ou de les redimensionner. Elle peut être multi-utilisateurs, c’est-à-dire permettre d’interagir avec un ou plusieurs utilisateurs simultanément. Une table interactive est également capable de reconnaître et d’entrer en interaction avec des objets physiques comme les téléphones, les appareils photos, les cartes bancaires, les cartes de bibliothèques, etc.

Parmi les modèles commercialisés, il y a la table Microsoft Surface lancée en novembre 2008. La version 2, Surface 2, a été commercialisée en 2011.

Microsoft Surface

Certaines de ces tables interactives viennent avec des programmes déjà intégrés. D’autres permettent de développer des applications « maison ».

Les tables interactives peuvent être utilisées pour les loisirs : les jeux, le dessin, la peinture, la musique ou pour des besoins éducatifs comme l’apprentissage des sciences. Des écoles et des universités ont intégré ces technologies pour améliorer le processus d’apprentissage des élèves et des étudiants. Des hôtels, des restaurants ont d’ores et déjà intégré ces tables dans le cadre de leurs activités. Par exemple, des restaurants mettent à la disposition de leurs clients des tables interactives leur permettant de passer leur commande en consultant le menu interactif.

Les murs interactifs

Certaines villes européennes ont mis à la disposition de leurs citoyens des murs interactifs qui offrent des informations pratiques sur la ville et qui peuvent être activés par une simple manipulation avec les doigts et permettre à l’usager interagir avec le contenu. Ce principe est apparu à Helsinki en 2007 sous le nom de CityWall. Installé au centre d’Helsinki, cet écran interactif tactile et multitouches permet aux gens d’accéder à une multitude d’informations municipales et touristiques et offre une nouvelle façon d’explorer la ville.

Applications en bibliothèque

La Darien Public library a mis à la disposition des enfants une table interactive Microsoft Surface pour les jeux en janvier 2010. L’expérience a été très positive.

La  DOK Library Concept Center à Delft aux Pays-Bas a développé une application qui permet de naviguer et d’interroger les collections d’archives d’images locales et présente des photos de rues à ses usagers, en se basant sur leur code postal. En plaçant sa carte de bibliothèque sur la surface de la table, l’usager peut trouver facilement des photos historiques en lien avec son adresse postale. Plusieurs usagers peuvent utiliser simultanément cette table interactive de Microsoft.

Local Heritage Browser On Microsoft Surface

La Children’s Interactive Library : On ne peut évoquer les technologies interactives en bibliothèque sans souligner le Project de La Children’s Interactive Library, un projet de recherche et d’innovation d’envergure au Danemark, mené entre 2004 et 2006. Il s’agit d’un projet interdisciplinaire qui vise à explorer les possibilités de développement au niveau de l’espace et de l’utilisation des technologies que peut offrir les bibliothèques pour enfants dans le futur, en collaboration avec des chercheurs et des spécialistes des domaines de l’informatique et de l’architecture, les bibliothèques publiques d’Aarhus et le centre de recherche Interactive Spaces.

L’objectif du projet est de créer des espaces en bibliothèques offrant aux enfants de nouvelles expériences dans l’apprentissage, l’acquisition des connaissances et du savoir. Des expériences basées sur le principe de l’informatique ambiante, l’interactivité et la visualisation 3D. Plusieurs stratégies et prototypes ont été développés dans le cadre de ce projet et ont été utilisés principalement par les bibliothèques publiques d’Aarhus. Ces stratégies mettent l’accent surtout sur l’usager et non sur la technologie.

Quelques prototypes interactifs développés

Le Story Surfer : un plancher intelligent

Il s‘agit d’un engin de recherche et de navigation permettant aux enfants de faire des recherches dans les collections de la bibliothèque en utilisant deux surfaces interactives : une table et un plancher interactif. Le principe est de faire des recherches dans le catalogue et d’explorer le contenu des documents tout en discutant et en collaborant avec les autres usagers. Il s’agit d’un produit novateur, d’une nouvelle façon de découvrir et d’explorer les collections de la bibliothèque. Les enfants utilisent leurs pieds pour cliquer sur les boutons affichés sur un large plancher interactif. Ce dernier peut être utilisé par plusieurs usagers à la fois.

story surfer

Story Surfer

i-Land, La Cité interactive

Il s’agit d’une table interactive basée sur la technologie RFID. Les enfants utilisent des figurines et des ballons pour naviguer à travers cette table munie d’un écran interactif pour découvrir l’histoire de la Ville d’Aarhus ou visualiser des films historiques. Cette table a été intégrée de façon permanente à la Bibliothèque d’Aarhus.

i-land

i-Land

Sliding Titles

Il s’agit d’un rayonnage « intelligent » basé sur les technologies RFID. L’idée est d’afficher, sur un écran installé sur chacun des rayonnages de la bibliothèque, la couverture des livres disponibles sur les rayons dans un ordre établi par l’usager.

Dans les bibliothèques universitaires

La bibliothèque de l’Université du Nevada, Reno-library a développé une application sur l’anatomie pour les étudiants et a mis deux tables interactives à leur disposition à la bibliothèque.

Anatomy Application for the Microsoft Surface

Rice Fondren Library : cette bibliothèque universitaire a mis à la disposition des étudiants une table interactive dans une salle de travail dédiée à la collaboration entre les étudiants sur des projets numériques.

Il apparaît nécessaire d’entamer une réflexion sur le concept de bibliothèque intelligente. Cette bibliothèque du 21e siècle se distingue par trois composantes essentielles :

  • Objets intelligents : technologies RFID, chutes intelligentes, technologies interactives, etc.
  • Espaces intelligents
  • Services intelligents : combinaison des objets et des espaces intelligents pour offrir des services innovants au profit de l’usager, en considérant son contexte, son profil, ses besoins et ses intérêts.

Pour aller plus loin, consultez les signets sur le sujet : http://www.delicious.com/espaceb/technologies_interactives

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 07

delicious1Les fondateurs de Youtube, via la compagnie Avos, ont acquis Delicious en avril dernier. Delicious se trouvait un peu délaissé par Yahoo, son ancien propriétaire.

Rappelons que Delicious est un outil de bookmarking social avec des fonctionnalités très intéressantes pour la sauvegarde et le partage de vos signets. C’est aussi un incontournable pour faire de la veille.

Les utilisateurs de Delicious avaient jusqu’au 23 septembre pour transférer leurs signets vers Avos. Le 24 septembre, plusieurs fonctionnalités de l’ancien Delicious n’étaient plus disponibles : par moment, il était impossible de sauvegarder un lien, le lien fils RSS qui permettait de faire de la veille sur des tags (étiquettes) était introuvable, le nombre de signets par tags indisponible, impossible d’afficher toutes nos tags, la saisie semi-automatique des tags impossible, Les bundles ont disparu, remplacés par les Stacks, les add-on de Firefox ne fonctionnaient plus, etc.

Malgré ces bogues, j’étais soulagée de constater que mes fils RSS intégrés dans le Wiki et le Netvibes fonctionnaient encore ! Heureusement, la plupart de ces problèmes ont été résolus rapidement, et Avos promet encore plus d’amélioration.

Toutefois, certaines fonctionnalités intéressantes de l’ancienne version sont encore absentes : le Top 10 Tags, les Subscriptions qui permettent de suivre des usagers ou des étiquettes, le Rename tags et le nombre de signets reçus dans notre boîte (Inbox).

La principale nouveauté de la nouvelle version : Les Stacks !  qui permettent d’intégrer des éléments multimédia, comme dans You Tube, mais est-ce important pour les fidèles de Delicious ?

delicious_stack

Exemple de stack sur le nouveau delicious

Voici un aperçu des principaux changements (positifs) :

  • L’interface a été allégée et la navigation simplifiée. La nouvelle version offre une interface améliorée avec notamment l’introduction d’éléments graphiques : photos et vidéos.
  • Les Stacks : collection de liens sur un sujet donné qu’on peut publier sur Delicious et donc partager avec tout le monde en intégrant des images, des descriptions et des commentaires (du You Tube pur et simple !), je vois là un outil de marketing puissant ! parce que sur la page d’accueil de Delicious et à chaque fois que vous vous connectez, ce n’est pas vos liens que vous voyez en premier, mais les Stacks des autres !
  • Une autre fonctionnalité intéressante, pour nous, les spécialistes de l’information, c’est la nouvelle façon de tagger : il est désormais possible d’avoir un tag (étiquette) composé de plusieurs mots. Exemple : développement durable et non plus développement_durable. Les tags doivent être séparés par une virgule.
  • On peut aussi désormais personnaliser son profil (profile pic) en intégrant sa propre photo. En attendant, c’est un dauphin qui vous représente !

Espérant que le nouveau Delicious sera amélioré avec la version bêta tout en gardant les principales fonctionnalités qui ont fait de Delicious un outil de veille délicieux. En tout cas, c’est la promesse d’Avos.

À suivre !

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2009 22

zoteroLa nouvelle version « sociale » de Zotero, tant attendue, est arrivée.
Zotero 2.0 (version bêta) propose des fonctions et des outils collaboratifs.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Zotero est une extension du navigateur Firefox. Il s’agit d’un outil de gestion bibliographique gratuit et libre qui exploite les technologies du web et permet d’extraire les métadonnées des pages web consultées. Il est compatible avec la plupart des catalogues de bibliothèques.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2009 27

 

 

Facebook !  Au début, c’est la méfiance. Pourquoi ouvrir un compte, quel intérêt ? Que peut m’apporter cet outil ? À cela s’ajoutent toutes les questions de confidentialité et des informations personnelles qui ne nous appartiennent plus …même si on décide de quitter Facebook!

 

Oui, il y a des inconvénients. Mais, les avantages sont nombreux.

 

Facebook est un outil de marketing gratuit qui permet de rejoindre un très large public, qu’on ne pourrait habituellement rejoindre avec les médias traditionnels. Alors, pourquoi s’en priver ?

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :