juin - 2012 11

Image Obsolescence avec crédits

Vous ne pouvez plus ouvrir votre ordinateur ultra portable pour changer votre batterie au risque de perdre votre garantie? Votre imprimante vous demande de la nourrir alors que vous lui avez servi une nouvelle cartouche quelques semaines auparavant? Vous voulez réactiver votre téléphone encore très intelligent, mais on vous propose plutôt un abonnement de trois ans avec un appareil tout neuf?

 Bienvenue dans l’obsolescence programmée des TIC (technologies de l’information et des communications). L’effet de mode, la faible qualité des produits, les mises à niveau compliquées, coûteuses ou impossibles, réduisent la durée de vie des TIC et découragent la réduction à la source, la réutilisation et le recyclage. À ce jeu, seuls les technos les plus aguerris peuvent déjouer le modèle. Ainsi il en va de la couche « matérielle ».

 Or il s’en cache une autre, la couche « logicielle », autrement dit la programmation d’un logiciel. Les programmes sont maintenant tellement lourds qu’on parle d’obésité logicielle, un joueur majeur dans l’obsolescence des TIC :

Puce TIC s'éteint Les développeurs ne réécrivent pas les programmes à chaque nouvelle version, mais ajoutent de nouvelles fonctionnalités. Cette façon de faire, plus économique que la réécriture, crée une obésité logicielle coûteuse et insoutenable, si l’on considère que la majorité des fonctionnalités ne sont pas utilisées.

Puce TIC s'éteint La performance, le nombre de calculs par kWh et les exigences en espace mémoire doublent tous les 18 mois depuis au moins 40 ans. Les nouveaux logiciels nécessitent donc plus d’espace de mémoire et des microprocesseurs toujours plus puissants, du simple au double à chaque nouvelle version, « si bien qu’en 25 ans, la durée moyenne d’utilisation d’un ordinateur a été divisée par 3, passant de 10 à 3 ans [i]». Le passage de Windows ­­­­­XP à la version Vista ou 2010, par exemple, a obligé des milliers d’organisations à remplacer leurs ordinateurs, les parcs informatiques étant plus difficiles à sécuriser lorsque les appareils n’ont pas tous la même capacité de support.

 Puce TIC s'éteint Prêt-à-jeter, une excellente vidéo produite par ARTE, explique la fin de vie des  TIC et ses contreparties, l’obsolescence programmée et la surconsommation.

Le logiciel libre

Pour pallier l’obésité logicielle et le coût financier qui l’accompagne, l’équipe de soutien informatique aux bibliothèques a recours aux logiciels libres dans plus de cas qu’on ne le croit. Sur les postes Internet publics des bibliothèques, ces logiciels non-propriétaires (dont le code source est ouvert), permettent, entre autres, de :

  • lire des documents PDF
  • faire des échanges informatiques de fichiers sur un réseau TCP/IP
  • naviguer dans le Web
  • travailler dans un traitement de texte équivalent à Word

 Bien qu’en l’état actuel ils ne conviennent pas aux usages les plus spécialisés, les logiciels libres présentent des avantages bien réels pour les utilisateurs conventionnels. Ils sont sans coût de licence, ne comportent pas de verrou propriétaire, bénéficient d’un développement et d’un soutien technique solides du fait qu’ils sont l’œuvre d’une communauté de contributeurs, et les mises à jour utilisent le matériel et les périphériques existants (pas besoin d’augmenter la puissance de l’ordinateur chaque fois). Ils présentent un autre aspect primé par les services « sensibles » de la Ville, la sécurité, puisqu’ils ne sont menacés, pour l’instant, par aucun logiciel malveillant.

 Que faire?

L’une des façons phares d’influencer le cours du développement logiciel est de dicter patiemment au marché ses préférences, au moyen du plus puissant outil dont disposent les pouvoirs publics : les politiques d’approvisionnement et les appels d’offres, particulièrement dans les achats groupés.


[i] http://www.greenit.fr/article/acteurs/green-code-lab-une-pepiniere-de-green-design-patterns

 

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2012 07

Image composite TIC s'éteint 

Pour y répondre, suivons la vie d’une TIC (une technologie de l’information et des communications), du berceau au boulot.

Au berceau : matières premières et fabrication

Un ordinateur peut exiger jusqu’à 100 fois sa masse en matières premières alors qu’une automobile ou un réfrigérateur en requiert du simple au double. La masse de matières extraites pour en dégager les quelques grammes de métaux qui entreront dans sa fabrication se chiffre en tonnes. Ajoutons à cela, pour un PC et un écran de 17 po (1), 1500 litres d’eau potable ou stérilisée (surtout pour la fabrication), 22 kg de produits chimiques et 373 litres de pétrole (2). Un seul circuit intégré (une puce), pesant 2 g et mesurant 0,16 micromètre, requiert 1200 g de combustible fossile, 1 m3 d’azote, 72 g de produits chimiques et 32 litres d’eau.

Côté déchets, la fabrication en génère 164 kg pour le même ordinateur avec écran de 17 po, dont 15 % (le poids de l’ordinateur) sont des substances hautement toxiques. L’énergie (généralement) fossile utilisée totalise 10 fois le poids de l’équipement en équivalent carbone.

Au boulot : l’utilisation dépend des besoins et [surtout] des comportements

Puce TIC s'éteint C’est à l’utilisation que les impacts indirects et organisationnels des TIC influent le plus sur la société, l’environnement et l’économie :

Puce TIC s'éteint Le mode utilisation accapare jusqu’à 60 % de l’énergie totale du cycle de vie d’une TIC. Un appareil qui n’est pas mis en veille est très énergivore, quelle que soit la source d’électricité. Plus un écran est grand, plus il consomme.

Puce TIC s'éteint Un ordinateur portable consomme 50 % moins d’électricité qu’un ordinateur fixe, mais il est moins évolutif.

Puce TIC s'éteint Le mode veille consomme environ 10 % de l’énergie totale de la durée de vie d’un appareil. S’il est mis en veille mais jamais éteint, cet appareil consommera de 10 % à 25 % de la facture d’électricité. En France, où l’énergie est nucléaire, on évalue que la consommation annuelle des appareils en veille dans les maisonnées équivaut à la production de deux réacteurs nucléaires (3). Au Canada, la mise en veille permanente des appareils électriques, avec son cortège de voyants lumineux, représente la consommation électrique annuelle du Nouveau-Brunswick (4).

Puce TIC s'éteint Ne pas confondre la mise en veille avec l’écran de veille ou économiseur d’écran. Ce dernier ne permet pas d’économiser l’énergie.

Puce TIC s'éteint En bibliothèque, les serveurs, les ordinateurs de comptoirs, les OPAQ et les postes Internet, ainsi que certains appareils programmés, doivent, pour l’instant, rester ouverts jour et nuit. Tous les autres appareils, par contre, pourraient être éteints le soir. L’écran, par exemple, s’éteint d’un seul clic. Les lecteurs de code à barres et autres périphériques branchés directement dans l’ordinateur se ferment à l’arrêt de celui-ci. Il suffit de 30 à 60 secondes en moyenne pour démarrer le système et de 30 à 60 secondes pour ouvrir Lotus. Deux minutes. Le temps d’enlever son manteau, d’aller chercher un café ou d’en griller une. La fin de semaine et au départ des vacances, pas d’excuse pour ne pas éteindre son ordinateur et ses périphériques.

Puce TIC s'éteint Même éteint, un appareil électrique consomme de 2 à 22 Watts/h. Un portable consomme jusqu’à 17 Watts/h, l’imprimante 7 Watts/h, le décodeur numérique 15 Watts/h et le téléviseur 5 Watts/h.

Puce TIC s'éteint Selon l’Office de l’efficacité énergétique, la seule façon d’être assuré qu’un appareil ne consomme pas d’électricité est de le débrancher ou de fermer la barre de tension sur laquelle il est branché. Plutôt difficile à faire au travail, mais à la maison, on peut brancher l’ordinateur et ses périphériques sur une multiprise munie d’un interrupteur, qu’il suffit d’éteindre le soir, durant les vacances ou les absences prolongées. Il existe des barres d’alimentation intelligentes dotées de prises indépendantes, qui permettent de regrouper des appareils informatiques (ou même ses petits électroménagers), y compris les appareils programmés qu’on ne peut pas débrancher, tel que les enregistreurs numériques. Il en existe même avec minuterie : le débranchement se fait alors tout seul.

La réponse

Donc, en réponse à la question, on peut répondre que cela dépend de nous…. de combien de centrales électriques nous avons besoin pour satisfaire à la demande énergétique du type d’utilisateur que nous sommes.  Devons-nous absolument garder les voyants de nos écrans, imprimantes personnelles, agrafeuses et étiqueteuses électriques allumés en tout temps? Si le coût et les impacts sont plutôt insignifiants à l’échelle d’un espace personnel de travail ou d’un logis, on n’a qu’à les reporter à l’échelle d’une population pour en saisir l’énormité.

Bonnes vacances !  N’oubliez pas d’éteindre.       


[1] Computers and the Environment : Understanding and Managing their Impacts, 2003, sous la dir. de Ruediger et Eric Williams, Kluwer Academic Publishers, EcEfficiency in Industry and Science Series, Dordrecht/NL, 300 p.

[2] http://www.electronicstakeback.com/green-design-vs-greenwashing-2/

 [3] L’ADEME — l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie de France — fournit, sous forme de tableaux, des exemples d’appareils consommant de l’énergie tout en étant arrêtés ou en mode d’attente. Très informatif. http://www.ademe.fr/lorraine/energie/mde.html

[4] http://vieenvert.telequebec.tv/sujets/588/debrancher-pendant-2-semaines

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :