oct - 2012 03

(Voir la 1ère et 2e partie)

Peut-on dès maintenant appliquer les «bienfaits» de ce modèle relationnel dans les catalogues de nos bibliothèques ?

OCLC a rapidement sauté dans le train qui se mettait en marche : de nombreuses études et des projets pilotes sur leur propre base de données ont pavé la voie. Leur catalogue WorldCat en est un exemple partiel. Leur approche consiste à regrouper dynamiquement les notices d’une même oeuvre selon des algorithmes basés sur les ISBN: par exemple le FictionFinder est un prototype qui illustre bien l’application des principes des FRBR pour aggréger l’information bibliographique au niveau des manifestations. Dans ce projet les «records are clustered into works using the OCLC FRBR Work-Set Algorithm. The algorithm collects bibliographic records into groups based on author and title information from bibliographic and authority records. Author names and titles are normalized to construct a key. All records with the same key are grouped together in a work set»[i]. Ce projet est toutefois présentement en «rénovation». L’expérience d’OCLC dans ce domaine leur permet de proposer aux bibliothèques un service Web appelé xISBN (qui utilise l’algorithme développé) et qui permettra aux bibliothèques de faire automatiquement les liens dans leur propre catalogue.

La Library of Congress a également conçu un outil permettant un regroupement des notices bibliographiques au niveau de l’œuvre et de l’expression. En effet, le FRBR Display Tool «sorts and arranges bibliographic records using the FRBR model. It then generates useful hierarchical displays of these record sets containing works that consist of multiple expressions and manifestations …the tool is very flexible …written in XSLT»[ii]

    Exemple dans FictionFinder

FictionFinder

Une autre approche intéressante est celle des Bibliothèques de l’Université catholique de Louvain qui offrent un très joli exemple des possibilités d’utilisation des FRBR : on y distingue clairement les niveaux des 4 entités bibliographiques du groupe 1 inter-reliées:

Exemple-FRBR-Bibliotheques-Universite-catholique-Louvain

Ce sont là 2 exemples de FRBRisation (on prononce F R Brisation) i.e. le processus pour rechercher et dégager les entités FRBR à partir des notices cataloguées antérieurement et encodées selon d’autres schémas d’encodage, dans le cas qui nous occupe les notices cataloguées en AACR2 et encodées en MARC 21. Cette application demeure partielle mais dans la mesure où les données seront éventuellement enregistrées conformément à RDA, les résultats devraient être prometteurs.

On pourrait même évoquer la possibilité de placer des réservations pour les usagers au niveau de l’expression plutôt que de la manifestation comme maintenant : le titre voulu (peu importe l’édition) pourrait être obtenu beaucoup plus rapidement!!

On peut toutefois se demander, avec justesse, comme certains l’ont soulevé, si ce nouveau modèle n’est pas trop «performant» : le modèle semble très satisfaisant pour les oeuvres abondamment déclinées/éditées …mais excessivement détaillé pour les autres … auxquelles il peut néanmoins s’appliquer !! Ainsi les œuvres de fiction (surtout les «classiques») et les œuvres musicales profiteront pleinement des possibilités du modèle mais la majorité des titres, beaucoup moins. Comme dans tous les domaines, le principe de Pareto (ou la loi des 80/20) s’appliquera !! En effet, selon un estimé de Worldcat sur leur propre base de données de 40 millions de titres, environ 80% des notices bibliographiques n’ont qu’une seule manifestation par «œuvre» . Ce qui n’empêchera naturellement pas de profiter des autres avantages du nouveau code tels que décrits plus haut …

Certains prétendent même que  «RDA (are) the coming cataloguing debacle» !! En effet selon M. Michael Gorman, «this is the witche’s brew of ignorance, neophilia, and the exaltation of theory over practice that given birth to the draft Resource Description and Access». Selon M. Gorman, il n’existe aucune raison d’abandonner la structure des chapitres des AACR2 selon les différents genres de document et de ne plus utiliser systématiquement les ISBD qui sont acceptées à travers le monde. De plus, à son sens, les RDA sont un désastre éditorial et les instructions de cette norme «display a massive confusion». Et c’est signé M. Michael Gorman, University Librarian Emeritus, First editor, Anglo-American Cataloguing Rules, Second Edition 1978-1988.

Demain, dans la dernière partie : Les catalogueurs et les RDA.


[i] OCLC. FictionFinder : A FRBR-based prototype for fiction in WorldCat. http://www.oclc.org/research/activities/fictionfinder/default.htm

[ii]Library of Congress. Network Development and MARC standards Office. FRBR Display Tool Version  2.0. http://www.loc.gov/marc/marc-functional-analysis/tool.html

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2012 02

(Lire la 1ère partie)

Comment ça marche ?

«En gros, les FRBR organisent les différentes composantes de la description bibliographique (les autorités, les accès sujet et les informations physiques sur le document proprement dites) en trois groupes d’entités reliées ensemble par des relations.

Le 1er groupe d’entités regroupe tout ce qui concerne les documents et leurs différentes versions. Ces entités sont (de la plus abstraite à la plus concrète)»[i] :

  • Œuvre : une création intellectuelle ou artistique déterminée (par exemple : Germinal (dans la tête !) d’Émile Zola).
  • Expression : une réalisation de cette création intellectuelle (par exemple, la traduction anglaise de Germinal par Roger Pearson ou même le texte manuscrit original de l’œuvre !).
  • Manifestation : la matérialisation d’une expression (par exemple, la traduction anglaise de Germinal par Roger Pearson et publié chez Penguin Books en 2004 qui porte le ISBN 0140447423). La manifestation est, en gros, ce qui correspond le plus aux notices bibliographiques actuelles dans nos catalogues.
  • Item (ou Document) : un exemplaire précis d’une manifestation (par exemple celui qui porte le code barres 30010003948828 à la Bibliothèque de Saint-Laurent).

Ainsi :

Œuvre (une création intellectuelle déterminée)

trouve sa réalisation dans

Expression (la réalisation intellectuelle  d’une œuvre)

se concrétise dans

Manifestation (la réalisation physique de l’expression d’une œuvre)

est représenté par

Item (un exemplaire précis d’une manifestation)

Ce que permettra éventuellement l’application pratique de ce concept, c’est une navigation beaucoup moins linéaire, des résultats de recherche moins énumératifs et hétéroclites soutenus par des menus qui livreront une vision d’ensemble d’une œuvre et les relations qui se tissent entre cette œuvre et ses manifestations concrètes.

Le second groupe d’entités correspond aux «autorités» : personnes, collectivités (dont familles).

Le troisième groupe regroupe des entités qui sont le «sujet» de l’œuvre : concept, objets, lieux et événements.

noname

Nous avons donc 10 entités distinctes (les 10 rectangles) divisées en 3 groupes. Les relations entre les groupes sont indiquées par les flèches. Chaque entité possède aussi ses attributs ou caractéristiques :

FRBR-groupe-1
FRBR-groupe-2-et-groupe-3

Pour «illustrer» les différentes entités du groupe 1, pourquoi pas Dracula ? :

Ces entités et les relations qu’elles établissent entre elles tendent à répondre aux 4 grands besoins des utilisateurs :

Trouver les ressources qui correspondent aux critères de recherche

(je cherche le titre Robinson Crusoë) —» Oeuvre

Identifier une ressource qui correspond à celle recherchée

(je veux une traduction française et non le texte original) —» Expression

Choisir une ressource qui soit en adéquation avec ses besoins

(en format de poche si possible ex. : Folio) —» Manifestation

Obtenir la ressource décrite

(je vais aller emprunter l’exemplaire de Saint-Michel, c’est tout près)—» Item

Les FRBR créent une structure de base pour satisfaire à ces besoins en proposant la possibilité de collationner les documents au niveau des œuvres et expressions.

Exemples :

  • Relier ensemble les différentes éditions, traductions et formats d’une œuvre
  • Relier les cotes et vedettes-matière aux «notices» de l’œuvre ou de l’expression et ainsi éviter la répétition de l’information dans les notices bibliographiques (voir schéma ci-dessus la relation possible entre Groupe 3 et Groupe 1)
  • Relier entre eux les fichiers d’autorité à l’échelle mondiale et reconnaître ainsi le besoin de l’utilisateur de lire les vedettes dans sa langue (utile quand on sait que la forme acceptée ici de l’autorité pour l’Orchestre national de Vienne est plutôt Niederösterreichisches Tonkünstlerorchester!!). À cet égard le projet de VIAF (Virtual International Authority File/Fichier d’autorité
  • international virtuel) offre des perspectives intéressantes.

Il faut bien voir que les AACR2 ne sont pas pour autant jetées par-dessus bord, de même que le format MARC. RDA reprend les points forts des AACR2 au niveau de la logique mais laisse de côté ses aspects parfois arbitraires (la fameuse règle de trois), sa terminologie parfois désuète, ses limitations au niveau du nombre d’accès (fiches obligent !!), son manque de convivialité (abréviations latines et autres) et ses règles parfois un peu … absconses. Les anciennes notices seront compatibles avec les nouvelles et le format MARC pourra tout à fait s’y intégrer. Les RDA étant une norme de contenu et non d’encodage, la possibilité de s’ouvrir éventuellement à plusieurs formats d’encodage ou normes de métadonnées est implicite: MARC, Dublin Core, MODS (Metadata Object Description Schema), ONIX (ONline Information eXchange : format d’échange entre éditeurs) etc. et ainsi permettre d’intégrer les notices bibliographiques des bibliothèques à celles produites par d’autres communautés de métadonnées, et aller au-delà des catalogues des bibliothèques dans l’environnement numérique commun.

De plus, nous pouvons remarquer que la traditionnelle notion de «titre uniforme[iii]» n’est pas très loin de la notion FRBR d’«œuvre»!. D’ailleurs très récemment, «dans une perspective de FRBRisation de ses catalogues, la Bibliothèque Nationale française (BnF) a engagé une réflexion sur les accès titres uniformes de différents types d’œuvre»[iv]

Demain dans la 3e partie : RDA et la FRBRisation des catalogues.


[i] Manue. Les FRBR, qu’est ce que c’est ? http://www.figoblog.org/document594.php

[ii] Peponakis, Manolis; Sfakakis, Michalis; Kapidakis, Sarantos. FRBRisation : utiliser les zones de lien UNIMARC pour identifier les Œuvres. p.2. http://conference.ifla.org/past/ifla77/187-peponakis-fr.pdf,

[iii] «Titre conventionnel collectif qui sert à regrouper les publications d’un auteur, d’un compositeur ou d’une collectivité, lesquelles comportent plusieurs oeuvres ou des extraits, etc., de plusieurs œuvres…» RCAA, Éditions ASTED, 2000, p. 786.

[iv] Bibliothèque Nationale de France. Catalogage et indexation. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/catalogage_indexation.html

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :