nov - 2011 28

Bibliothèque MaisonneuveSituée à l’intersection des rues Ontario et Pie-IX, en plein cœur du quartier Hochelaga-Maisonneuve, la bibliothèque Maisonneuve est sans aucun doute un monument que l’on remarque facilement dans le paysage environnant.  Avec son imposante structure en pierre et sa grande porte digne des bibliothèques d’autrefois, ce bâtiment, qui fêtera son 100e anniversaire cette année,  a de quoi réveiller l’intérêt des plus nostalgiques.

Ancien Hôtel de Ville de la municipalité de  Maisonneuve et Institut du Radium de l’Université de Montréal, le passé historique de l’endroit en a beaucoup à vous raconter.  Ce ne serait pas étonnant d’ailleurs si on y découvrait des manifestations étranges une fois les lumières éteintes et les portes fermées comme le fantôme de la célèbre Bolduc qui y vécut ses derniers moments du temps de l’Institut du Radium !  Toutefois, malgré les apparences, on y trouve bien plus que de vieux livres pleins de poussières.  Avec les années, la bibliothèque Maisonneuve a su s’adapter aux changements et fournir des services et collections à l’image du quartier et de ses résidants.



Bibliothèque Maisonneuve - livres pour les jeunesEn effet, avec le temps, la bibliothèque a su cohabiter avec les fidèles résidants de toujours et les nouvelles familles curieuses de découvrir la diversité des services offerts dans le quartier.  De ce fait, la section jeunesse a pris un véritable coup de jeune et offre une panoplie de services pour les familles et les écoles.  Heures du conte, rencontres d’auteurs, initiations à la bibliothèque, concours pour adolescents, il y en a pour tous les goûts.  Soucieuse également d’appuyer les personnes ayant des besoins particuliers, la bibliothèque s’engage dans des projets liés à la réussite scolaire, à l’alphabétisation de même qu’à l’aide à l’emploi, un besoin important dans ce milieu.

Romans harlequinCette mixité sociale se reflète également dans la diversité des collections de la bibliothèque.  Ici, nous sommes heureux de présenter les toutes dernières nouveautés allant des prix littéraires aux ouvrages plus spécialisés.  Cependant, nous sommes tout aussi fiers de notre imposante collection de romans Harlequin, de notre grande collection de DVD sans oublier la plus grande sélection de disques de musique country du réseau !  Venez découvrir ce qui se cache dans cette belle bibliothèque de quartier.

Vous pouvez suivre la bibliothèque Maisonneuve sur leur page Facebook.








Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 25

En septembre dernier (6-9), les réunions du Sous-comité 8 de l’ISO (Organisation internationale de normalisation) sur la qualité des services documentaires (statistiques et l’évaluation de la performance) se tenaient à Helsinki en Finlande. J’ai participé à ces réunions en tant que Délégué du Canada auprès de quatre groupes de travail sur les normes concernant les statistiques, les mesures de performance, les indicateurs pertinents à l’évaluation des espaces pour les constructions et rénovations de bibliothèque et les mesures d’impact et d’outcome des services de bibliothèques.

Dans le cadre des travaux de normalisation et de planification du Plan de consolidation du réseau des bibliothèques de Montréal, nous manifestons beaucoup d’intérêt en regard de l’aménagement plus fonctionnels pour les services à la clientèle. Également, nous sommes préoccupés par les activités de médiation en bibliothèques et hors les murs (outreach), ainsi que les services pouvant davantage favoriser l’inclusion sociale.

La Bibliothèque municipale de Helsinki a certes une expérience reconnue à ce chapitre et une expertise et une approche innovatrice ayant fait école auprès du milieu dans ce domaine depuis de nombreuse années. D’ailleurs, c’est dans cet esprit que j’ai eu l’opportunité de visiter avant mes réunions une bibliothèque spécialisée en musique, la Library 10, un service d’information et de soutien aux petites entreprises, le Meeting Point et la bibliothèque centrale du réseau de bibliothèques de Helsinki.

En plus, j’ai eu l’occasion d’échanger avec les membres de la Direction attitrés à la planification et à l’évaluation des services. Nous avons cru opportun de profiter de ces visites et entrevues pour inviter à Montréal la Directrice de la Helsinki city Library. Madame Maija Berndtson a accepté de faire une présentation sur leurs initiatives dans ces domaines au cours du Forum des Bibliothèques de Montréal le 2 décembre prochain.

Au cours de la même semaine, j’ai eu également la chance  de visiter la bibliothèque centrale de la municipalité de Turku, 2e ville en importance  en Finlande, localisée en bordure de la mer Baltique.

Avant la tenue prochaine  du Congrès des milieux documentaires et du Forum du réseau des bibliothèques de Montréal, j’ai voulu partager avec vous tous quelques photos des endroits visités.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 22

Dans le cadre du Salon du livre de Montréal, retour sur la Table ronde La lecture et les garçons : Comment proposer des pistes d’interventions efficaces susceptibles d’accroître l’intérêt de la lecture chez les garçons.

Adolescent qui lit sur la rue. Nous étions quatre participants enthousiastes à l’idée de contribuer vendredi dernier, à l’intérieur de la Journée des professionnels, à cet échange inspirant : Louis Émond, Martine Lamontagne, Carole Tremblay, Élaine Turgeon et moi-même.

La table ayant suscité un grand intérêt, je partage ici mon texte de présentation qui a entamé la discussion (et ma fois, rallié les troupes).

Dans ma réflexion, j’ai fait fi des objectif pédagogiques / didactiques souvent reliés à la lecture (et à la non-réussite scolaire) des garçons, pour m’attarder à l’acte de lire pour le plaisir, par motivation PERSONNELLE, et non pour satisfaire aux demandes du prof ou de sa mère (bibliothécaire, encore pire!)

Bibliothécaire ayant travaillé une dizaine d’années dans le quartier Centre-Sud de Montréal, ayant vu défiler des centaines de garçons (lecteurs et non lecteurs) et mère de deux garçons; ado et jeune adulte, j’ai constaté clairement que les garçons, à un moment ou à un autre de leur cheminement académique, ont trrrès bien ressenti et compris qu’on VOULAIT qu’ils lisent, et des BONS livres, des livres DIFFICILES, ÉPAIS, mais que ça ne leur donnait pas plus ENVIE de passer à l’acte!

On sent actuellement une telle pression sur les garçons à lire, j’ai un malaise avec ça… À peine un peu plus de 30% des Montréalais sont abonnés à nos bibliothèques. Juge-t-on les adultes qui ne fréquentent pas nos bibliothèques? Est-ce qu’on met tant de pression sur nos collègues, nos frères, nos chums : As-tu lu des chapitres de ton roman avant de te coucher chéri? Est-ce qu’on se permet des commentaires sur la présence du Guide de l’automobile dans le panier du client chez Costco? Quand on parle de plaisir… on parle d’abord de choix.

Je pars donc avec la prémisse que les garçons aiment autant lire que les filles… s’ils sont « présentés » à de nombreux livres, et s’ils ont le dernier mot quant au choix!

À la question adressée à Claude Ponti: « Avez-vous un truc pour intéresser un enfant à la lecture? », celui-ci a répondu : « Insérer une tranche de jambon différente entre chaque page! » Ainsi, comme bibliothécaire/passeuse de livres, (et comme mère), je ne cherche plus depuis belle lurette de recettes « miracles » pour intéresser un jeune à la lecture mais je m’accroche à deux principes selon moi immuables :

    La liberté entière du jeune, qui est déjà un petit citoyen penseur, de choisir le genre, le niveau, ce qui lui convient au moment présent : Il connait ses besoins et ses goûts.
    L’engagement de l’adulte passeur de livre : Consacrer l’effort et le temps nécessaires pour proposer un choix varié (qui ne corresponde pas à ses propres critères subjectifs d’adulte bien pensant), s’investir dans la lecture à haute voix et susciter l’échange autour du livre. Cette valeur d’engagement nous ramène à la présence essentielle de « médiateurs » ou de « passeurs de livres »; dans nos écoles, nos bibliothèques, nos maisons. Cela nous ramène aussi impérativement à une reconnaissance collective du temps (on ne s’y soustraira pas!) comme un élément essentiel de la réussite dans nos efforts pour développer le goût de la lecture.

À partir de là, plusieurs stratégies sont à envisager, plusieurs pistes d’interventions sont à explorer, selon les spécificités du milieu et des jeunes visés, nos habiletés comme passeur de livres, nos budgets…

Je pourrai témoigner du succès du programme Coup de poing, qui a permis à 2000 jeunes montréalais de participer à des discussions autour d’albums… et qui a véritablement suscité un intérêt et un engagement des jeunes dans la découverte d’œuvres littéraires… Je m’arrête ici, parce que Coup de poing, vous connaissez!!!

Marie Désilets

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 21

Image_Story_of_elctronicsTablettes de lecture, livrels, liseuses, nuage informatique, Internet, les livres et les données se dématérialisent. Comment  cette dématérialisation s’inscrit-elle dans un développement plus soutenable de nos sociétés en général, et de nos bibliothèques en particulier ?

L’équipe du programme RAC (rénovation, agrandissement et construction de bibliothèques)  s’est intéressée à la question, celle des technologies de l’information et de la communication (TIC), les écoTIC, en particulier.

Pour l’instant, les TIC, vertes ou non, sont encore plutôt grises, malgré une opinion publique favorable à l’adoption de politiques d’approvisionnement responsable. D’abord, les livres et les technologies ne se dématérialisent pas vraiment : ils sont produits autrement ou ailleurs. Ensuite, certains efforts sont bien réels — ateliers de revalorisation des TIC, programmes de recyclage, réduction de matières dangereuses et utilisation de pièces recyclées dans certains appareils — mais ils sont encore marginaux, et les améliorations en matière de conception ont surtout porté, à ce jour, sur l’amélioration de la consommation énergétique.

Qu’à cela ne tienne, les bibliothèques peuvent agir en faveur de modèles plus soutenables de développement de cette filière, et sur plus d’un front. La première ligne d’attaque pourrait être la sensibilisation « préventive ». En effet, l’un des plus grands ennemis des TIC est le temps. La durée d’utilisation des ordinateurs est passée de 10 ans en 19851 à 2,5 ans depuis 2007. Celle des cellulaires est de 18 mois. Si les tablettes de lecture et les liseuses comptent parmi les solutions vertes en permettant de réduire le tirage de livres papier, elles ne sont pas fabriquées à partir de ressources renouvelables. Mais selon le Cleantech Group2, si on lit 22,5 livres sur une même liseuse, la Kindle d’amazon en l’occurence, on pourrait amortir les impacts de la production de cette liseuse. Donc, un impact neutre. Au-delà de ce nombre, le fait de lire en mode liseuse préviendrait les impacts de la production papier de tous les autres livres lus… sur la même liseuse. Ces appareils doivent donc échapper à l’effet de mode et à l’obsolescence programmée3 pour avoir un impact écologique neutre ou positif.  Autrement dit, plus longtemps on garde l’appareil, plus il « verdit ».

The Story of Electronics est un outil pédagogique amusant et fort instructif, produit par The Story of Stuff Project, qui reconstitue le cycle de vie des TIC sous la forme d’une animation narrée. La vidéo fait partie d’une série d’animations destinées à sensibiliser le public des sociétés industrialisées aux enjeux sociaux et environnementaux de leurs modes de production et de consommation, en prenant pour exemple le modèle étatsunien. La série est accessible en anglais, mais il est possible de visionner la toute première animation intitulée simplement The Story of Stuff (L’Histoire des choses), ou encore celle sur l’Histoire des bouteilles d’eau (The Story of Plastic Bottles), en versions sous-titrées en français.  On peut également télécharger The Story of Stuff sous-titrée en français sur le site du groupe Pour un monde durable. Toutes les animations produites par l’organisme — sous licence Creative Commons — peuvent être téléchargées sans frais à partir du site http://www.storyofstuff.org,  pourvu qu’elles soient projetées intégralement et à des fins non commerciales. C’est gratuit, mais un don à l’organisme est apprécié.

Voilà une bonne source d’inspiration pour des activités de sensibilisation au développement durable et responsable en bibliothèque !

[1] Éric Drezet, « Les technologies de l’information et de la communication : une partie de la solution ou une cause du problème ? » Communication donnée au Colloque EJC-TIC 2011, dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier, Montréal les 3 et 4 octobre 2011.

[2] L’ analyse du cycle de vie d’une liseuse Kindle produite par le Cleantech Group n’est plus accessible par Internet, mais on peut obtenir une copie du résumé en communicant par courriel avec moi.

[3] Voir l’excellent documentaire produit par Arté sur l’obsolescence programmée ici : http://pourunmondedurable.blogspot.com/

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 03

En juin dernier, j’ai animé en collaboration avec Marie Barguirdjian des éditions Gallimard, un atelier sur la littérature pour les ados. J’ai présenté la Collection Médium de l’École des Loisirs que je trouve trop discrète, à mon goût, d’où le thème de ce billet. Les romans de cette collection sont souvent perçus trop difficiles, ennuyants, pas de page de couverture attrayante pour les jeunes. Pourtant, on y retrouve des trésors.

Valérie Dayre, Les nouveaux malheurs de Sophie.

    DayreQu’est-ce qui fait grandir dans la vie ? Une question simple mais complexe tout à la fois qu’un fils pose à sa mère. Cette question ramène la mère à son enfance et à un certain événement qui l’a fait grandir tout d’un coup.

    Lâcheté, cruauté : on ferme les yeux comme Sophie jusqu’au moment où on devient, à son tour, la victime?

    Fermons-nous quelque fois les yeux devant l’inacceptable?

Aurélien Loncke, Une saison parfaite pour changer.

    Une histoire émouvante , une écriture remarquable : à lire de tout urgence.

Loncke«Chaque jour on tâtonne, on s’inquiète, on se cherche, on devine les autres et la vie. On réclame des certitudes,des moyens de se rassurer, mais surtout, surtout, des personnes fiables pour nous accompagner un bout de chemin. Et parfois, parfois seulement, il arrive que cette attente soit récompensée:on trouve alors des gens absolument normaux avec qui,comme par miracle, tout devient différent.» p.94-95

Robert_Cormier

Un de mes auteurs préférés en jeunesse est Robert Cormier. L’ensemble de son œuvre est publié en français dans la Collection Médium, à l’École des Loisirs.
Robert Cormier est né en 1925, à French Hill, le quartier canadien-français de la ville de Leominster, au Massachusetts. Cette filiation canadien-française et catholique se retrouve souvent dans ses romans. Il a été un journaliste puis un écrivain pour les adolescents. En 1974, il publie « La guerre des chocolats» qui marquera la littérature pour les adolescents. C’est à partir de là que Robert Cormier fut souvent attaqué par les bien pensants de la société américaine :

Interrogé le 17 août 2011

«Because of the novel’s language, the concept of a high school’s secret society using intimidation to enforce the cultural norms of the school, and the protagonist’s sexual ponderings, it has been the frequent target of censors and appears at number three on the American Library Association‘s list of the « Top 100 Banned/ Challenged Books in 2000-2009. » »

Robert Cormier, Les héros.
cormier_heros

    Pour Francis Joseph Cassavant, la guerre est finie : une grenade l’a défiguré. Il revient dans sa ville pour tuer Larry La Salle, un autre héros de guerre. Larry doit payer pour ce qu’il a fait à Nicole, des années auparavant. Vengeance, culpabilité, violence, héroïsme : des questions qui dérangent et nous bouleversent, écrit avec une sensibilité et finesse par Robert Cormier.

    Ce roman m’a laissé songeuse : qui sont-ils ces héros que les guerres fabriquent ?

D’autres titres aussi percutants et puissants :

    Robert Cormier, À la brocante du cœur.
    Robert Cormier, De la tendresse.

Lire des romans de Robert Cormier, c’est toujours une expérience enrichissante et périlleuse. On n’est plus la même personne après l’avoir lu. J’ai eu tout un choc quand j’ai appris son décès, en 2000.

    Il me manque.

    Son écriture me manque.

    Ses histoires me manquent.

La discrétion et la disparition : deux thèmes liés dans ma vie et dans mon travail également.

    Bibliothécaire : la discrétion même!

    Trop discrets?

    C’est vrai, on nous entends peu dans les espaces publics . Et pourtant…

    Je n’ai pas oublié mes rêves de changer le monde.

    Combien de bibliothécaires sont des citoyens engagés et qui rêvent encore de changer le monde?

    Trop discrets?

    Disparus trop tôt?

    Non.

    Pour ma part, je ne suis pas obsolète . Je rêve encore.

    Et vous?

Chien de Lisard

Moi, chien de lisard,
Je dis haut et fort que j’aime lire,
Je revendique pour premier écran celui de mon imaginaire,
Réclamons la lecture comme instrument de pouvoir personnel,
Appelons-en à tous ceux etcelles qui, comme nous, croient à la liberté de lecture,
Chien delisard j’étais, je suis et je serai,
Chiens de lisards, multiplions-nous.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 02

Library2011

Bonjour à tous,

Une petite note pour vous avertir que c’est ce jeudi 3 novembre à 9h (Heure de l’Est) que nous présenterons en primeur une version en développement du jeu en ligne Escouade B lors de la conférence virtuelle internationale Library 2.011. Pour ceux et celles qui s’intéressent au phénomène des jeux sérieux, au ludo-éducatif, à la formation à l’information et à la formation pour les jeunes, nous vous invitons à regarder la première version de ce projet innovateur conçu au Bibliothèques de Montréal.

Si vous êtes intéressé à regarder la conférence en direct, vous pouvez nous rejoindre en cliquant sur ce lien à 9h jeudihttps://sas.elluminate.com/m.jnlp?sid=2008350&password=M.8BD2AE79A1D9FB3B52F7ED0C81EEDE

Ajout: La conférence durera 30 minutes avec une période de question.

Au plaisir de vous voir en ligne,

Thierry Robert

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 01

Dans le cadre du Congrès des milieux documentaires du Québec, les Bibliothèques de Montréal organisent un Forum sous la thématique : « Investir le domaine du social : pour une bibliothèque utile et humaine » le vendredi 2 décembre.

Le Forum des Bibliothèques de Montréal approche et vous n’avez pas eu le temps de vous pencher véritablement sur son contenu? Laissez-moi vous mettre l’eau à la bouche en vous présentant nos conférenciers internationaux!

Judith HareJudith Hare, Directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax. Les bibliothèques ayant mis en place le programme “Working together”.




Fred J. GitnerFred J. Gitner, Assistant Director for New Americans Programs & International Relations, Queens Library. Sa particularité? 62 bibliothèques, des nouveaux arrivants provenant de plus de 190 pays et parlant 160 langues!




maija_tete Maija Berndtson, Directrice de la Bibliothèque centrale d’Helsinki. La nouvelle bibliothèque centrale de Helsinki est en pleine conception! Elle verra le jour en 2017 et accueillera entre ses murs…un sauna!




Le programme complet de la journée

Heather Brydon, bibliothécaire à Lachine et chargée de cours au School Information Studies de l’Université McGill dressera un état de la situation en Amérique du Nord et plus particulièrement au Québec quant à l’intervention des bibliothèques sur le plan social. Quand cette intervention a-t-elle commencé à voir le jour? Quel chemin avons-nous parcouru depuis?

LJ QueensNous accueillerons ensuite un orateur né : Fred J. Gitner. Ce francophile avéré nous entretiendra des meilleures pratiques de la Queens Library. Il nous expliquera comment concevoir des programmes et services destinés aux nouveaux arrivants et dont l’objectif est de permettre de s’adapter à la vie aux États-Unis aussi rapidement que possible, le tout en gardant et en partageant leur culture avec toute sa communauté. Vous souhaitez avoir un avant-goût de leurs réalisations? Consultez leur Page Facebook!


Après le dîner…

…nous écouterons Marie Désilets nous parler de la pertinence d’encourager la participation citoyenne dans nos bibliothèques. Après en avoir défini clairement les concepts, elle nous relatera diverses expériences afin de mieux en saisir les enjeux. Pour vous mettre en appétit, une vidéo dynamique et mobilisante sur le développement durable!

D’autres exemples concrets seront ensuite proposés par Judith Hare. La directrice des Bibliothèques publiques d’Halifax, bibliothèques “durables”, nous exposera approche et techniques pour rejoindre les diverses personnes issues des communautés culturelles, les autochtones ainsi que les communautés rurales. Selon elle, les bibliothèques ne sont pas durables si elles ne sont pas totalement utilisées par toutes les communautés qu’elle dessert.

Halifax“I have learned a totally different approach to librarianship and the library than I have ever heard of before. I went through how many years of schooling, and it never touched upon it once. My whole idea of librarianship is now community-development centered. All it took was a shift in thinking. It is not extra work; it is a shift in my duties.” — Branch Staff Evaluation

Après une pause…


Helsinki_2017
…nous découvrirons avec avidité le projet de la nouvelle Bibliothèque centrale d’Helsinki et comment le souci constant d’intégration sociale de la population est pris en compte dans la conception de l’offre de services de cet établissement. Ces dernières années, deux projets particulièrement novateurs et qui vont « beaucoup plus loin » en matière de services ont vu le jour à Helsinki  Library 10 et meetingpoint@lasipalatsi. Leur analyse a fortement servi à la conception de la nouvelle bibliothèque.

Madame Berndtson nous entretiendra également des liens privilégiés entre la bibliothèque et le milieu scolaire et nous en exposera les conséquences en terme d’insertion sociale chez les jeunes.

logo-cdeacfNous ferons ensuite une incursion dans le monde de l’alphabétisation avec Rosalie Ndejuru, conseillère principale au CDEACF. Celle-ci nous exposera les impacts sociaux des stratégies déployées par cet organisme sur les communautés qu’il dessert.

Enfin, Louise Guillemette-Labory, nous démontrera que oui, le développement social est au cœur de la vocation des bibliothèques. Comment? Je lui en laisse la surprise…!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 25

Bixi-Biblio dans l'entrée de BrennanLa semaine dernière avait lieu la Semaine des Bibliothèques publiques du Québec.  Chaque année, les bibliothèques ont pour objectif de faire connaître leurs produits et services auprès de la clientèle existante, mais aussi la clientèle potentielle avec l’ajout de nouveaux abonnés.

Cette année, l’équipe de la Direction associée a organisé deux séances d’abonnements dans les bureaux administratifs de la Ville de Montréal. Les employés avaient reçu un courriel qui les informait de la présence d’une table avec des heures pour la visiter. L’opération s’est révélée un succès avec un nouvel abonnement toutes les 4 minutes!

En plus d’aller chercher de nouveaux abonnés, l’opération a permis de faire connaître aux employés les dernières avancées des Bibliothèques de Montréal avec la fin de l’implantation de Millennium à l’ensemble des bibliothèques du réseau et l’offre de service uniforme à travers le Catalogue Nelligan. Sans oublier les ressources en ligne qui ont retenu l’attention de plusieurs employés non-résidents de Montréal, mais dont ils peuvent se prévaloir.

En bout ligne, auriez-vous dit non à un abonnement gratuit à de tels sourires? :)

Delphine et Geneviève

Delphine et Geneviève à la table pour accueillir les nouveaux abonnés.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 17

Une bibliothèque multi…sensorielle.

Interieur PE Vous entrez à la bibliothèque. Vous croyez souffrir d’hallucinations auditives. Vous entendez des voix provenant du plafond. Des voix de femmes, d’hommes, d’enfants, des voix qui vous disent bienvenue à la bibliothèque. Une affiche explicative vous rassure : vous n’avez pas rêvé, il y a effectivement de petits haut-parleurs qui diffusent des enregistrements de résidants du quartier qui disent bienvenue à la bibliothèque en plus de… 40 langues! Vous entrez donc dans cette bibliothèque si accueillante et ce qui vous frappe ensuite, c’est l’effervescence qui se dégage des lieux. Un simple coup d’œil vous en met plein la vue. Des femmes en sari scintillant sont assises au secteur des jeunes avec leurs poupons, des enfants lisent dans des fauteuils, d’autres sont rivés aux ordinateurs.  Du côté des adultes, une bibliothécaire fait une visite de groupe avec une classe de francisation. Dans la salle d’animation, des femmes dégustent un thé comme le veut la tradition à l’activité de l’Heure du thé. Au comptoir, un employé abonne de nouveaux arrivants. Il explique tran-quil-le-ment les règlements.

ParcExtLes usagers de la bibliothèque donnent une couleur singulière à l’institution. Ils sont majoritairement nés à l’extérieur du pays. Vous vous dites que les Tremblay et les Lafleur ne sont certainement pas nombreux dans les parages. Vous fermez les yeux, vous entendez des enfants qui discutent et se chamaillent un peu. Des enfants comme on en trouve dans toutes les bonnes bibliothèques, peut-être même l’une près de chez-vous! Des enfants qui parlent un français impeccable. Vous imaginez quelques secondes les parents, vous anticipez leur espoir, leurs rêves, leurs ambitions et aussi, leurs désillusions.

Vous vous dites que ce n’est pas banal des usagers qui sentent le cari, la menthe, le plantain, alouette.

Vous vous dites que ce serait idiot de garder les yeux clos, car le sourire de tous ces gens vous va droit au cœur.

Vous ouvrez les yeux, oui, vous êtes bel et bien à la bibliothèque de Parc-Extension.

Une bibliothèque multi…culturelle!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 12

Allison Moore devant la murale de la bibliothèque Pointe-aux-Trembles

Des monstres et des livres
Nan kad mete an plas yon pwojè medyasyon kiltirel, awondisman Rivyè-dè-
Preri-Pwento-Tramb avèk biwo piblik nan Vil Monreyal ki okipe zafè atis,
te òganize yon konkou pou atis pwofesyonèl te prezante yon èv kite kapab
bay sektè jenès bibliotèk Pwento-Tramb nan jarèt.
Yon jiri te seleksyone èv 2 gran atis : Arthur Desmarteaux avèk Allison
Moore nan tèt ansanm te fè yon tablo an mozayik ki rele «Gran
rasanbleman». Moun ki bezwen plis enfòmasyon kapab ale sou sit entènèt
http://www.legrandrassemblement.com/ lap jwen fason pwojè-a te mete
sou pye ak lòt bagay ke atis yo fè déjà. Twa klas nan lekòl Notre-dam ki nan
katye-a, te enspire yo de èv atis yo ak kapsil videyo ki sou sit entènèt la pou
yo te reyalise 2 tablo ki ekspoze nan bibliotèk la.
Depi mwa jwen 2011, nan sektè jenès bibliotèk Pwento-Tranb, tout moun
kapab wè bèl èv 2 gran atis yo te fè-a, tablo sa-a ki fèt ak mozayik tout koulè
ki montre anpil kreyati monstr ak bèt ansanm.

Dans le cadre du Mois du créole de Montréal, on partage avec vous ce texte de la Bibliothèque Pointe-aux-Trembles.

Nan kad mete an plas yon pwojè medyasyon kiltirel, awondisman Rivyè-dè-Preri-Pwento-Tramb avèk biwo piblik nan Vil Monreyal ki okipe zafè atis, te òganize yon konkou pou atis pwofesyonèl te prezante yon èv kite  kapab bay sektè jenès bibliotèk Pwento-Tramb nan jarèt.

Yon jiri te seleksyone èv 2 gran atis : Arthur Desmarteaux avèk Allison Moore  nan tèt ansanm te fè yon tablo an mozayik ki rele «Gran rasanbleman». Moun ki bezwen plis enfòmasyon kapab ale sou sit entènèt http://www.legrandrassemblement.com/ lap jwen fason pwojè-a te mete sou pye ak lòt bagay ke atis yo fè déjà. Twa klas nan lekòl Notre-dam ki nan katye-a, te enspire yo de èv atis yo ak kapsil videyo ki sou sit entènèt la pou yo te reyalise 2 tablo ki ekspoze nan bibliotèk la.

Depi mwa jwen 2011, nan sektè jenès bibliotèk Pwento-Tranb, tout moun kapab wè bèl èv 2 gran atis yo te fè-a, tablo sa-a ki fèt ak mozayik tout koulè ki montre anpil kreyati monstr ak bèt ansanm.

Le texte original est de Marie-Élise Leroux et de Nicole St-Vincent
La traduction en kreyol ayisyen est de Chesena Murat

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :