oct - 2012 02

(Lire la 1ère partie)

Comment ça marche ?

«En gros, les FRBR organisent les différentes composantes de la description bibliographique (les autorités, les accès sujet et les informations physiques sur le document proprement dites) en trois groupes d’entités reliées ensemble par des relations.

Le 1er groupe d’entités regroupe tout ce qui concerne les documents et leurs différentes versions. Ces entités sont (de la plus abstraite à la plus concrète)»[i] :

  • Œuvre : une création intellectuelle ou artistique déterminée (par exemple : Germinal (dans la tête !) d’Émile Zola).
  • Expression : une réalisation de cette création intellectuelle (par exemple, la traduction anglaise de Germinal par Roger Pearson ou même le texte manuscrit original de l’œuvre !).
  • Manifestation : la matérialisation d’une expression (par exemple, la traduction anglaise de Germinal par Roger Pearson et publié chez Penguin Books en 2004 qui porte le ISBN 0140447423). La manifestation est, en gros, ce qui correspond le plus aux notices bibliographiques actuelles dans nos catalogues.
  • Item (ou Document) : un exemplaire précis d’une manifestation (par exemple celui qui porte le code barres 30010003948828 à la Bibliothèque de Saint-Laurent).

Ainsi :

Œuvre (une création intellectuelle déterminée)

trouve sa réalisation dans

Expression (la réalisation intellectuelle  d’une œuvre)

se concrétise dans

Manifestation (la réalisation physique de l’expression d’une œuvre)

est représenté par

Item (un exemplaire précis d’une manifestation)

Ce que permettra éventuellement l’application pratique de ce concept, c’est une navigation beaucoup moins linéaire, des résultats de recherche moins énumératifs et hétéroclites soutenus par des menus qui livreront une vision d’ensemble d’une œuvre et les relations qui se tissent entre cette œuvre et ses manifestations concrètes.

Le second groupe d’entités correspond aux «autorités» : personnes, collectivités (dont familles).

Le troisième groupe regroupe des entités qui sont le «sujet» de l’œuvre : concept, objets, lieux et événements.

noname

Nous avons donc 10 entités distinctes (les 10 rectangles) divisées en 3 groupes. Les relations entre les groupes sont indiquées par les flèches. Chaque entité possède aussi ses attributs ou caractéristiques :

FRBR-groupe-1
FRBR-groupe-2-et-groupe-3

Pour «illustrer» les différentes entités du groupe 1, pourquoi pas Dracula ? :

Ces entités et les relations qu’elles établissent entre elles tendent à répondre aux 4 grands besoins des utilisateurs :

Trouver les ressources qui correspondent aux critères de recherche

(je cherche le titre Robinson Crusoë) —» Oeuvre

Identifier une ressource qui correspond à celle recherchée

(je veux une traduction française et non le texte original) —» Expression

Choisir une ressource qui soit en adéquation avec ses besoins

(en format de poche si possible ex. : Folio) —» Manifestation

Obtenir la ressource décrite

(je vais aller emprunter l’exemplaire de Saint-Michel, c’est tout près)—» Item

Les FRBR créent une structure de base pour satisfaire à ces besoins en proposant la possibilité de collationner les documents au niveau des œuvres et expressions.

Exemples :

  • Relier ensemble les différentes éditions, traductions et formats d’une œuvre
  • Relier les cotes et vedettes-matière aux «notices» de l’œuvre ou de l’expression et ainsi éviter la répétition de l’information dans les notices bibliographiques (voir schéma ci-dessus la relation possible entre Groupe 3 et Groupe 1)
  • Relier entre eux les fichiers d’autorité à l’échelle mondiale et reconnaître ainsi le besoin de l’utilisateur de lire les vedettes dans sa langue (utile quand on sait que la forme acceptée ici de l’autorité pour l’Orchestre national de Vienne est plutôt Niederösterreichisches Tonkünstlerorchester!!). À cet égard le projet de VIAF (Virtual International Authority File/Fichier d’autorité
  • international virtuel) offre des perspectives intéressantes.

Il faut bien voir que les AACR2 ne sont pas pour autant jetées par-dessus bord, de même que le format MARC. RDA reprend les points forts des AACR2 au niveau de la logique mais laisse de côté ses aspects parfois arbitraires (la fameuse règle de trois), sa terminologie parfois désuète, ses limitations au niveau du nombre d’accès (fiches obligent !!), son manque de convivialité (abréviations latines et autres) et ses règles parfois un peu … absconses. Les anciennes notices seront compatibles avec les nouvelles et le format MARC pourra tout à fait s’y intégrer. Les RDA étant une norme de contenu et non d’encodage, la possibilité de s’ouvrir éventuellement à plusieurs formats d’encodage ou normes de métadonnées est implicite: MARC, Dublin Core, MODS (Metadata Object Description Schema), ONIX (ONline Information eXchange : format d’échange entre éditeurs) etc. et ainsi permettre d’intégrer les notices bibliographiques des bibliothèques à celles produites par d’autres communautés de métadonnées, et aller au-delà des catalogues des bibliothèques dans l’environnement numérique commun.

De plus, nous pouvons remarquer que la traditionnelle notion de «titre uniforme[iii]» n’est pas très loin de la notion FRBR d’«œuvre»!. D’ailleurs très récemment, «dans une perspective de FRBRisation de ses catalogues, la Bibliothèque Nationale française (BnF) a engagé une réflexion sur les accès titres uniformes de différents types d’œuvre»[iv]

Demain dans la 3e partie : RDA et la FRBRisation des catalogues.


[i] Manue. Les FRBR, qu’est ce que c’est ? http://www.figoblog.org/document594.php

[ii] Peponakis, Manolis; Sfakakis, Michalis; Kapidakis, Sarantos. FRBRisation : utiliser les zones de lien UNIMARC pour identifier les Œuvres. p.2. http://conference.ifla.org/past/ifla77/187-peponakis-fr.pdf,

[iii] «Titre conventionnel collectif qui sert à regrouper les publications d’un auteur, d’un compositeur ou d’une collectivité, lesquelles comportent plusieurs oeuvres ou des extraits, etc., de plusieurs œuvres…» RCAA, Éditions ASTED, 2000, p. 786.

[iv] Bibliothèque Nationale de France. Catalogage et indexation. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/catalogage_indexation.html

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2012 01

cataloging the lost art«… à la même heure, sur les mêmes livres, avec les mêmes règles, quelques centaines de bibliothécaires tirent la même langue. » Armand Lapalus

Tapez RDA dans le moteur de recherche de Messieurs Page et Brin : juste après feu la République Démocratique Allemande mais bien avant le Riding for the Disabled Association au Royaume-Uni, les Ressources : Description et Accès ont «monté» en pertinence régulièrement depuis les dernières années. Cependant dans le domaine relativement stable et conservateur du catalogage et de ses règles, il n’y en a présentement que pour ce nouveau phénomène. RDA est la nouvelle norme de catalogage destinée à remplacer dès 2013 nos bonnes vieilles Règles de Catalogage Anglo-Américaines 2e édition/Anglo-American Cataloguing Rules 2nd ed. (RCAA2/AACR2).

Petite histoire du catalogage

Toutefois, ce RDA est dans l’air depuis de très nombreuses années. Mais reprenons au début, enfin presque. L’année 1967 est mémorable à plus d’un titre : le métro fait ses premiers allers-retours sous la métropole et l’Expo 67 braque les feux du monde entier sur Montréal. Mais dans le domaine des bibliothèques, la parution des AACR (Anglo-American Cataloguing Rules) sous des textes distincts aux États-Unis et en Grande-Bretagne  marque une étape importante dans le domaine du catalogage. Ce texte de règles précises est sous tendue par les grands principes du catalogage avec le document «en main» et l’établissement du concept de «source principale d’information».

L’année suivante marque aussi une étape importante pour le catalogage : en effet en 1968 le codage des informations bibliographiques en format MARC (MAchine Readable Cataloging), un format d’encodage et de communication, permettra de transmettre et de recevoir plus facilement les notices en format lisible par machine.

Une 2e édition des AACR en 1978 unifie les 2 publications anglophones et les rend compatibles avec les règles de l’ISBD (International Standard Book Description) utilisées encore aujourd’hui pour consigner les éléments descriptifs fondamentaux selon un ordre précis et une ponctuation définie : bahh … ces catalogueurs avec leurs espaces, leurs points et leurs virgules !! Mais ne négligeons pas les immenses bénéfices d’une normalisation de la présentation des notices bibliographiques.

Bien sûr avant cela, Sir Anthony Panizzi du British Museum (le «Keeper of Printed Books») avait publié en 1841 ses «91 Rules for the Compilation of the Catalogue» qui illustrent une brillante (et controversée) idée à l’époque : plutôt que de constituer un simple inventaire des titres de la bibliothèque du British Museum, faire plutôt un catalogue qui serve de guide pour accéder aux ressources de la bibliothèque en uniformisant les formes d’auteurs et en donnant des accès sujet !! Ensuite M. Charles Ammi Cutter (oui oui … l’inventeur des … chiffres Cutter !!) publie en 1876 ses «Rules for a Printed Dictionary Catalogue». Dans l’introduction de son célèbre texte, Cutter «explains, in some of the most quoted words in library history, what a catalog is for and how it should work.

Objects

1. To enable a person to find a book of which either

(A) the author is known

(B) the title is known

(C) the subject is known

2. To show what a library has

(D) by a given author

(E) on a given subject

(F) in a given kind of literature.

3. To assist in the choice of a book

(G) as to its edition (bibliographically).

(H) as to its character (literary or topical).

Means

1. Author-entry with the necessary references (for A and D).

2. Title-entry or title-reference (for B).

3. Subject-entry, cross-references, and classed subject table (for C and E).

4. Form-entry and language-entry (for F).

5. Giving edition and imprint, with notes when necessary (for G).

6. Notes (for H).»[i]

Ce programme servira de base à toute la théorie du catalogage actuel (avec les AACR) et contient déjà, en germe, les notions «d’objets» et de «relations» à établir entre eux pour mieux satisfaire les besoins des usagers de l’information.

Pour une vision détaillée de ces importantes étapes et leurs rapports avec une notion aussi moderne que les RDA, la lecture de cette [très] intéressante histoire est suggérée de même que ce clair survol.

En 1978, donc, les RCAA2 sont publiées : elles offrent un standard robuste qui pourra aussi s’adapter à la description éventuelle de nouveaux types de documents audio-visuels alias les «non-books» ; elles intègrent les grands principes de catalogage internationaux (Les principes de Paris) et offrent une meilleure cohérence par rapport aux codes précédents.

Toutefois il est important de réaliser que «the heart and soul of the Anglo-American Cataloguing Rules is the book. Books with a title and a statement of responsability clearly displayed on the chief’s source of information : which on the book is the title page. A book will usually have a straight-forward title, a clearly stated statement of responsibility (i.e. an author or two), a familiar publisher, with standard paging, perhaps some illustrations, bibliographic references, etc. This is what AACR was designed to describe and it does it well»[ii]

Ainsi le traitement des «non-books» se fait toujours à travers la lentille des livres. Mais ce ne sont pas des livres! : où est la page de titre et où est le titre ? Sur un DVD, doit-on le chercher sur la jaquette, sur l’étiquette du disque lui-même, sur l’écran puisque le document est essentiellement visuel ?? Sur un CD, le trouve-t-on sur le livret, le dos, l’étiquette ? Et s’il varie d’un endroit à l’autre ?

Il ne faut aussi pas perdre de vue le contexte de l’époque : les petites fiches 3 X 5 sont de mise comme supports des notices bibliographiques, elles sont insérées dans des tiroirs et des meubles qui occupent des murs complets. Ici à la Bibliothèque de Montréal, les techniciennes devaient consacrer une journée semaine simplement pour les classer et on ne parle pas des lourdes conséquences à corriger une simple faute d’orthographe sur une fiche dont on dactylographie des dizaines de copies qu’on doit ensuite remplacer !!

Pendant ce temps, les OPAC proposent leurs premiers affichages à l’Ohio State University (1975) et à la Dallas Public Library (1978) ; on est toutefois loin des interfaces graphiques qui n’apparaîtront que vers le début des années 1990. Les premiers OPAC sont en mode caractère, sur un terminal dédié ou sur Telnet, confinés dans une seule bibliothèque et reproduisent fidèlement les fiches de catalogues qu’elles ont l’intention de remplacer!

Des mises à jour successives en 1988, 1998 et 2002 donnent aux RCAA2 plus d’actualité mais ces mises à jour demeurent «réactives» : elles interviennent après-coup afin de régler les problèmes posés par l’apparition de nouvelles ressources et même de nouvelles réalités. De plus en plus le besoin se fait sentir d’examiner mieux les principes sous-jacents aux Règles, d’évaluer les nouveaux types de média, les ressources numériques et l’évolution des technologies dans l’environnement Web. On se rend bien compte que la division des chapitres des RCAA2 en genres particuliers de documents (chapitre 5 Musique, chapitre 6 Enregistrement sonore, etc.) amène des incohérences dans l’application des règles notamment quand un nouveau type de document présente des caractéristiques propres à plusieurs chapitres. Par exemple, les ressources électroniques à distance qui exigent  l’utilisation du chapitre 9 (ressources électroniques) et de n’importe quel des chapitres précédents selon le contenu principal de la ressource : texte, carte, enregistrement sonore ou vidéo, etc.

Ce problème du contenu par rapport au support reste une des grandes faiblesses des RCAA2 ; ainsi RCAA2 propose de décrire comme un «ensemble multi-supports» un document constitué de divers genres de supports sans composante prédominante alors que la Library of Congress ne retient aucunement cette notion en indiquant que le catalogueur doit choisir une composante comme étant prédominante et traiter le(s) autre(s) comme matériel d’accompagnement. Aucune notice américaine (Library of Congress) n’est traitée en notice d’ensemble multi-support («kit») alors qu’au Canada si ; pourtant nous utilisons le même code de catalogage !!

L’absence de cadre théorique comme source de référence lorsque confronté à l’inondation d’information plombe aussi sérieusement le recours aux AACR2 qui présentent des règles claires mais parfois peu adaptables aux nouvelles réalités numériques ou autres.

Il est donc temps semble-t-il de passer et de penser à autre chose car

«Today things are vastly more complicated:

  • Cataloging costs money and takes time. Sharing cataloging records will save both, if everyone can agree on how to catalog things the same way.
  • Electronic resources (on computers) are hard to catalog and manage, and not always easy to make available.
  • Everything comes in many formats, and they’re hard to catalog, manage, and make available, too.
  • There’s more of everything.
  • Technology is changing how libraries work, what they have in their collections, and what users need and expect.»[iii]

Une meilleure compréhension et vision de l’organisation de l’information est maintenant nécessaire. Dès le début des années 90, l’IFLA (International Federation of Library Associations) publie des documents importants qui influenceront l’avenir des AACR2. En 1991 un groupe d’experts formé par cette fédération est mandaté pour définir, a priori, les «Functional Requirements for Bibliographic Records» (FRBR) ou «Spécifications Fonctionnelles des Notices Bibliographiques» «en prenant en compte les différents supports, les différentes utilisations, et les différents besoins des utilisateurs. L’étude devra balayer la totalité des fonctions assignées à la notice bibliographique dans l’acceptation la plus large du terme, à savoir une notice qui ne se limite pas à des éléments descriptifs, mais qui contient également des éléments d’accès (noms, titres, sujets, etc.), d’autres éléments structurants (classification, etc.) et des notes»[iv]. On veut donc parvenir à une modélisation des informations contenues dans les notices bibliographiques et des relations qu’entretiennent ces informations.

Ce groupe travaille durant 6 ans, fait appel à des experts dans tous les domaines afférents (chercheurs, éditeurs, bibliothécaires, concepteurs de systèmes documentaires, libraires, utilisateurs d’information de toute sorte) et publie en 1998 son rapport final.

Ce modèle est construit selon la méthodologie dite «entité-relation» très utilisée dans la constitution des bases de données relationnelles. Ce modèle compte trois composantes fondamentales:

  • entités
  • attributs des entités
  • relations entre les entités.

Dans la même foulée seront aussi publiées en 2009, les FRAD (Functional Requirements for Authority Data / Fonctionnalités requises des données d’autorité) qui s’appuient sur des principes semblables aux FRBR mais appliquées aux données d’autorité.

Le Joint Steering Committee for Revison on AACR2 (JSC) qui s’occupe depuis plusieurs années déjà des mises à jour ponctuelle des AACR2 (1988, 1998, 2002, 2005) recrute en 2003 M. Tom Delsey, un canadien, comme rédacteur en chef et responsable intellectuel d’une révision de plus grande ampleur des AACR2 afin de passer aux AACR3. Et ce M. Delsey est … le rédacteur principal des FRBR !

Les AACR3 ne verront cependant pas le jour car «un premier projet de texte a été soumis à l’examen des associations professionnelles et des institutions du monde entier en décembre 2004. Ce premier projet a suscité de très vives critiques, qui ont montré qu’une révision encore plus profonde des AACR était attendue. En avril 2005, le JSC a donc annoncé le lancement d’un chantier plus vaste et la préparation d’un code de catalogage entièrement renouvelé qui ne porterait plus le même nom. Les AACR, apparus en 1967, cesseront d’exister sous cette appellation et laisseront la place au nouveau code intitulé : Resource Description and Access (RDA).»[v]

À lui seul, le nom du nouveau code annonce ses couleurs :

  • exit le «Anglo-American» : le code se veut international dans sa (ses) langue(s) et sa visée.
  • exit le «cataloguing» : la description des ressources est commune à toute la communauté qui s’occupe d’information, pas uniquement les bibliothèques.
  • exit les «rules» : les règles rigides font place à des directives basées sur un cadre théorique ayant une plus large applicabilité et centré sur l’utilisateur.
  • même le ISBD en prend pour son rhume : en annexe (facultative) seulement des RDA, on trouve les indications sur la présentation des données. L’accent est mis sur l’information requise pour décrire une ressource et non sur la manière de présenter cette ressource.

Mais surtout ce nouveau code a aussi son fondement théorique celui-là même qui faisait cruellement défaut aux AACR et AACR2 ; en l’occurrence il s’agit des «FRBR» publié sept ans auparavant, en 1998 et celui des FRAD quelques années plus tard. Il s’agit là d’une «Radically Different Approach»[vi]

Demain, la 2e partie : Comment fonctionne les RDA.


[i] Denton, William. FRBR and the history of cataloging. p.40 http://pi.library.yorku.ca/dspace/bitstream/handle/10315/1250/denton-frbr-and-the-history-of-cataloging.pdf?sequence=1

[ii] Knight, Tim. Cataloging rules! The road to RDA. p.2 http://pi.library.yorku.ca/dspace/bitstream/handle/10315/2550/RDA_TALL_2009_final.pdf?sequence=1

[iii] Denton, William. FRBR and the history of cataloging. p.50 http://pi.library.yorku.ca/dspace/bitstream/handle/10315/1250/denton-frbr-and-the-history-of-cataloging.pdf?sequence=1,

[iv] Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques. Fonctionnalités requises des notices bibliographiques. p.7. http://www.bnf.fr/documents/frbr_rapport_final.pdf,

[v] Bibliothèque Nationale de France. Ressources : Description et accès (RDA). http://www.bnf.fr/fr/professionnels/rda/s.rda_origines.html

[vi] Oliver, Chris. FRBR et RDA : Progrès dans la description des ressources de divers formats, Mars 2009, p.58. http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/005002/f2/005002-2200-f.pdf

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juil - 2012 24

Ancienne image d'accueil de Facebook avec les continents.

Il y a deux semaines, j’ai découvert l’effet que peut avoir la propagation virale sur le web et plus précisément sur Facebook.

Tout a commencé le mardi 10 juillet quand j’ai publié une photo de Livres dans la rue sur la page Facebook des Bibliothèques de Montréal. À ce moment, je poursuivais mes expérimentations avec la page en publiant une photo accompagnée d’un lien dans la description plutôt que de partager le lien directement sur Facebook.

À 12h05, la page Facebook Improbables Librairies, Improbables Bibliothèques, qui rassemblait à ce moment plus de 20 000 fans mais qui en a maintenant plus 25 000, partage la photo de Livres dans la rue. Par la suite, elle partage des photos qui se trouvent sur notre page depuis plusieurs mois. À commencer par deux photos de la série sur l’exposition « Le livre des lecteurs ». Ainsi qu’une photo du Biblio-BIXI qui se trouvait sur la page Facebook des Bibliothèques de Montréal depuis septembre 2011.

biblio-BIXI

La suite sera une démonstration de l’effet viral que peut avoir le partage de contenu sur le web ou sur les médias sociaux.

En une semaine, la photo sera partagée environ 300 fois et fera le tour du monde d’un réseau à un autre. Les statistiques officielles de notre page Facebook indiquent que c’est presque 50 000 personnes qui ont été atteintes dans la semaine du 9 au 16 juillet 2012.

La leçon que je retiens de cet épisode dans la gestion des médias sociaux, c’est l’importance de laisser une trace sur le web. Qu’on ne sait jamais qui va voir notre contenu et le partagera dans son réseau.

Plusieurs bibliothèques possèdent déjà des comptes sur les médias sociaux, nos bibliothèques montréalaises aussi. C’est très bien, mais on doit investir encore plus le web. Il faut développer le réflexe de documenter nos activités de façon créative pour que la prochaine fois qu’une personne souhaite partager nos bons coups, elle puisse le trouver sous forme de textes, images, vidéo, audio.

Soyons proactifs et n’attendons pas qu’on parle de nous dans d’autres médias, car les outils sont là pour être utilisés.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2012 11

Image Obsolescence avec crédits

Vous ne pouvez plus ouvrir votre ordinateur ultra portable pour changer votre batterie au risque de perdre votre garantie? Votre imprimante vous demande de la nourrir alors que vous lui avez servi une nouvelle cartouche quelques semaines auparavant? Vous voulez réactiver votre téléphone encore très intelligent, mais on vous propose plutôt un abonnement de trois ans avec un appareil tout neuf?

 Bienvenue dans l’obsolescence programmée des TIC (technologies de l’information et des communications). L’effet de mode, la faible qualité des produits, les mises à niveau compliquées, coûteuses ou impossibles, réduisent la durée de vie des TIC et découragent la réduction à la source, la réutilisation et le recyclage. À ce jeu, seuls les technos les plus aguerris peuvent déjouer le modèle. Ainsi il en va de la couche « matérielle ».

 Or il s’en cache une autre, la couche « logicielle », autrement dit la programmation d’un logiciel. Les programmes sont maintenant tellement lourds qu’on parle d’obésité logicielle, un joueur majeur dans l’obsolescence des TIC :

Puce TIC s'éteint Les développeurs ne réécrivent pas les programmes à chaque nouvelle version, mais ajoutent de nouvelles fonctionnalités. Cette façon de faire, plus économique que la réécriture, crée une obésité logicielle coûteuse et insoutenable, si l’on considère que la majorité des fonctionnalités ne sont pas utilisées.

Puce TIC s'éteint La performance, le nombre de calculs par kWh et les exigences en espace mémoire doublent tous les 18 mois depuis au moins 40 ans. Les nouveaux logiciels nécessitent donc plus d’espace de mémoire et des microprocesseurs toujours plus puissants, du simple au double à chaque nouvelle version, « si bien qu’en 25 ans, la durée moyenne d’utilisation d’un ordinateur a été divisée par 3, passant de 10 à 3 ans [i]». Le passage de Windows ­­­­­XP à la version Vista ou 2010, par exemple, a obligé des milliers d’organisations à remplacer leurs ordinateurs, les parcs informatiques étant plus difficiles à sécuriser lorsque les appareils n’ont pas tous la même capacité de support.

 Puce TIC s'éteint Prêt-à-jeter, une excellente vidéo produite par ARTE, explique la fin de vie des  TIC et ses contreparties, l’obsolescence programmée et la surconsommation.

Le logiciel libre

Pour pallier l’obésité logicielle et le coût financier qui l’accompagne, l’équipe de soutien informatique aux bibliothèques a recours aux logiciels libres dans plus de cas qu’on ne le croit. Sur les postes Internet publics des bibliothèques, ces logiciels non-propriétaires (dont le code source est ouvert), permettent, entre autres, de :

  • lire des documents PDF
  • faire des échanges informatiques de fichiers sur un réseau TCP/IP
  • naviguer dans le Web
  • travailler dans un traitement de texte équivalent à Word

 Bien qu’en l’état actuel ils ne conviennent pas aux usages les plus spécialisés, les logiciels libres présentent des avantages bien réels pour les utilisateurs conventionnels. Ils sont sans coût de licence, ne comportent pas de verrou propriétaire, bénéficient d’un développement et d’un soutien technique solides du fait qu’ils sont l’œuvre d’une communauté de contributeurs, et les mises à jour utilisent le matériel et les périphériques existants (pas besoin d’augmenter la puissance de l’ordinateur chaque fois). Ils présentent un autre aspect primé par les services « sensibles » de la Ville, la sécurité, puisqu’ils ne sont menacés, pour l’instant, par aucun logiciel malveillant.

 Que faire?

L’une des façons phares d’influencer le cours du développement logiciel est de dicter patiemment au marché ses préférences, au moyen du plus puissant outil dont disposent les pouvoirs publics : les politiques d’approvisionnement et les appels d’offres, particulièrement dans les achats groupés.


[i] http://www.greenit.fr/article/acteurs/green-code-lab-une-pepiniere-de-green-design-patterns

 

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2012 07

Image composite TIC s'éteint 

Pour y répondre, suivons la vie d’une TIC (une technologie de l’information et des communications), du berceau au boulot.

Au berceau : matières premières et fabrication

Un ordinateur peut exiger jusqu’à 100 fois sa masse en matières premières alors qu’une automobile ou un réfrigérateur en requiert du simple au double. La masse de matières extraites pour en dégager les quelques grammes de métaux qui entreront dans sa fabrication se chiffre en tonnes. Ajoutons à cela, pour un PC et un écran de 17 po (1), 1500 litres d’eau potable ou stérilisée (surtout pour la fabrication), 22 kg de produits chimiques et 373 litres de pétrole (2). Un seul circuit intégré (une puce), pesant 2 g et mesurant 0,16 micromètre, requiert 1200 g de combustible fossile, 1 m3 d’azote, 72 g de produits chimiques et 32 litres d’eau.

Côté déchets, la fabrication en génère 164 kg pour le même ordinateur avec écran de 17 po, dont 15 % (le poids de l’ordinateur) sont des substances hautement toxiques. L’énergie (généralement) fossile utilisée totalise 10 fois le poids de l’équipement en équivalent carbone.

Au boulot : l’utilisation dépend des besoins et [surtout] des comportements

Puce TIC s'éteint C’est à l’utilisation que les impacts indirects et organisationnels des TIC influent le plus sur la société, l’environnement et l’économie :

Puce TIC s'éteint Le mode utilisation accapare jusqu’à 60 % de l’énergie totale du cycle de vie d’une TIC. Un appareil qui n’est pas mis en veille est très énergivore, quelle que soit la source d’électricité. Plus un écran est grand, plus il consomme.

Puce TIC s'éteint Un ordinateur portable consomme 50 % moins d’électricité qu’un ordinateur fixe, mais il est moins évolutif.

Puce TIC s'éteint Le mode veille consomme environ 10 % de l’énergie totale de la durée de vie d’un appareil. S’il est mis en veille mais jamais éteint, cet appareil consommera de 10 % à 25 % de la facture d’électricité. En France, où l’énergie est nucléaire, on évalue que la consommation annuelle des appareils en veille dans les maisonnées équivaut à la production de deux réacteurs nucléaires (3). Au Canada, la mise en veille permanente des appareils électriques, avec son cortège de voyants lumineux, représente la consommation électrique annuelle du Nouveau-Brunswick (4).

Puce TIC s'éteint Ne pas confondre la mise en veille avec l’écran de veille ou économiseur d’écran. Ce dernier ne permet pas d’économiser l’énergie.

Puce TIC s'éteint En bibliothèque, les serveurs, les ordinateurs de comptoirs, les OPAQ et les postes Internet, ainsi que certains appareils programmés, doivent, pour l’instant, rester ouverts jour et nuit. Tous les autres appareils, par contre, pourraient être éteints le soir. L’écran, par exemple, s’éteint d’un seul clic. Les lecteurs de code à barres et autres périphériques branchés directement dans l’ordinateur se ferment à l’arrêt de celui-ci. Il suffit de 30 à 60 secondes en moyenne pour démarrer le système et de 30 à 60 secondes pour ouvrir Lotus. Deux minutes. Le temps d’enlever son manteau, d’aller chercher un café ou d’en griller une. La fin de semaine et au départ des vacances, pas d’excuse pour ne pas éteindre son ordinateur et ses périphériques.

Puce TIC s'éteint Même éteint, un appareil électrique consomme de 2 à 22 Watts/h. Un portable consomme jusqu’à 17 Watts/h, l’imprimante 7 Watts/h, le décodeur numérique 15 Watts/h et le téléviseur 5 Watts/h.

Puce TIC s'éteint Selon l’Office de l’efficacité énergétique, la seule façon d’être assuré qu’un appareil ne consomme pas d’électricité est de le débrancher ou de fermer la barre de tension sur laquelle il est branché. Plutôt difficile à faire au travail, mais à la maison, on peut brancher l’ordinateur et ses périphériques sur une multiprise munie d’un interrupteur, qu’il suffit d’éteindre le soir, durant les vacances ou les absences prolongées. Il existe des barres d’alimentation intelligentes dotées de prises indépendantes, qui permettent de regrouper des appareils informatiques (ou même ses petits électroménagers), y compris les appareils programmés qu’on ne peut pas débrancher, tel que les enregistreurs numériques. Il en existe même avec minuterie : le débranchement se fait alors tout seul.

La réponse

Donc, en réponse à la question, on peut répondre que cela dépend de nous…. de combien de centrales électriques nous avons besoin pour satisfaire à la demande énergétique du type d’utilisateur que nous sommes.  Devons-nous absolument garder les voyants de nos écrans, imprimantes personnelles, agrafeuses et étiqueteuses électriques allumés en tout temps? Si le coût et les impacts sont plutôt insignifiants à l’échelle d’un espace personnel de travail ou d’un logis, on n’a qu’à les reporter à l’échelle d’une population pour en saisir l’énormité.

Bonnes vacances !  N’oubliez pas d’éteindre.       


[1] Computers and the Environment : Understanding and Managing their Impacts, 2003, sous la dir. de Ruediger et Eric Williams, Kluwer Academic Publishers, EcEfficiency in Industry and Science Series, Dordrecht/NL, 300 p.

[2] http://www.electronicstakeback.com/green-design-vs-greenwashing-2/

 [3] L’ADEME — l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie de France — fournit, sous forme de tableaux, des exemples d’appareils consommant de l’énergie tout en étant arrêtés ou en mode d’attente. Très informatif. http://www.ademe.fr/lorraine/energie/mde.html

[4] http://vieenvert.telequebec.tv/sujets/588/debrancher-pendant-2-semaines

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2012 07

Donnez-leur un ordinateur, ils en feront un métier, une salle de jeu, une boîte aux lettres, tout sauf un aquarium.

Les analyses de cycle de vie nous apprennent que les solutions les plus viables, les plus rentables et les moins coûteuses pour réduire les impacts sociaux et environnementaux des TIC1sont la réutilisation et le reconditionnement2. De toutes les TIC récupérées, celles provenant des institutions (comme les municipalités) ont la plus haute valeur de revente. Le tableau ci-dessous montre que, même dans le pire des scénarios de reconditionnement, où l’appareil ne serait pas recyclé à la fin de sa seconde vie, le reconditionnement est de quatre à neuf fois moins dommageable que le recyclage direct, autrement dit, que l’enfouissement technique ou la récupération des matières premières après un premier utilisateur3. Le calcul des impacts est fondé sur l’évitement de la production d’un ordinateur neuf.

Comparaison des  dommages selon quatre scénarios de fin de vie d’un ordinateur

clip_image002

CIRAIG et Groupe AGECO, Analyse du cycle de vie environnementale et sociale de deux options de gestion du matériel informatique en fin de vie, 2011, p.46. Source : http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/.

Selon Monica Antoneli, les bibliothèques, en tant que partenaires d’autres organismes, doivent devenir plus engagées dans les processus décisionnels et l’élaboration de politiques publiques4.Un réseau de bibliothèques tel que le nôtre peut, en effet, imprimer sa volonté en matière de TIC vertes dans ce marché, et faire progresser le changement réel en faveur de TIC socialement et environnementa­lement responsables. C’est à cette fin que la Ville de Montréal a négocié une entente de récupération et de revalorisation avec OPEQ5 Ordinateurs pour les écoles du Québec.

L’entente avec OPEQ, profitons-en !

clip_OPEQ

La mission première d’OPEQ est d’offrir du matériel informatique performant, à peu de frais ou gratuitement, à des organisations publiques ou privées œuvrant dans le domaine de l’éducation, comme les bibliothèques. L’organisme trie et transforme en éco-TIC répondant parfaitement aux besoins de ses clients l’équipement dont se départissent les gouvernements et les entreprises. Il détourne ainsi des milliers de tonnes de matière polluante des dépotoirs. Environ 1000 jeunes ont acquis une expérience de travail dans les ateliers d’OPEQ, qui a distribué 180 000 ordinateurs et 14 000 imprimantes depuis 1998. Étant donné que 90 % du matériel provenant des secteurs commercial et institutionnel ont une bonne valeur de revente ou de réutilisation, on comprend que le tri préalable effectué par les techniciens des services informatiques constitue la pierre angulaire de la filière. À la Ville de Montréal, ce tri repose sur la charte de désuétude révisée chaque année par le Service des technologies de l’information.

Marche à suivre

Particuliers

Tous les particuliers qui souhaitent remettre leurs équipements informatiques à OPEQ peuvent le faire en les déposant dans les magasins Bureau en Gros participants.

Entreprises

Il suffit de remplir un court formulaire en ligne.  Il sera transmis automatiquement au Centre d’appels d’OPEQ, qui communiquera avec vous.

Ministères

Consulter les procédures distinctes pour ministères provinciaux et ministères fédéraux sur le site d’OPEQ

Bibliothèques de la Ville de Montréal

L’entente-cadre de récupération 557215 est ouverte à tous les arrondissements, profitez-en ! OPEQ peut même vous vendre à très bas prix des ordinateurs portables que vous pourriez prêter au comptoir.

Les consignes suivantes sont données à titre informatif. Vous devez toutefois consulter les documents de l’entente dans le WikiBM sous l’onglet Parc informatique/catégorie Récupération, Valorisation, Élimination du matériel informatique désuet, tels que l’entente, le formulaire à remplir,  la liste du matériel accepté par OPEQ et la procédure d’effacement des données, etc.

Les bibliothèques des ex-banlieues peuvent se prévaloir de l’entente comme suit :

  1. Dressez la liste du matériel dont vous désirez vous départir dans un document prévu à cette fin, et le faire parvenir à Bob Kruk (ce nom peut changer). Ce document intitulé Formulaire 8fev2011.xls est accessible dans le WikiBM. Il est présenté sous forme de modèle accompagné d’explications. Conçue pour des fins de traçabilité, cette formalité permet une utilisation optimale du matériel à l’échelle de la municipalité. Ainsi, si l’on se départit d’un appareil dans un service ou une bibliothèque d’un arrondissement ou aux services centraux, cet appareil peut être expédié dans un autre service ou bibliothèque du réseau où il y a un besoin. Cette réallocation des ressources informatiques a permis, par exemple, de récupérer une centaine d’écrans de 17 pouces presque neufs pour les bibliothèques du réseau.
  2. Une fois cette liste approuvée, demandez à votre service informatique de procéder à l’effacement des disques durs selon les directives de sécurité de la Ville de Montréal.  En guise de précaution, OPEQ reformate tous les appareils qu’il reçoit de la Ville. Les postes professionnels des bibliothèques, eux, sont récupérés par les techniciens de la Division de la planification et du développement du réseau.
  3. Ensuite, faites rédiger un dossier décisionnel (GDD) et faites-le valider par le conseil d’arrondissement (CA). Pourquoi un dossier décisionnel? Parce que la Ville verse une somme minimale forfaitaire pour chaque écran ou imprimante remis à OPEQ, couvrant les frais de transport, manutention et traitement. Ces frais sont assumés par la Direction de l’environnement et du développement durable.
  4. Une fois le GDD approuvé par le CA, faites parvenir la liste à OPEQ et prendre rendez-vous avec eux afin qu’ils ramassent les appareils désuets inscrits sur la liste).  OPEQ fait la cueillette sans frais pour des lots de 20 articles et plus. Vous n’avez pas assez d’articles ? Coordonnez les cueillettes avec d’autres bibliothèques de votre arrondissement en désignant un seul point de chute. Suggérez à vos techniciens informatiques d’arrondissement de faire l’inventaire du matériel inutilisé de votre arrondissement sur le même formulaire que le vôtre (un seul formulaire par point de cueillette). Si le volume est suffisamment intéressant, l’organisme peut aussi reprendre du matériel comme des métaux et des plastiques qu’elle revendra sur le marché à des entreprises de recyclage adéquates.

Les bibliothèques de l’ex-Montréal doivent :

  1. Dressez la liste du matériel dont vous désirez vous départir dans un document prévu à cette fin, et faites-la parvenir à Fabien Brunel qui l’acheminera à M. Kruk après vérification. C’est M. Kruk qui rédigera le sommaire décisionnel.
  2. Les anciens postes dotés de disques durs nécessitant un effacement sont récupérés par les techniciens de la Division de la planification et du développement du réseau. Vous n’avez pas à vous en préoccuper.
  3. Une fois le GDD approuvé par le directeur de la STI, un technicien de la Division de la planification et du développement du réseau s’occupera de planifier la cueillette de l’équipement avec vous et OPEQ.

Personnes ressources

Pour toute question concernant l’entente de récupération de la Ville avec OPEQ, communiquez avec M. Michel Provencher, au Service des technologies de l’Information (STI), au 872-5341, ou avec Mme Danielle Fortin, à la Direction de l’environnement et du développement durable, au 872-8987. Pour toute question concernant la procédure à suivre, communiquez avec Bob Kruk, au 280-6585. Pour toute question sur le type de matériel récupéré par l’OPEQ, communiquez avec Mme Maryse Lavoie de l’organisme OPEQ, au 514 870-8045.


1 Technologies de l’information et des communications (TIC)

2 ECPAR-Espace québécois de concertation sur les pratiques d’approvisionnement responsable, sous la coordination d’Édouard Clément, Jean-Pierre Revéret et Jean-Sébastien Trudel, Rapport de recherche : Pratiques d’approvisionnement responsable – Analyse des volets social, environnemental et économique, 2008. Disponible en ligne : http://www.ciso.qc.ca/wordpress/wp-content/uploads/ecpar_rapport_avril09.pdf

3 Le calcul des impacts est fondé sur l’évitement de la production d’un ordinateur neuf.

4 Monika Antonelli, « The Green Library Movement : An overview » EGJ, 12-08-2008, ET Frederick W.Stoss, « Sustainable Communities and the roles of librairies and librarians », Beyond et Reference and User Services Quarterly, vol.42,n°3, spring 2003.

5 Ordinateurs pour les écoles du Québec http://www.opeq.qc.ca/

La vidéo peut aussi être consultée sur [http://youtu.be/xkIWyP6HbAk] ou sur le  site de l’organisme.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
déc - 2011 14

L’informatique ubiquitaire

Selon la vision de Mark Weiser dans « The Computer for the 21st Century», l’informatique du 21e siècle sera ambiante, ubiquitaire (pervasive computing). Elle n’est plus une technologie distincte, elle est omniprésente et complètement intégrée à nos espaces et à nos environnements. Mark Weiser la qualifie même d’informatique « calme » !

À la fois omniprésente et invisible, elle est aussi intelligente : elle combine les objets du monde réel à ceux du monde virtuel et a la capacité de localiser des objets et des personnes mais aussi de reconnaître la voix, les gestes et les mouvements. Pour cela, elle utilise des caméras sophistiquées, des radars, les technologies RFID, et bien sûr les technologies mobiles et sans fil. Cette informatique est en train de bouleverser la façon d’acquérir et d’utiliser l’information et la connaissance. Son impact est considérable sur les méthodes, les outils et les processus d’apprentissage.

Face à ces changements, notre environnement et nos espaces, qu’ils soient publics ou privés, sont à redéfinir pour une meilleure harmonie et une meilleure intégration de la technologie. Les espaces en bibliothèque n’échappent pas à ce constat. À l’instar des autres lieux de la cité intelligente (Smart City) ou de la Cité interactive (Interactive City), la bibliothèque intelligente doit s’approprier le principe de l’informatique ubiquitaire pour créer des espaces intelligents et interactifs. Ces espaces seront axés sur l’usager et lui offriront de nouvelles façons de découvrir et d’explorer la bibliothèque. Pour la bibliothèque, il s’agit d’une nouvelle stratégie pour séduire les usagers.

Basées sur le principe de l’informatique ubiquitaire, les technologies interactives sont tactiles, multitouches et multi-usagers. Elles sont capables de s’adapter au contexte de leur utilisateur, de comprendre et d’anticiper ses besoins et ses attentes. Comme dans le domaine de l’éducation et des loisirs où elles ont déjà été introduites, les technologies interactives offrent de nouvelles façons d’interagir avec l’information ainsi qu’une multitude de possibilités d’apprentissage et d’acquisition du savoir. L’objectif n’est pas d’intégrer les technologies à notre environnement mais de façonner un environnement en harmonie avec ces technologies ambiantes. Cet objectif n’est pas simple : il ne s’agit pas d’ajouter des postes multimédias et des ordinateurs pour faire un espace intelligent. Il s’agit plutôt de créer un espace harmonieux où la technologie, à la fois omniprésente et discrète, est au service de l’utilisateur final qui constitue le centre de cet environnement.

Les technologies interactives sont de plus en plus populaires auprès des enfants et des adolescents. Elles se déclinent en plusieurs catégories : tables intelligentes, tableaux interactifs, bornes interactives, murs interactifs, planchers interactifs, comptoirs interactifs et écrans interactifs tactiles. Des études ont démontré le rôle positif de ces technologies comme les tableaux interactifs sur l’apprentissage chez les jeunes enfants et adolescents : amélioration de l’orthographe, amélioration de la motivation et de la concentration, etc. Beaucoup de ces technologies sont destinées spécifiquement au milieu de l’éducation notamment aux jeunes élèves du primaire.

Exemples de technologies interactives

Les tables interactives

Une table interactive est une surface dynamique dont le dessus est doté d’un affichage tactile et multitouches. Elle est munie de caméras et de lumières infrarouges. Grâce à une manipulation avec les doigts, elle permet à son utilisateur d’afficher des images ou des cartes par exemple, de les déplacer ou de les redimensionner. Elle peut être multi-utilisateurs, c’est-à-dire permettre d’interagir avec un ou plusieurs utilisateurs simultanément. Une table interactive est également capable de reconnaître et d’entrer en interaction avec des objets physiques comme les téléphones, les appareils photos, les cartes bancaires, les cartes de bibliothèques, etc.

Parmi les modèles commercialisés, il y a la table Microsoft Surface lancée en novembre 2008. La version 2, Surface 2, a été commercialisée en 2011.

Microsoft Surface

Certaines de ces tables interactives viennent avec des programmes déjà intégrés. D’autres permettent de développer des applications « maison ».

Les tables interactives peuvent être utilisées pour les loisirs : les jeux, le dessin, la peinture, la musique ou pour des besoins éducatifs comme l’apprentissage des sciences. Des écoles et des universités ont intégré ces technologies pour améliorer le processus d’apprentissage des élèves et des étudiants. Des hôtels, des restaurants ont d’ores et déjà intégré ces tables dans le cadre de leurs activités. Par exemple, des restaurants mettent à la disposition de leurs clients des tables interactives leur permettant de passer leur commande en consultant le menu interactif.

Les murs interactifs

Certaines villes européennes ont mis à la disposition de leurs citoyens des murs interactifs qui offrent des informations pratiques sur la ville et qui peuvent être activés par une simple manipulation avec les doigts et permettre à l’usager interagir avec le contenu. Ce principe est apparu à Helsinki en 2007 sous le nom de CityWall. Installé au centre d’Helsinki, cet écran interactif tactile et multitouches permet aux gens d’accéder à une multitude d’informations municipales et touristiques et offre une nouvelle façon d’explorer la ville.

Applications en bibliothèque

La Darien Public library a mis à la disposition des enfants une table interactive Microsoft Surface pour les jeux en janvier 2010. L’expérience a été très positive.

La  DOK Library Concept Center à Delft aux Pays-Bas a développé une application qui permet de naviguer et d’interroger les collections d’archives d’images locales et présente des photos de rues à ses usagers, en se basant sur leur code postal. En plaçant sa carte de bibliothèque sur la surface de la table, l’usager peut trouver facilement des photos historiques en lien avec son adresse postale. Plusieurs usagers peuvent utiliser simultanément cette table interactive de Microsoft.

Local Heritage Browser On Microsoft Surface

La Children’s Interactive Library : On ne peut évoquer les technologies interactives en bibliothèque sans souligner le Project de La Children’s Interactive Library, un projet de recherche et d’innovation d’envergure au Danemark, mené entre 2004 et 2006. Il s’agit d’un projet interdisciplinaire qui vise à explorer les possibilités de développement au niveau de l’espace et de l’utilisation des technologies que peut offrir les bibliothèques pour enfants dans le futur, en collaboration avec des chercheurs et des spécialistes des domaines de l’informatique et de l’architecture, les bibliothèques publiques d’Aarhus et le centre de recherche Interactive Spaces.

L’objectif du projet est de créer des espaces en bibliothèques offrant aux enfants de nouvelles expériences dans l’apprentissage, l’acquisition des connaissances et du savoir. Des expériences basées sur le principe de l’informatique ambiante, l’interactivité et la visualisation 3D. Plusieurs stratégies et prototypes ont été développés dans le cadre de ce projet et ont été utilisés principalement par les bibliothèques publiques d’Aarhus. Ces stratégies mettent l’accent surtout sur l’usager et non sur la technologie.

Quelques prototypes interactifs développés

Le Story Surfer : un plancher intelligent

Il s‘agit d’un engin de recherche et de navigation permettant aux enfants de faire des recherches dans les collections de la bibliothèque en utilisant deux surfaces interactives : une table et un plancher interactif. Le principe est de faire des recherches dans le catalogue et d’explorer le contenu des documents tout en discutant et en collaborant avec les autres usagers. Il s’agit d’un produit novateur, d’une nouvelle façon de découvrir et d’explorer les collections de la bibliothèque. Les enfants utilisent leurs pieds pour cliquer sur les boutons affichés sur un large plancher interactif. Ce dernier peut être utilisé par plusieurs usagers à la fois.

story surfer

Story Surfer

i-Land, La Cité interactive

Il s’agit d’une table interactive basée sur la technologie RFID. Les enfants utilisent des figurines et des ballons pour naviguer à travers cette table munie d’un écran interactif pour découvrir l’histoire de la Ville d’Aarhus ou visualiser des films historiques. Cette table a été intégrée de façon permanente à la Bibliothèque d’Aarhus.

i-land

i-Land

Sliding Titles

Il s’agit d’un rayonnage « intelligent » basé sur les technologies RFID. L’idée est d’afficher, sur un écran installé sur chacun des rayonnages de la bibliothèque, la couverture des livres disponibles sur les rayons dans un ordre établi par l’usager.

Dans les bibliothèques universitaires

La bibliothèque de l’Université du Nevada, Reno-library a développé une application sur l’anatomie pour les étudiants et a mis deux tables interactives à leur disposition à la bibliothèque.

Anatomy Application for the Microsoft Surface

Rice Fondren Library : cette bibliothèque universitaire a mis à la disposition des étudiants une table interactive dans une salle de travail dédiée à la collaboration entre les étudiants sur des projets numériques.

Il apparaît nécessaire d’entamer une réflexion sur le concept de bibliothèque intelligente. Cette bibliothèque du 21e siècle se distingue par trois composantes essentielles :

  • Objets intelligents : technologies RFID, chutes intelligentes, technologies interactives, etc.
  • Espaces intelligents
  • Services intelligents : combinaison des objets et des espaces intelligents pour offrir des services innovants au profit de l’usager, en considérant son contexte, son profil, ses besoins et ses intérêts.

Pour aller plus loin, consultez les signets sur le sujet : http://www.delicious.com/espaceb/technologies_interactives

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 21

Image_Story_of_elctronicsTablettes de lecture, livrels, liseuses, nuage informatique, Internet, les livres et les données se dématérialisent. Comment  cette dématérialisation s’inscrit-elle dans un développement plus soutenable de nos sociétés en général, et de nos bibliothèques en particulier ?

L’équipe du programme RAC (rénovation, agrandissement et construction de bibliothèques)  s’est intéressée à la question, celle des technologies de l’information et de la communication (TIC), les écoTIC, en particulier.

Pour l’instant, les TIC, vertes ou non, sont encore plutôt grises, malgré une opinion publique favorable à l’adoption de politiques d’approvisionnement responsable. D’abord, les livres et les technologies ne se dématérialisent pas vraiment : ils sont produits autrement ou ailleurs. Ensuite, certains efforts sont bien réels — ateliers de revalorisation des TIC, programmes de recyclage, réduction de matières dangereuses et utilisation de pièces recyclées dans certains appareils — mais ils sont encore marginaux, et les améliorations en matière de conception ont surtout porté, à ce jour, sur l’amélioration de la consommation énergétique.

Qu’à cela ne tienne, les bibliothèques peuvent agir en faveur de modèles plus soutenables de développement de cette filière, et sur plus d’un front. La première ligne d’attaque pourrait être la sensibilisation « préventive ». En effet, l’un des plus grands ennemis des TIC est le temps. La durée d’utilisation des ordinateurs est passée de 10 ans en 19851 à 2,5 ans depuis 2007. Celle des cellulaires est de 18 mois. Si les tablettes de lecture et les liseuses comptent parmi les solutions vertes en permettant de réduire le tirage de livres papier, elles ne sont pas fabriquées à partir de ressources renouvelables. Mais selon le Cleantech Group2, si on lit 22,5 livres sur une même liseuse, la Kindle d’amazon en l’occurence, on pourrait amortir les impacts de la production de cette liseuse. Donc, un impact neutre. Au-delà de ce nombre, le fait de lire en mode liseuse préviendrait les impacts de la production papier de tous les autres livres lus… sur la même liseuse. Ces appareils doivent donc échapper à l’effet de mode et à l’obsolescence programmée3 pour avoir un impact écologique neutre ou positif.  Autrement dit, plus longtemps on garde l’appareil, plus il « verdit ».

The Story of Electronics est un outil pédagogique amusant et fort instructif, produit par The Story of Stuff Project, qui reconstitue le cycle de vie des TIC sous la forme d’une animation narrée. La vidéo fait partie d’une série d’animations destinées à sensibiliser le public des sociétés industrialisées aux enjeux sociaux et environnementaux de leurs modes de production et de consommation, en prenant pour exemple le modèle étatsunien. La série est accessible en anglais, mais il est possible de visionner la toute première animation intitulée simplement The Story of Stuff (L’Histoire des choses), ou encore celle sur l’Histoire des bouteilles d’eau (The Story of Plastic Bottles), en versions sous-titrées en français.  On peut également télécharger The Story of Stuff sous-titrée en français sur le site du groupe Pour un monde durable. Toutes les animations produites par l’organisme — sous licence Creative Commons — peuvent être téléchargées sans frais à partir du site http://www.storyofstuff.org,  pourvu qu’elles soient projetées intégralement et à des fins non commerciales. C’est gratuit, mais un don à l’organisme est apprécié.

Voilà une bonne source d’inspiration pour des activités de sensibilisation au développement durable et responsable en bibliothèque !

[1] Éric Drezet, « Les technologies de l’information et de la communication : une partie de la solution ou une cause du problème ? » Communication donnée au Colloque EJC-TIC 2011, dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier, Montréal les 3 et 4 octobre 2011.

[2] L’ analyse du cycle de vie d’une liseuse Kindle produite par le Cleantech Group n’est plus accessible par Internet, mais on peut obtenir une copie du résumé en communicant par courriel avec moi.

[3] Voir l’excellent documentaire produit par Arté sur l’obsolescence programmée ici : http://pourunmondedurable.blogspot.com/

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2011 07

delicious1Les fondateurs de Youtube, via la compagnie Avos, ont acquis Delicious en avril dernier. Delicious se trouvait un peu délaissé par Yahoo, son ancien propriétaire.

Rappelons que Delicious est un outil de bookmarking social avec des fonctionnalités très intéressantes pour la sauvegarde et le partage de vos signets. C’est aussi un incontournable pour faire de la veille.

Les utilisateurs de Delicious avaient jusqu’au 23 septembre pour transférer leurs signets vers Avos. Le 24 septembre, plusieurs fonctionnalités de l’ancien Delicious n’étaient plus disponibles : par moment, il était impossible de sauvegarder un lien, le lien fils RSS qui permettait de faire de la veille sur des tags (étiquettes) était introuvable, le nombre de signets par tags indisponible, impossible d’afficher toutes nos tags, la saisie semi-automatique des tags impossible, Les bundles ont disparu, remplacés par les Stacks, les add-on de Firefox ne fonctionnaient plus, etc.

Malgré ces bogues, j’étais soulagée de constater que mes fils RSS intégrés dans le Wiki et le Netvibes fonctionnaient encore ! Heureusement, la plupart de ces problèmes ont été résolus rapidement, et Avos promet encore plus d’amélioration.

Toutefois, certaines fonctionnalités intéressantes de l’ancienne version sont encore absentes : le Top 10 Tags, les Subscriptions qui permettent de suivre des usagers ou des étiquettes, le Rename tags et le nombre de signets reçus dans notre boîte (Inbox).

La principale nouveauté de la nouvelle version : Les Stacks !  qui permettent d’intégrer des éléments multimédia, comme dans You Tube, mais est-ce important pour les fidèles de Delicious ?

delicious_stack

Exemple de stack sur le nouveau delicious

Voici un aperçu des principaux changements (positifs) :

  • L’interface a été allégée et la navigation simplifiée. La nouvelle version offre une interface améliorée avec notamment l’introduction d’éléments graphiques : photos et vidéos.
  • Les Stacks : collection de liens sur un sujet donné qu’on peut publier sur Delicious et donc partager avec tout le monde en intégrant des images, des descriptions et des commentaires (du You Tube pur et simple !), je vois là un outil de marketing puissant ! parce que sur la page d’accueil de Delicious et à chaque fois que vous vous connectez, ce n’est pas vos liens que vous voyez en premier, mais les Stacks des autres !
  • Une autre fonctionnalité intéressante, pour nous, les spécialistes de l’information, c’est la nouvelle façon de tagger : il est désormais possible d’avoir un tag (étiquette) composé de plusieurs mots. Exemple : développement durable et non plus développement_durable. Les tags doivent être séparés par une virgule.
  • On peut aussi désormais personnaliser son profil (profile pic) en intégrant sa propre photo. En attendant, c’est un dauphin qui vous représente !

Espérant que le nouveau Delicious sera amélioré avec la version bêta tout en gardant les principales fonctionnalités qui ont fait de Delicious un outil de veille délicieux. En tout cas, c’est la promesse d’Avos.

À suivre !

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2011 24
Photo de François Bon

François Bon

Pour conclure la médiation autour de publie.net, nous avons accueilli François Bon pour une session de clavardage transatlantique.

François Bon est un écrivain français né en 1953, en Vendée. Depuis 1982, il a publié plus d’une trentaine d’oeuvres sur des sujets variés. En 2009-2010, il est professeur invité (création littéraire) à l’Université Laval (Québec) et l’Université de Montréal (Montréal). Présent sur Internet depuis 1997, il fonde en 2008 la coopérative d’édition numérique publie.net.

On vous présente ici la quasi-totalité du verbatim de la séance de clavardage tenue le lundi 22 août. Les sujets de discussion ont beaucoup tourné autour du livre numérique, mais aussi de la médiation numérique et de publie.net.

pmlozeau : Bonjour tout le monde! Merci d’être ici, que vous soyez au Québec ou en France, le virtuel n’a pas de frontière!

pmlozeau : Juste remettre en contexte que les bibliothèques publiques de Montréal ont le plaisir d’accueillir François Bon pour une séance de clavardage de 1 heure.

François Bon : serai heureux aussi de voir échanger en direct les secoueurs de bibliothèques des 2 côtés de la mare, notamment sur les questions de médiation…

dbourrion : Vraie Question : qu’est-ce qui différencie l’écriture des deux côtés des grandes eaux (en un mot) ?

bibliosurf : Médiation ?

pmlozeau : De ce côté de l’océan, les BPM sont abonnées à publie.net depuis 2 mois et le succès est au rendez-vous.

pmlozeau : On a notamment fait la médiation de certaines oeuvres via le site http://bibliomontreal.tumblr.com/

François Bon : @Daniel des fois je me dis que la coupure d’écriture n’est pas entre la France et le Québec, mais entre l’espace francophone tout entier et la singulière Montréal, ville du monde

dbourrion : @fbon hum oui j’allais corriger, peut-être pas de différence en fait

bibliosurf : Ils disent quoi les lecteurs des BPM de Publie.net ?

Marie D. Martel : Comment s’est jouée la médiation de Publie.net à Angers Daniel ? Ou chez bibliosurf ?

dbourrion : A Angers, médiation minimale parce que difficile d’impliquer les bibs tradis et bibnums surchargés

bibliosurf : chez bibliosurf, la médiation s’arrête pour l’instant à Mauvais genres…

bibliosurf : J’attends d’avoir un spip numérique pour bouger le catalogue de publie.net

dbourrion : @Marie et pmlozeau : succès lié à médiation chez vous ? Seule explication ?

François Bon : médiation : pour nous si vital, on ne peut pas être le prescripteur de son propre travail, même si le web fait de nous à la fois lecteurs et auteurs

g@rp : et relecteurs ;-)

dbourrion :  » on ne peut pas être le prescripteur de son propre travail  » plus1 en encore plus quand tu es juge et partie

bibliosurf : voire d’aller chercher des données directement sur le site tiers livre et partout ailleurs (via la connexion multibase de spip)

astrolabemelun : A melun médiation comme à Angers, évidence de l’abonnement mais pour la mise en valeur c’est aux responsables numériques de le faire et partie prenante des deux côtés, position difficile

dbourrion : Sur Angers, ça évolue mais lentement, Bibs tradis commencent (enfin) à regarder publie.net et envisage enfin de faire médiation

bibliosurf : pourquoi à l’astolabe, le catalogue n’est pas accessible en wifi ?

dbourrion : mais lent parce que travail de médiation en Bu pas considéré comme coeur de métier

François Bon : salut Philippe, dit Pierre Ménard sur le web, avec moi à Ouessant (sous la même pluie, mais de l’autre côté de la rue) : Astrolabe Melun plus site Liminaire plus revue D’Ici Là

impossiblenaoko : pardon de vous interrompre mais qqn peut me dire ce que signifie pour vous médiation ?

ljodoin : Un corpus numérique sans médiation c’est comme une biblio sans bibliothécaire : mortel ;)

dbourrion : « médiation » amener le lecteur au texte inconnu

impossiblenaoko : merci :-)

dbourrion : n’engage que moi

bibliosurf : médiation = petit lien entre le livre, l’auteur et le lecteur effectué par quelqu’un qui s’implique.

François Bon : gros défi pour nous : désapprendre à penser le livre comme finalité du texte, le web nous permet de penser l’écriture en 3D, on commence tout juste à inventer objets écrits directement numériques

dbourrion : « médiation » : dégager de la masse l’important à lire

impossiblenaoko : re merci :-)

Marie D. Martel : L’appréciation des lecteurs s’est manifesté dans le nombre. Et des félicitations dans les commentaires, pour avoir oser miser sur cette littérature.

François Bon : des fois l’impression que le cheminement mental est largement plus difficile à embrayer (je parle pour moi, tout simplement) que n’importe quelle question code ou technique

g@rp : plus1

dbourrion : « le cheminement mental est largement plus difficile à embrayer » oui mais normal, rupture de civilisation, non ?

Marie D. Martel : La médiation, c’est le lieu de rencontre entre les gens et les documents ou entre les gens ou entre les documents ( s’ils sont des gens)

ljodoin : Laissons la parole à François un tantinet : Lequel de ces mots craignez-vous le plus : drm, rentrée littéraire, droit d’auteur, écrivain professionnel?

François Bon : @Marie dans les ateliers d’écriture, tellement souvent cette impression : un texte de Beckett ou Duras font court-circuit, le contemporain c’est pas un zoo, c’est juste le présent

bibliosurf : ljodoin mieux que les drm et autre polémique, la littérature. Blabla technique, les genres adorent… mais lire ?

François Bon : une de mes rages actuellement : que même avec le web on garde vieilles frontières, un Québécois qui écrit sera toujours un Québécois 1/2

bibliosurf : les gens adorent -» j’ai encore lapsusé

ana nb : me pose la question de l’interaction entre objet lecture lecteur

François Bon : alors que l’écriture de la ville (voir blogs Qc) nous concerne directement dans l’espace uni de la langue

François Bon : @ljodoin aucun de ces mots ne m’importe vraiment – la littérature parle, m’ouvre l’appétit du monde, m’agrandit au dedans

g@rp : Qc ?

François Bon : drm : aucun intérêt, on ne les utilise pas, donc pas concerné

Marie D. Martel : Qc = Québec, Canada :)

g@rp : Merci Marie :)

bibliosurf : Je dois raccrocher… je suis preneur de ce script qui permet d’échanger. D’avance merci contact@bibliosurf.com

François Bon : rentrée littéraire : juste un effet d’épicerie, à relier au fait que le temps moyen de présence d’un livre en librairie c’est 5 semaines

g@rp : et plus si bandeau rouge prix littéraire`

François Bon : droit d’auteur : vraie question, parce que système français pas transportable tel quel dans le numérique, lié à son histoire, et donc partie obsolète

Marie D. Martel : Tu fais partie de la rentrée littéraire au Seuil François, avec Après le livre, comment cette publication papier s’inscrit-elle dans ta démarche ?

François Bon : écrivain professionnel : l’écriture c’est la nuit, c’est un espace libre – contrairement à vous Américains, la figure de l’écrivain n’a jamais été un fait « professionnel » dans notre tradition

François Bon : @Marie intérieurement pour moi je n’ai plus besoin du papier – mais très conscient que nous sommes encore minorité à lire sur iPad et liseuse 1/2

François Bon : 2/2 on travaille en ce moment sur version « print on demand » du catalogue publie.net – on va forcément vivre plusieurs années transition avec coexistence papier/numérique

ljodoin : Mais après le livre, finalement, c’est déjà maintenant?

Marie D. Martel : Ce serait donc dans la perspective de démocratiser la littérature numérique ?

François Bon : par contre (ds Après le livre) remarque 1, chacune de ces transitions a été irréversible et globale 2, le temps de ces transitions (tablette, rouleau, codex, imprim, presse) chaque fois s’est réduit

pmlozeau : @fbon L’avantage du papier est donc de ne pas avoir de barrière technologique à l’accès?

Bébé_Mort : @ Bon : Mais la publication numérique nous amènes la même visibilité et le même $$$ On s’entend que ce n’est pas le premier endroit où les gens vont penser aller magasiner leur nouvelle lecture.

pmlozeau : (Pour le lecteur.)

François Bon : @Marie je n’aime pas expression « démocratiser la lecture », la littérature est dans une espace d’art, qui la veut la prend, Proust ou Rimbaud peu importe la profession des parents

François Bon : je parle auteurs Fr, mais Gabrielle Roy je la porte en moi depuis mon séjour, incroyable qu’elle ne soit pas en Pléiade

François Bon : et pensée aussi pour Paul-Marie Lapointe, dont j’ai découvert la poésie à Qc via Marie-Andrée Beaudet

Marie D. Martel : Démocratiser dans le sens d’offrir un accès plus large à tous. Réduire les inéquités dans l’accès. Rejoindre les gens où ils sont -encore.

François Bon : @Bébé-Mort (quel pseudo!) : cessons de penser en $$$, pensons contenu, et puis contenu, et puis contenu, et puis contenu

François Bon : @Luc un des paradoxes d’aujourd’hui : pas possible de comprendre cette transition sans en accepter l’expérience directe, donc travailler ergonomie, formats, formes de récit

Bébé_Mort : Oui, mais pour qu’un écrivain ait envie d’y mettre du comptenu dans son oeuvre et pas seulement faire de la littérature « fast food » pour le $ Il faut quand même qu’il y est reconnaissance.

poolmaster : Cette fois-ci, la transition serait-elle affaire de génération?

impossiblenaoko : J’aime la version « print on demand », je n’ai pas de tablette, juste un écran, la lecture y est moins agréable

ana nb : pense aux réseaux littéraires avec le numérique les réseaux c’est la résistance la création

François Bon : @pmlozeau quand on enseigne en fac (à l’Udem chez vous, Sciences Po ici) l’accès 1er au texte des étudiants c’est ordi plus réseau, et plus du tout le livre

François Bon : @pmlozeau alors est-ce qu’on décide que ce qui nous semble essentiel on essaye de le faire exister là où se sont déjà implantés effectivement les usages ?

François Bon : j’aime bien ton expression, Ana : « les réseaux c’est la résistance de la création », et aussi son labo, sa respiration, le rôle même des revues papier il y a 40 ans

ljodoin : François, il y a aussi un joli paradoxe créatif : l’imprédictible et l’inéluctable…; de plus l’offre numérique est pour l’instant misérable…

François Bon : @Naoko : paradoxe effectif, les outils évoluent vite, de même que le livre a toujours évolué (lire sur Gallica un livre de 1930 ou de 1860 pour vérifier…), 1/2

pmlozeau : @fbon Rejoindre le lecteur où q’il soit. Sur son écran, sa tablette, son mobile, ou simplement lui déposer un livre papier entre les mains… :)

François Bon : 2/2 mais il me semble que cette année ça signe la bascule : lire sur iPad ça laisse très loin en arrière le livre papier

François Bon : @Luc je reviens sur papier/numérique : si les éditions du Seuil avaient politique création numérique, leur aurait confié et le livre et la version numérique

Lecteurencolere : le basculement sera réel avec la combinaison tablette /ecran eInk

Liboiron : Je crois que cet automne risque d’être le point de bascule du numérique, par l’offre de détaillant comme Kobo.

impossiblenaoko : aime aussi lire sur l’ipad, bcp même, juste que je n’en ai pas encore, ça viendra forcément, pense à cx qui y sont allergiques « print on demand » bien pour eux je crois

François Bon : le projet publie.net, coopérative d’auteurs, est né simplement de l’immobilisme de nos éditeurs papier, et malheureusement ça continue

impossiblenaoko : une transition exactement

François Bon : @Liboiron en 1 an, tu as raison, ce qui a changé c’est la « masse critique » des libraires : iTunes, Kindle, FeedBooks, et même chez nous Fnac etc

Lecteurencolere : il manque tout de même en France un outil de lectire tel le Kindle ou le NookTouch

Liboiron : effectivement François, le problème en est toujours une d’offre, et les titres de la rentrée ne seront pas tous numérique, c’est dommage.

François Bon : les ventes publie.net directement sur le site ne sont plus qu’à 28pourcent de nos ventes via libraires, privilège au « one clic » depuis les différents appareils

Lecteurencolere : là commencera l’aventure

François Bon : @Liboiron TOUS les titres de la « rentrée » sur publie.net sont au format numérique :-)

impossiblenaoko : :-)

Lecteurencolere : avec plus de 650 ouvrages numérique à la rentrée, on peut dire qu’il y a une grosse progression tout de même

g@rp : et au rythme d’un par jour pendant 30 jours

François Bon : @Lecteurencolere : la progression des liseuses devient quand même sensible, notamment grâce à Bookeen, même si l’iPad embarque le reste

impossiblenaoko : aldiko pas mal non plus

Lecteurencolere : la masse ne connait que l’iPad, et pas pour la lecture

Lecteurencolere : un Kindle français ou un vrai Fnacbook ferait la différence

PF : P Froehlich: Bonjour. J’ai eu plus de lecteurs par accès réseau des bibliothèques via publie.net que par premier roman au Seuil. Etre là où on lit et dans un échange litt. contemp. vivante

Liboiron : En dehors de l’aspect diffusion, est-ce que Publie.net effectue un travail éditorial sur les oeuvres?

Lecteurencolere : mais oui la Bookinerie va dans ce sens

François Bon : @Naoko @Lecteurencolere pour moi, la lecture web et le « livre numérique » comme frontière provisoire question essentielle, les 2 inséparables

impossiblenaoko : oui

François Bon : penser le livre numérique comme une bulle provisoire d’un état plus dense, dans l’ensemble de nos pratiques web, incluant socialité directe lecteur/lecteurs/auteur

pmlozeau : Surtout que l’ePub 3 emprunte beaucoup à HTML 5.

François Bon : bienvenue Patrick, et quel plaisir rendre disponible un travail comme tien, là où l’édition traditionnelle ne semblait plus en mesure de l’assumer

François Bon : @Liboiron travail éditorial en amont de l’epub est évidemment le même qu’on soit en papier ou en numérique

dbourrion : Pierre Mounier a twitté « le print on demand va désacraliser le papier en en faisant un service parmi d’autres » ça ouvre des perspectives…

François Bon : @Liboiron ce qui change, c’est que le « code » est une dimension native du geste éditorial, l’invention de l’objet, alors qu’en papier on passe le relais à la fab après l’éditorial

François Bon : @pmlozeau l’epub3 nous facilite déjà la vie pour l’insertion audio et vidéo, mais les possibilités de l’epub2 encore largement inexploitées….

Marie D. Martel : Le livre numérique est encore un texte clos, stable dont la dimension sociale est encore très indirecte, les interventions des lecteurs restent médiatisées et à bonne distance autour de l’oeuvre

margantin : ce qui me plaît chez Publie.net c’est avant tout l’activité créatrice qui s’y développe, pas juste une maison d’édition, une revue aussi

François Bon : et je suis bien conscient d’avoir révisé mon propre discours en profondeur sur question epub ces 2 ans!

PF : Je témoigne, travail éditorial qualitativement idem maison traditionnelle et publie.net. Mais très rapide

Liboiron : La précision est importante, puisque présenté comme une coop d’auteurs on peut être sur l’impression qu’il s’agit d’oeuvre à compte dauteur, et je crois que l’auteur profite de ce travail éditorial.

François Bon : quand j’ai eu le déclic de publie.net à partir mon expérience papier au Seuil, c’est l’idée coopérative d’auteur qui l’emportait : faire ensemble, permettre redistribution directe des recettes

impossiblenaoko : ce qui me plaît chez publie.net ce sont les auteurs, ils font beaucoup, l’essentiel selon moi

François Bon : @Liboiron merci aux bibliothèques qui s’abonnent, c’est grâce à cela qu’on peut envisager circuit pro, rémunération travail éditorial correction et code

g@rp : @naoko sauf ceux du sud, qui sont un peu fainéants, à ce qu’on dit ;-)

impossiblenaoko : :-)

François Bon : @Marie en accord avec ce que tu dis – le travail social s’effectue sur les blogs, sur mon iPad pas forcément envie partage social de mes lectures

SMartelly : bonjour tardif. je vous lis…

astrolabemelun : C’est le moins qu’on puisse faire en tant que bibliothèque, s’abonner à Publie.net !

Marie D. Martel : La manière dont les auteurs chez Publie.net prolongent le processus de création à travers leurs activités web et sur les médias sociaux est extrêmement intéressante aussi

François Bon : @Marie pas sacraliser l’écrivain, mais respecter rapport temps de création, densité aussi des heures collectives que représente l’editing

SMartelly : Je dis sûrement des choses qui ont déjà été dites, mais ce n’est pas simplement la circulation et le mode de lecture qui sont différents, c’est la création elle-même qui est différente.

François Bon : @Marie enjeu complémentaire pour nous : ce qu’il y a de fort dans travail blog d’un auteur, lui donner pérennité, et le propulser hors de sa 1ère sphère de socialité ?

Liboiron : @FrancoisBon L’initiative des bibliothèques plus abonnement est effectivement très intéressante et agissent comme diffuseurs de l’oeuvre numérique et favorisent l’accès, et peut assi favoriser la vente

François Bon : bonjour Stéphane ! ici à Ouessant salon livre insulaire avec présence Haïiens!

Liboiron : Quel a été l’impact du streaming en biblio sur les ventes de titres, est-ce possible de quantifier. De voir causalité?

SMartelly : Aïe, fais gaffe! ;)

François Bon : @Liboiron le web accroît encore la pression consensuelle et marchande, rôle de la bib pour le papier comme pour le num autoriser la libre découverte

François Bon : emprunter 5 livres, les emporter chez soi, même si on ne va en lire que 2 sur les 5, c’est l’enjeu pour nous auteurs de proposer catalogue entier plutôt que titres sous licence

Chegreco : Il y a des auteurs qui ne veulent pas « sortir de 1ère sphère de socialité ? » et certains se sentent alors en opposition avec le numérique.

François Bon : @Liboiron absolument cesser de penser chiffres – pour la musique, c’est tout récent que nous préférons écouter Streaming sans télécharger titres

Marie D. Martel : Au texte clos et fermé, je voulais aussi faire contraste avec la possibilité que via licence cc, on puisse jouer le jeu écriture/lecture via l’activité de remix par exemple

PF : @Marie et Stéphane Oui l’écriture est influencée par le support, travail peut-être seul mais dans l’échange indispensable. Pas de sacralisation à l’ancienne pour écrire dans notre monde. Txt ouvert

SMartelly : dans mon cas, l’expérience de Publie.net a été celle de la rencontre, du risque de la confiance et de la négociation d’une extériorité partagée

François Bon : @Liboiron et question de fond : les textes des auteurs qui surgissent aujourd’hui sont d’emblée via le média numérique, on ouvre autre processus

François Bon : @Marie j’ai plutôt envie d’honorer la singularité des voix, mais très attentif aux tentatives qui créent auteur collectif

impossiblenaoko : ce que j’aime dans le numérique c’est aussi la disparition du pilon, je déteste les livres « morts ».

François Bon : @Chegreco à un scientifique qui te dirait la même chose, tu répondrais quoi ?

ljodoin : Frappé à la lecture de ton texte de constater que la mutation numérique est aussi fortement corporelle. Vocabulaire du corps : dimension scopique, odeurs, ongles qui font clic clac sur le clavier, 1/2

ljodoin : … mémoire du touché du livre, oreille et voix de l’écrivain, rapport dans l’espace et le temps. Si Serres n’était passé par là : Les cinq sens. 2/2

Marie D. Martel : La singularité des voix n’est-ce pas un prétexte pour perpétuer le piédestal de l’écrivain?

François Bon : @Luc nos usages numériques changent la façon de noter, de documenter le monde – la genèse de l’écriture, chez Flaubert, Baudelaire, ou Kafka est évidemment une quantification journalière 1/2

SMartelly : piedestal? non… spécificité, oui, me semble-t-il.

Liboiron : Quel est le modèle économique du streamingtre publie.net et les bibliothèques? et Pour l’auteur évidemment.

François Bon : 2/2 c’est seulement la discontinuité de la publication qui donnait impression contraire – le blog n’est pas une fragmentation supplémentaire 2/3

impossiblenaoko : L’écrivain n’est plus sur un piedestal, simplement certains font encore semblant, non ? :-)

François Bon : 3/3 la différence du web c’est que l’instance de publication accompagne la quantification journalière, d’où aussi justif du livre numérique comme editing

François Bon : @Naoko lire Roger Chartier sur la constitution de ce « piédestal », les grands ne s’en embarrassent pas : voir liste destinataires des 3000 lettres (en 5 langues) de Beckett

SMartelly : @Liboiron Certainement, mais y croit-on?

François Bon : @Liboiron on ne veut pas de « modèle économique », on veut que nos textes circulent et soient beaux – revue D’Ici Là (pas moi qui fais) en suis vraiment fier

Chegreco : …je sais je sais ! Il manque le bâteau ou le train ! Mais on me mentionne alors que l’écrivain n’est pas une prof. comme un scientifique ou un masson. L’écriture se fait de multiples manières. Bref

PF : piedestal, c’est comme le mandarin en médecine, une époque. On est loin de ce qu’est écrire aujourd’hui, l’engagement actif

François Bon : @Chegreco écrivons, publions, échangeons, on trouvera tjs moyen de gagner sa vie d’autre façon (m si c’est pas facile ts les jours)

trop rapidement… mais il est déjà temps de conclure. :-)

Liboiron : Heu ok, mais faut bien rémuner les auteurs pour leurs oeuvres et les artisans autours d’eux. San modèle économique, peu importe ce qu’il est, on laisse le champs libre au tout papier.

François Bon : @ljodoin je crois qu’on est seulement à l’aube de ce que la forme numérique peut changer ds rapports mots-images-voix

ljodoin : François, on te laisse le dernier mot!

Marie D. Martel : Les frontières sont à explorer entre l’engagement actif et interactif ! Sur Twitter :)

SMartelly : mots-images-voix-lectures

François Bon : @luc le « livre audio » c’était écouter un livre, mettre de la voix ou du son sous un chapitre de l’iPad on reste dans l’espace du livre

Chegreco : Et oui pour Beckett ! Les lettres (maintenant 2 vol. publiés sur 4) c’est extraordinaire. Avant – pendant -et après le livre !

François Bon : @Marie l’impression de mon côté de n’être pas encore au bout de ce qu’on peut inventer via twitter, carnet de notes, carnet de liens

ljodoin : Merci à tous, toutes, merci François et au plaisir..

impossiblenaoko : merci à tous

Liboiron : merci François et aux biblios de Montréal :-)

François Bon : @Liboiron pour ça qu’on a créé publie.net aussi: redistribuer les recettes aux auteurs (50/50) mais c’est conséquence et pas finalité :-)

ana nb : merci à vous

pmlozeau : Je remercie encore François Bon pour sa présence. Sans oublier tous ceux qui se sont présentés pour échanger durant la dernière heure.

François Bon : oh la la c’est déjà fini, on a à peine commencé ?

ljodoin : ça ne fait que commencer…

pmlozeau : On peut continuer sur Twitter, la communication asynchrone par excellence. :-)

g@rp : plus1

pmlozeau : Utilisont le hastag #bonmtl pour mieux se retrouver. :-)

Marie D. Martel : Merci François pour ta générosité! Merci à tous! Le nuage des thèmes abordés étaient très dense mais soleil derrière :)

François Bon : à quand une invitation RealLife des auteurs publie.net vivant à Montréal ? suis sûr qu’ils seraient prêts!

g@rp : Je file sur l’autre ligne. Ai du retard. Merci encore à toutes et tous pour ce clavardage …et pour tout le reste

pmlozeau : @fbon Très bonne idée! On en prend note. :-)

pmlozeau : La machine à écrire, se ferme. Merci encore pour votre participation. :-)

François Bon : merci à vous – belle machine, on devrait se dire qu’une fois par semaine ou par mois on se refait un petit web-storming Qc-Fr…. petites choses peuvent en entraîner grandes…

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :