déc - 2016 06

2016-10-27_112

(Crédit Michel Legendre, BAnQ)

Le mercredi 9 novembre je me suis sentie comme un enfant à Noël : entourée de gadgets technos, et même de Lego!

J’étais invitée à l’inauguration du Square Banque Nationale, un nouvel espace de création numérique à la Grande bibliothèque, gratuit et destiné aux ados de 13-17 ans. Le Square Banque Nationale est un espace physique situé à la Grande bibliothèque ainsi qu’une plateforme numérique collaborative accessible partout au Québec sur square.banq.qc.ca. Eh oui, vous avez lu correctement le nom « square »; il s’agit bien d’un mot français qui, selon Wikipédia, signifie « une petite place urbaine occupée par un jardin public ».                                                                                                          

Heureusement que j’ai eu la chance de visiter le Square lors de l’inauguration puisqu’il est normalement interdit aux adultes. Les ados qui le fréquentent auront la chance d’exprimer leur créativité, sans jugement ni peur d’erreur, en profitant de la technologie dernier cri. Le Square offre, entre autres, 25 portables de pointe, une imprimante et scanner 3D, un écran vert, de l’équipement pour réaliser de l’animation image par image et de la photographie, de la programmation spécialisée, des espaces de travail individuel et travail de groupe ainsi qu’un coin de détente.

 

20161109_174056_HDR

Voici un aperçu de ce qu’on trouve au Square : un numériseur 3D, un ordinateur portatif pour la modélisation 3D et une imprimante 3D. (Crédit Robyn Maler, Bibliothèques de Montréal)

20161109_174152

Ce numériseur 3D de la marque Matter and Form permet aux usagers de créer des copies d’objets existants. (Crédit Robyn Maler, Bibliothèques de Montréal)

2016-10-27_030

 Des utilisateurs ados expérimentent avec l’écran vert pour un tournage de vidéo.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_033

À l’écran, la transformation numérique de l’écran vert en scène de nature.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_001

 Voici des postes de travail avec ou sans poste informatique. (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

2016-10-27_100

Voici le coin détente, où les usagers peuvent jouer aux jeux vidéos.  (Crédit Michel Legendre, BAnQ)

Mais comment est-ce qu’un lieu de création numérique peut s’inscrire dans la mission de la bibliothèque publique? Tout simplement : les bibliothèques ont à cœur de démocratiser l’accès aux technologies, selon l’Association des bibliothèques publiques du Québec. Le Square contribuera alors à améliorer la littératie numérique d’une nouvelle génération de Québécois. Les compétences numériques ne cessent de devenir de plus en plus en demande et en vogue dans plusieurs secteurs, et l’accès aux dernières technologies représente toujours une barrière à l’acquisition de ces compétences.

Lors de l’inauguration, nous avons visionné une vidéo créée par Émile Roy et Mehdi Agnaou, jeune vidéastes et humoristes. Les deux adolescents ont utilisé les équipements du Square pour créer une vidéo drôle et dynamique. C’était un avant-goût du potentiel de cet espace de création numérique!

 

Informations pratiques :

Pour les coordonnées et les heures d’ouverture, veuillez consulter le site web du Square.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2016 23

Commencé il y a quelques mois puis mis de côté, le sujet de cet article a regagné toute sa pertinence et son intérêt en regard de l’actualité québécoise récente.

Fin octobre, nous apprenions que le téléphone de Patrick Lagacé, un des chroniqueurs star de La Presse, avait été mis sur écoute par le Service de Police de la ville de Montréal. Plusieurs journalistes auraient subi la même intrusion dans leur travail et leur vie privée.

Le 2 novembre dernier, Edward Snowden, le lanceur d’alerte américain le plus connu, donnait une vidéo-conférence à l’Université McGill. Il est revenu entre autres sur l’affaire Lagacé et sur l’importance de protéger sa vie privée numérique.

 

Il existe de multiples façons d’être un bibliothécaire engagé, et par le passé, de nombreuses figures de cette profession se sont illustrées (pensons par exemple à Éva Circé-Côté) dans la lutte pour l’éducation, l’accès à l’information pour tous. En ce sens, le métier de bibliothécaire n’a pas tellement changé. Bien que datant de 1994, la version actuelle du Manifeste de l’UNESCO sur la bibliothèque publique est encore abondamment citée. Et pour cause. Dans un monde où la production de l’information se multiplie à une vitesse qui n’a presque plus rien d’humain, dans un univers numérique omniprésent et où la fameuse fracture ne disparaît pas tant que ça (entre accès aux technologies et véritable compréhension de celles-ci), il est bon de rappeler que les missions de la bibliothèque publique, qui s’incarnaient dans le monde physique, doivent aussi se retrouver dans notre monde numérique :

  • soutenir à la fois l’auto-formation ainsi que l’enseignement conventionnel à tous les niveaux
  • assurer l’accès des citoyens aux informations de toutes catégories issues des collectivités locales
  • faciliter le développement des compétences de base pour utiliser l’information et l’informatique ;

Mais c’est surtout dans le premier paragraphe du Manifeste que l’on retrouve en filigrane les défis que vivent les bibliothèques et les bibliothécaires d’aujourd’hui :

La liberté, la prospérité et le développement de la société et des individus sont des valeurs humaines fondamentales. Elles ne peuvent s’acquérir que dans la mesure où les citoyens sont en possession des informations qui leur permettent d’exercer leurs droits démocratiques et de jouer un rôle actif dans la société. Une participation créatrice et le développement de la démocratie dépendent aussi bien d’une éducation satisfaisante que d’un accès libre et illimité à la connaissance, la pensée, la culture et l’information.

 

Et parmi ce flot d’informations, il y a toutes celles que nous produisons, en écrivant des courriels, en naviguant sur des sites, en nous identifiant, en marchant, en jouant, en cliquant sur J’aime. Des informations qui a priori nous appartiennent, sont privées, et qui sont pourtant collectées, analysées et revendues. Non, nous ne sommes pas tous surveillés par la NSA, mais la liberté et le respect de notre vie privée que nous exigeons et qui nous semble absolument normal dans le monde physique, ne se retrouvent pourtant pas tout à fait dans l’univers numérique.

 

Quelques petits rappels de la loi au Québec :

Charte des droits et libertés de la personne :

  • Toute personne a droit au respect de sa vie privée. (article 5)

Code civil du Québec :

  • Toute personne a droit au respect de sa réputation et de sa vie privée. (article 35)
  • Peuvent être notamment considérés comme des atteintes à la vie privée d’une personne les actes suivants:
    • 1°  Pénétrer chez elle ou y prendre quoi que ce soit;
    • 2°  Intercepter ou utiliser volontairement une communication privée;
    • 3°  Capter ou utiliser son image ou sa voix lorsqu’elle se trouve dans des lieux privés;
    • 4°  Surveiller sa vie privée par quelque moyen que ce soit;
    • 5°  Utiliser son nom, son image, sa ressemblance ou sa voix à toute autre fin que l’information légitime du public;
    • 6°  Utiliser sa correspondance, ses manuscrits ou ses autres documents personnels. (article 36)

Ces deux documents officiels et constitutifs de notre société sont très clairs : le respect de la vie privée est un des droits fondamentaux des québécois, des humains.

 

Alors, sans tomber dans la paranoïa, que peut-on faire?

Je crois sincèrement que les bibliothèques publiques ont un rôle important, pour ne pas dire primordial, à jouer dans le domaine de la littératie numérique (rendre chaque citoyen actif, créatif et critique face au numérique). Cet accompagnement que les bibliothèques peuvent faire se joue sur différents points. L’un deux est la sensibilisation des citoyens aux concepts de vie privée et protection des données sur Internet. Il s’agit également de leur donner des outils pour protéger les informations qu’ils produisent.

Une des premières étapes sera peut-être de devoir répondre au scepticisme des usagers (ou de vos collègues). Vous trouverez réponses et arguments aux classiques « Je n’ai rien à cacher », « Je/Ma vie n’intéresse personne », « Ce n’est pas grave que l’on sache ce que j’ai mangé au déjeuner », et autres sur ces deux sites :

 

Et Edward Snowden le rappelait à McGill « Le droit à la vie privée, c’est le droit d’être soi-même »[1].

 

Il existe différents moyens de protéger votre vie privée sur Internet, principalement en utilisant les bons outils, navigateurs et autres produits issus du monde du libre.

Parlons moteurs de recherche. Qui n’utilise pas Google?  Et pourtant il en existe d’autres tout aussi efficaces (ou presque, soyons tout de même honnêtes) et bien plus respectueux de la vie privée. En haut de la liste : DuckDuckGo et Qwant (Qwant possède même une version pour les plus jeunes : Qwant Junior, qui propose une interface adaptée et filtre pour éliminer le plus possible les contenus non appropriés). Qwant a d’ailleurs passé un accord avec Mozilla cet été pour que le moteur de recherche soit disponible sur Firefox de façon intégrée.

Quelques liens à suivre, des pages à lire pour comprendre le monde numérique dans lequel nous évoluons aujourd’hui :

  • Protection de la vie privée en ligne et sur les réseaux sans fil : un site du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada qui a pour mission de protéger et de promouvoir le droit à la vie privée. On y trouve beaucoup d’informations sur la loi canadienne et des conseils concernant une foule d’aspects reliés à la vie privée, et plus particulièrement sur le numérique ici.
  • Dégooglisez votre entourage en quelques tutos-vidéos ! : Framasoft est un réseau d’éducation populaire, issu du monde éducatif, consacré principalement au logiciel libre. Un de leur projets phares s’intitule Dégooglisons Internet. Framasoft propose donc toutes sortes d’alternatives aux logiciels, programmes, sites que nous utilisons et qui ne sont pas respectueux de notre vie privée.
  • Library Freedom Project: ce projet américain est celui d’un partenariat entre bibliothécaires, avocats, informaticiens et défenseurs de la vie privée. Leur but est de sensibiliser à la surveillance et d’outiller les bibliothécaires pour y faire face, et par-delà les usagers des bibliothèques. L’organisme participe également à The Tor Project et propose un kit pour les bibliothèques qui souhaitent devenir des relais Tor.
  • 5 étapes pour commencer à protéger la vie privée des usagers : Thomas Fourmeux, assistant multimédia en bibliothèque et fortement engagé dans la défense des libertés numériques (suivre son blogue : http://biblionumericus.fr/), a repris des outils proposés par Alison Macrina du Library Freedom Project dans un article récent du Library Journal. Dans son dernier article, il propose d’autres trucs à appliquer dans notre vie personnelle et pourquoi pas, professionnelle aussi.
  • Compte-rendu du café vie privée du 18 juin : compte-rendu d’une rencontre de bibliothécaires parisiens et d’usagers autour de la protection de la vie privée en ligne. Présentation du formateur disponible et très intéressante.
  • Internet Citizen: blogue de Mozilla qui prodigue des conseils (en anglais) pour comprendre et protéger sa vie privée sur Internet.

Au Québec :

  • Crypto Québec : média numérique indépendant dont les sujets et les champs d’action tournent autour des enjeux de sécurité informatique, géopolitique, vie privée, technologie de l’information et renseignement.
  • SQIL : la Semaine québécoise de l’informatique libre. Évènement annuel autour de la culture du libre (logiciel, matériel, savoir) et des communs numériques. Organisée par FACIL.

 

Et n’oubliez pas : sur Internet, si c’est gratuit, c’est vous le produit.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2016 13
post-it-notes

Giorgio Montersino via Flickr - CC BY-SA

1. L’ABF réussit à valoriser l’innovation à son congrès 2016. Un rapide compte-rendu des trois jours du Congrès de l’Association des Bibliothécaires de France des 9-10-11 juin derniers sur le thème de l’innovation. Une innovation vue d’un point de vue social, technologique et territorial sur fond de débat sur les horaires élargies des bibliothèques. Une participante convertie : « Je crois de toute façon que lorsqu’on commence à casser les codes, on devient accro à ça, l’innovation, c’est addictif. »

2. Comment développer une culture de l’innovation dans les bibliothèques ? La présentation de Silvère Mercier, sur son blogue Bibliobsession, faite au congrès de l’ABF la semaine dernière. Où l’on parle de formation, de médiation numérique (et non de médiation du numérique), de l’importance de forger une culture numérique commune et de la veille, où « l’innovation existe là où la prise de décision est décentralisée ».

3. Bibliothèques : pourquoi jeu vidéo et FabLab ne sont pas qu’un “coup de jeune”. Retour sur les ateliers techno proposés aux participants du Congrès de l’ABF. Discussion croisée entre plusieurs professionnels des bibliothèques. Où l’on parle d’éducation à la citoyenneté numérique, de « ne pas laisser la technique aux techniciens », du numérique comme nouvel outil et des « technologies qui favorisent le vivre-ensemble, déjà au cœur de la bibliothèque ».

4. Une imprimante 3D en médiathèque : Pour quoi faire ? Quelques arguments pour faire entrer l’impression 3D dans la bibliothèque et des exemples concrets de ce que l’on peut faire avec.

5. Tuto des makers #11: fabriquez votre casque de réalité virtuelle. Un tutoriel vidéo de moins de deux minutes pour fabriquer son propre casque de réalité virtuelle (beaucoup moins cher qu’un Oculus Rift!). Au programme : du carton, des lentilles, du velcro, des aimants, une règle, des ciseaux et un peu de pliage et d’astuce.

6. 60 secondes pour comprendre la réalité virtuelle. Un petit film d’animation expliquant la réalité virtuelle et ses applications. Et pour ne pas les confondre : 60 secondes pour comprendre la réalité augmentée.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2015 09

tablette3

Après l’examen du profil de la génération tablette et un survol des services mobiles, les participants du laboratoire vivant des Bibliothèques de Montréal ont entrepris d’explorer et de co-créer des avenues de développement possibles, pertinentes, innovatrices, durables pour la tablothèque. Ce troisième et dernier article sur le thème des tablettes en bibliothèque publique résume les résultats de cette démarche.

LE MUR DE PROJETS

Quatre types de services ont été identifiés comme des solutions à développer dans un avenir rapproché:

  1. L’utilisation d’une tablette pour créer des parcours de découvertes. On veut recourir à la tablette pour offrir une expérience interactive, dynamique, ludique à l’aide d’applications ou de capteurs permettant de découvrir son quartier, la bibliothèque, les ressources numériques ou locales, les oeuvres des auteur(e)s ou des créateurs via des circuits, des jeux de pistes, des rallyes, etc.  La tablette se fait participative et l’emphase est placée sur la découverte et la médiation culturelle au service de l’écosystème local. On estime qu’une approche événementielle de type fabricathon (exemple Bibliomix version bibliothèque de Muséomix) pourrait être l’occasion de concevoir et prototyper ces services.
  2. Le prêt interne et externe de tablettes. Les deux types de services, prêt interne et externe, suscitent également un intérêt significatif et visent à offrir un accès à internet plus étendu et adapté aux usages actuels en accord avec les finalités de la Ville intelligente. Dans le cas du prêt interne, le libre-service avec la carte d’abonné s’impose. L’hypothèse de créer un consortium-réseau pour aborder les fournisseurs de tablettes qui proposent des dispositifs de libre-service est fortement recommandée. La possibilité d’offrir une diversité de plate-forme – pour ne pas privilégier iOs ou Androïde – apparaît comme une voie cohérente avec la position de neutralité, voire même l’approche techno-critique en matière de citoyenneté numérique que les bibliothèques revendiquent généralement.
  3. L’intégration de la tablette dans l’aménagement et le mobilier de la bibliothèque. Les bars à tablettes dans les espaces actualités ou les cafés, les tablettes pour la valorisation des ressources en ligne ou le furetage des nouveautés au bout des rayonnages,  les tablettes avec des câbles anti-vol ou montés sur support pour présenter des contenus exclusifs deviennent des stratégies d’intégration du numérique dans l’espace physique qui sont recherchées pour améliorer l’expérience en bibliothèque.
  4. L’animation interactive auprès des publics jeunes et ados. Les sélections de lecture sur des appareils mobiles et des animations projetées sur écran permettent de ré-inventer les services jeunesse comme l’heure du conte.

On a également insisté sur l’importance des services suivants: le développement de collections d’applications, notamment pour les jeux, les ateliers d’initiation en communautés numériques et en 1:1, les services en ligne tels que Zinio et hoopla, la référence nomade, la combinaison du prêt de tablette avec le prêt de routeur, etc.

LE DESIGN DE SERVICES EMPATHIQUE : LES PUBLICS

Reprenant les questions des usages, des objectifs, des règles de prêt, des contenus, des attentes à l’égard du personnel, des services de qualité tout en étant innovants, les participants ont proposé des scénarios empathiques pour des publics cibles. Une question test était suggérée et pouvait servir de déclencheur, sans être limitative: Comment offrir les journaux, les revues, les livres par le biais des tablettes – considérant que la version papier de ces documents pourrait être appelée à disparaître à court ou à moyen terme?

 La tablette d’or. Pour les aînés,  l’accompagnement par le biais d’ateliers d’initiation est conçu comme une priorité. L’exemple récent de la bibliothèque d’Outremont qui a reçu 62 inscriptions pour une formation de 10 cours sur l’utilisation du iPad confirme cet intérêt. Le développement de collection d’applications adaptées aux aînés est aussi recommandé.

Les services hors-les-murs dans les résidences pour aînés constituent une autre piste prometteuse, soit dans le but de prêter des tablettes (ou ces liseuses qui ne servent à peu près plus) ou pour capter des récits de vie, offrir des ateliers, faire découvrir les services en ligne. Au sujet de la lecture, la possibilité de pouvoir grossir les caractères (et désormais le poids plus avantageux des appareils mobiles – si on les compare aux pavés en gros caractères) suscite un enthousiasme considérable.

La tablette pour adultes. Du côté des adultes, la priorité va du côté de la médiation numérique et de l’expérience. Pour ces réguliers qui viennent lire les journaux papier à la bibliothèque, il faut envisager une transition vers le prêt de tablettes qui proposeraient les quotidiens et les revues. Les versions gratuites des quotidiens et des revues seraient offertes. Cette offre pourrait être adaptée en tenant compte des besoins des personnes issues de l’immigration ou de ceux des femmes.

Mais, le défi à relever est toujours le même que ce soit pour un poste internet, un portable ou une tablette et que l’on soit à la bibliothèque ou à la maison : Comment amener les usagers vers la bibliothèque numérique qui donne accès aux abonnements payants de ces périodiques en version complète? Médiation ou marketing numériques, atelier ou référence nomade, signalisation ou application dédiée pour la bibliothèque numérique, ou alors toutes ces réponses?

Le souci d’aménager un café, un espace de convivialité ou de créativité avec un bar à tablettes ou des appareils mobiles en prêt font partie des scénarios visant à favoriser une expérience positive, différents niveaux d’engagement, un sentiment d’appartenance.

La tablette y et z.  Les trois principaux services explorés pour les jeunes concernent l’animation et la lecture interactive (comme on l’a vu plus tôt), la découverte de produits éducatifs (flashcards, quiz, atlas, tutoriels, etc.) et les jeux. Dans tous les cas, le défi du développement de collections apparaît comme un chantier magnifique: Applithécaires jeunesse recherchés. Et d’une façon générale, le modèle du Youmedia (HOMAGO) demeure la référence pour la conception d’espace physiquenumériquecréatif.

Un autre défi de nature pédagogique consiste à concevoir des ateliers pour une utilisation éclairée et créative des tablettes (littéracie et citoyenneté numérique) comportant un volet d’apprentissage par les pairs – ainsi que pour les pères et mères qui ne voudraient pas faire face au décrochage scolaire avant leurs enfants pour cause d’analphabétisme technologique.

L’importance des conditions transversales suivantes a été soulignée à maints égards :

  • planifier/programmer ces services en collaboration avec les citoyens et les communautés locales;
  • développer les compétences numériques du personnel et celles des citoyens via les communautés numériques (l’essentiel chantier sur la fracture/littéracie numérique).
  • repenser la tablette sociale pour contribuer à l’animation de la bibliothèque tiers lieu et favoriser différents niveaux d’engagement;
  • mettre à profit l’effet et le potentiel collaboratif du réseau;
  • évaluer l’offre de service à l’aune de l’impact environnemental et du développement durable;
  • travailler en partenariat avec des organismes intéressés par l’expérimentation technologique, l’innovation ouverte, la mobilité, la littéracie numérique;

LA LISTE

Voici enfin une liste de ressources sélectionnées pour accompagner la réflexion sur les tablettes en bibliothèques.

Usages, services, programmes, outils

Mobilité au Québec : la croissance se poursuit
Les foyers québécois avec enfant(s) plus équipés et plus connectés
Le CEFRIO dévoile le rapport de ce projet d’expérimentation de la tablette numérique auprès d’entrepreneures
New Report Hails Librarians as Drivers of Digital Transition
New Survey Results Show U.S. Students Believe Tablets Are Game Changers in Learning and Student Engagement
Survey: Library Ebook Growth Slowing but Still Substantial
Meet the Tabletarians
Réflexion sur les tablettes en bibliothèques
Utilisation de nouveaux supports numériques en médiathèque
Old-Fashioned Libraries And Handwritten Notes: Learning With Khan Academy’s New iPad App
SLJ Reviews the AWE Tablet: A fast device, delivering blended content to individual students
Generation Tablet: Kids Must Learn to Hack in the Real World
Pilot Project: Three Chicago Public Library Branches Will Begin Lending Internet Routers and Tablets Next Month
Tablet Lending Program | Brooklyn Public Library
Drexel University installs iPad rental vending machine for students, library card holders
Cool Uses of iPads in School Libraries on Pinteres
20 Coolest iPad Ideas for Your Library
NetPublic » Guide de la tablette numérique pour les parents
iPads and Tablets in Libraries
What’s Hot | Library By Design

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mar - 2015 31

15563157851_e5d2dfc474_z

Et si on refaisait le point sur la tablette en bibliothèque? C’est l’objectif de l’article du Library Journal, Meet the Tabletarians, paru au début de l’année 2015. La tablothèque a déjà une histoire : La tablette a été perçue, dès 2010, comme une solution pour révolutionner le service de la référence en libérant les bibliothécaires des chaînes qui les retenaient prisonniers à leur bureau. Mais le poids, la connexion approximative/la lenteur ont rapidement terni ces espoirs. Les tablettes sont retournées de l’autre côté du comptoir- et les bibliothécaires aussi. Incidemment, la présence de ces appareils mobiles au sein du personnel est devenue l’occasion d’expérimenter : Les tablettes ont opéré à la façon d’une technologie de rupture qui aura permis de concevoir d’autres possibilités en termes d’usages et de services. Qu’est-ce que l’on a imaginé depuis autour des tablettes? Quels sont les nouveaux services supportés par les tablothécaires? Plusieurs bibliothèques au Québec et à travers le monde ont intégré cette technologie dans leur programmation notamment comme une stratégie pour favoriser l’effet de tiers lieu. Puis, la technologie s’améliorant peu à peu, on assisterait aujourd’hui au retour en force de la référence nomade.

Ce survol des pratiques et des services impliquant la tablette en bibliothèque a été discuté au sein d’un laboratoire vivant qui se tient dans les bibliothèques de Montréal. D’autres éléments d’informations sur le profil des tablonautes ont été partagés dans un article précédent.

La tablette, un perturbateur technologique

La référence nomade qui s’appuyait sur la tablette n’avait pas convaincue. La lourdeur, le peu d’ergonomie, le manque de connectivité avaient fini par en faire une sorte de tremplin, un prétexte pour raccompagner l’usager vers le bureau de référence plutôt qu’un service mobile autonome. Mais si les tablettes n’ont pas connu le succès escompté dans les allées, elles ont servi, en revenant du côté du personnel, à remettre en question la référence, ainsi que les autres services, et à explorer de nouvelles avenues, comme l’heure du conte avec des applications interactives ou les services hors-les-murs réinventés, par exemple. La tablette a servi de technologie de rupture :

Et tandis que les iPads n’ont pas été très utiles dans les rayonnages, le programme a provoqué toute une série de conversations fondamentales sur le service de la référence sans le bureau de référence …«Le personnel a développé une conscience accrue de l’importance de rejoindre et d’aider les clients là où ceux-ci se trouvent (plutôt que d’obliger les clients à revenir à la réception)», explique Lewis. «À tout le moins, les iPads ont connu un très grand succès comme technologie de rupture qui a suscité de nombreuses discussions sur la prestation de services. »

Après les tâtonnements et les expérimentations, on assiste désormais à une intégration plus stratégique des tablettes qui permet d’améliorer l’efficacité et l’expérience en bibliothèque – en soulignant que cette expérience client doit pouvoir se mesurer à celle des commerces de détail que ce soit une librairie ou un Applestore.

L’essor des tablettes en bibliothèque se décline maintenant à travers un registre assez large de services : accès aux technologies numériques, prêt de tablettes sur place ou en prêt externe, libre-service, utilisation dans les activités et la formation, applications de bibliothèques pour la découverte de contenus exclusifs, applications éducatives (littéracie numérique, emploi, etc.), sélections de livres et de jeux, lecture de livres interactifs à voix haute pour les jeunes, valorisation thématique des ressources, stations de travail, kiosques de iPads pour les actualités, bars à informations à l’aide de tablettes, etc.

Cette tendance prend diverses formes, note Miller. Pour de nombreuses bibliothèques publiques, l’accès aux nouvelles technologies est une partie importante de leur mission, et même si les propriétaires d’une tablette sont à la hausse, les programmes qui prêtent des tablettes ou permettent à leurs clients d’utiliser celles de la bibliothèque sont devenus de plus en plus communs. Les bibliothèques installent les tablettes sur des étagères ou des supports pour servir de points d’aide à la référence pour les clients. Les instructeurs les intègrent dans les programmes et les cours. Et comme avec [BPL], de nombreuses bibliothèques sont à la recherche de moyens susceptibles de permettre au personnel de passer plus de temps avec les clients, le recours aux tablettes pourrait contribuer à répondre à cette demande.

La tablette, une tierce pratique

La tablette fait aussi parties des repères domestiques et des stratégies pour aménager la bibliothèque tiers lieu conçue comme un second chez-soi : «les bibliothèques sont devenues le « troisième espace » pour leurs communautés offrant un endroit loin de la maison et du bureau avec des sièges confortables, des ordinateurs, le wifi.»

D’un point de vue pratique, lorsqu’un usager est confortablement installé à un ordinateur ou une table, la perspective de quitter ses effets ou ses objets de valeur pour demander de l’aide peut s’avérer problématique, et on appréciera la présence des bibliothécaires nomades dans ce contexte.

Et puis, les tablettes ne sont plus ce qu’elles étaient naguère: Elles sont devenues moins lourdes, plus rapides, de moins en moins coûteuses. Elles peuvent être utilisées pour donner accès aux ressources de la bibliothèques, montrer comment emprunter des livres ou pour faire découvrir des sélections d’applications. Les fournisseurs proposent maintenant des solutions mobiles et développent des outils permettant d’emprunter, abonner, éditer un compte d’usager, accepter des paiements pour des amendes, renouveler un prêt ou réserver un document, utiliser des listes et des inventaires en temps réels pour l’élagage, etc.

Il semble aussi plus cohérent de préférer les tablettes à une autre sorte d’interface quand il s’agit d’aider ou d’accompagner un usager considérant qu’il retournera chez lui pour refaire les démarches apprises ou accéder à ces ressources sur des appareils mobiles. Ces pratiques adaptées à celles des usagers favorisent la continuité et la familiarité de l’expérience de même que l’effet de la bibliothèque comme prolongement de la maison.

Une diversité de modèles de services

Différents projets pilotes explorant différents modèles de services sont mis en place aux États-Unis, en France et au Québec.

San Diego public Library, le prêt de masse.  Cette bibliothèque inaugurée récemment est réputée pour son programme technologique innovateur prévoyant plus de trois cents dispositifs mobiles. L’offre mobile comprend le prêt de iPads, iPads mini, Chromebooks, Kindle, et Sony Readers ainsi que des stations de travail (working stations) qui exposent des collections de documents rares,

Hennepin County Library,  une référence pour les projets pilote de tablettes destinés au personnel. Ce réseau a été reconnu comme Top Innovator 2013 par le Urban Libraries Council pour son projet pilote de tablettes conçu dans le but de développer les compétences du personnel. Ce projet a été étendu aux 41 succursales.

Brooklyn Public Library, un leader pour le prêt externe de tablettes. Depuis 2013 la bibliothèque publique de Brooklyn (Brooklyn Public Library, BPL) s’est doté d’un programme de prêt externe gratuit de tablettes avec 1000 Google Nexus 7 pour les enfants, les adultes et les éducateurs de Brooklyn. Ce projet a été rendu possible grâce à un don de Google, de l’État de New York et du Fonds pour les écoles publiques. Les tablettes offrent les applications de la bibliothèque ainsi qu’une sélection orientée sur l’éducation et l’alphabétisation.  Le programme est disponible en ligne avec les informations concernant les conditions du prêt, la politique, une foire aux questions et un tutoriel.

Chicago Public Library annonce le prêt externe de routeurs et de tablettes. Trois bibliothèques du réseau de Chicago ont annoncé le prêt externe de tablettes ainsi que le prêt de routeurs en février dans le but de contribuer à réduire la fracture numérique. »

Le prêt de tablettes en libre-service dans les bibliothèques de Montréal. À l’instar de certaines bibliothèques américaines, on trouve du prêt de tablettes en libre- service dans les bibliothèques de Montréal. Le prêt de liseuses n’a plus la cote auprès des usagers. Les abonnés peuvent emprunter des iPads par le biais du dispositifs de prêts NetSpot en libre-service aux bibliothèques Du Boisé et Pierrefonds , ou au comptoir de services à la bibliothèque Marc-Favreau. Très populaire, le prêt est destiné à une utilisation sur place. Les nouvelles bibliothèques Saul-Bellow (Lachine), et Benny (Notre-Dame-de-Grâce) qui ouvriront  leurs portes cette année prévoient aussi ce service. Ailleurs au Québec, la bibliothèque de Saint-Lambert est un autre exemple.

Le prêt de tablettes externe se retrouvent essentiellement dans les bibliothèques universitaires québécoises. Note : À l’université de Montréal on peut voir en ligne la disponibilité des tablettes.

Ailleurs au Canada, on semble plutôt orienté vers le prêt de portables que de tablettes. À Edmonton, le prêt de Chromebook est disponible  à l’intérieur de la bibliothèque pour la journée.

En France, une carte présente les établissements qui prêtent des lieuses et des tablettes : https://www.google.com/maps/d/edit?mid=zNsEEEK68_-I.khelhmAlzdNU

À confirmer, il s’agirait essentiellement de prêt sur place. Dans cette veine, les bibliothèques de Paris annonçaient le prêt de 250 iPads en  juin 2014. Des listes de bibliothèques engagées dans ce modèle de services sont recensées sur Bibliopedia (une mise à jour serait requise). Ce Storify documente le contexte des  bibliothèques françaises où les appareils mobiles semblent susciter beaucoup d’enthousiasme.

Tablette 101

Aujourd’hui, les initiations à l’utilisation des tablettes font généralement partie des cours de base des bibliothèques aux États-Unis, au Canada et en Europe. C’est bien connu que les grande villes canadiennes (Toronto, Vancouver, Edmonton) sont très fortes en matière de littéracie numérique : la quantité et la qualité des ateliers y est affolante (insane). Du côté de Halifax, où se trouve la nouvelle bibliothèque dont tout le monde parle, on propose la formation 1:1 en invitant les gens à se présenter pour des séances personnalisées sur les liseuses et les tablettes. Un guide d’introduction à la tablette (Hello iPad en format pdf) est aussi accessible en ligne pour les autodidactes débutants.

Mais, au Québec, même la bibliothèque de Saint-Tite, à travers le réseau Biblio, a ses ateliers sur les tablettes (Android ou iPad, mais c’est payant), pendant que la bibliothèque de Saint-Jean-sur-le-Richelieu vante la qualité de ses propres formations sur le sujet.

La bibliothèque d’Outremont s’apprête à offrir une formation gratuite : iPad pour les aînés d’une durée de10 semaines, les mercredis matins, en partenariat avec le Centre d’éducation des adultes. Les tablettes sont fournies.

Et l’applithécaire ?

Le développement de collections, traditionnellement orienté sur le livre, puis sur les autres types de documents (musique, films, jeu, etc.) se renouvelle encore à travers le développement de collections d’applications. Cette fonction introduisant un nouveau profil, celui de l’applithécaire (hum).

On peut voir un exemple intéressant d’une démarche de sélection d’applications du côté de la bibliothèque du MIT.

Si vous connaissez des projets pilote autour des appareils mobiles au Québec ou ailleurs, dans le milieu des bibliothèques ou de l’éducation, n’hésitez pas à alimenter ce survol.

Dans un troisième article, des scénarios de développement de services en fonction des publics seront présentés, avec une liste de ressources. 

Source : Flickr Sascha Müsse, cc-by-sa

 

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2013 22

Newcastle City Library - Returns

  1. L’impact de l’automatisation des prêts et des retours sur l’organisation du travail et sur les services dans les bibliothèques (mémoire d’étude, janvier 2013). « L’automatisation des prêts-retours est susceptible d’entraîner des conséquences sur l’organisation du travail, de même que sur le développement, la création ou la requalification de services dans les bibliothèques. Ce travail s’efforce d’analyser les résultats de ces processus, et de repérer les choix stratégiques effectués par les établissements. « 
  2. Construire la médiathèque… avec les habitants. Dans le cadre d’un laboratoire d’innovation public, les habitants de Lezoux en France, ont participé avec des designers, à imaginer leur future médiathèque. Résultat : une proposition intéressante de configuration de l’espace et un plan d’usage pour la future médiathèque intercommunale de Lezoux.
  3. Lodi Library to offer laptops for members to take home. Aux États-Unis, des bibliothèques publiques ont commencé à offrir, à leurs usagers, le service de prêt à domicile d’ordinateurs portables. L’exemple de Lodi Public Library fait partie d’un projet pilote pour distribuer 1000 ordinateurs à travers l’État de la Californie. Le service vise principalement les personnes qui n’ont pas d’ordinateurs à la maison.
  4. Meadows Community Recreation Centre & Edmonton Public Library. Un nouveau centre de loisirs et bibliothèque ouvrira ses portes à Edmonton, en Alberta, en 2014. Il comprendra un centre aquatique, un gymnase, un centre de conditionnement physique, un aréna et une bibliothèque.
  5. Coworking at the Public Library. Le concept de Coworking, son intégration et ses avantages pour les bibliothèques publiques.

Photo : chutes intelligentes – Newcastle City Library, par ricaird, source : Flickr, licence : cc by-nc 2.0

Pour aller plus loin :

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
jan - 2013 28

Brooklyn2

  1. Announcing: The Shelby White & Leon Levy Information Commons at Brooklyn Public Library. Brooklyn Public library (New-York) vient d’ouvrir un nouvel espace, “Information Commons”, son carrefour d’apprentissage. Un espace axé sur la formation et la technologie, qui offre des classes publiques et des ateliers, des espaces de rencontre, un laboratoire de formation, un laboratoire de création numérique, plusieurs salles de travail à réserver et un studio d’enregistrement audio/vidéo.
  2. Un distributeur de MacBook Pro gratuits dans une université. « Cette borne propose aux étudiants des ordinateurs en libre-service et équipés de nombreux logiciels. Leur utilisation est limitée à 5 heures par personne (5$ par demi-heure supplémentaire). L’étudiant peut accéder à ce service grâce à une carte magnétique fournie gratuitement par l’université. »
  3. La première bibliothèque publique sans livres aux États-Unis ouvrira bientôt au Texas. Une première bibliothèque sans livres verra le jour à San Antonio au Texas. Elle offrira à ses usagers des liseuses électroniques avec des livres déjà chargés pour le prêt et des espaces de lecture et de travail équipés d’ordinateurs.
  4. Bibliothèque du secteur Ouest (Ottawa). Une nouvelle succursale verra le jour en 2014 à Ottawa. Le site web présente divers documents sur l’avancement du projet. Une Présentation Powerpoint de la consultation publique pré-conception de cette future succursale est disponible sur le site.
  5. Take the Library to the People ! Des projets inspirants de bibliothèques à travers le monde qui se déplacent pour rejoindre de nouveaux usagers : la bibliothèque de l’aéroport de Schiphol à Amsterdam, les bibliothèques de plage, une bibliothèque dans une station de métro aux Pays-Bas, « Movable library »à Taiwan, lecture au marché au Pérou, Biblio-vélo au Brésil, Uni Project à New York, etc.
  6. What should a library look like in 2013? Answer: ‘Open’. Des spécialistes donnent leurs avis sur ce que devrait être une bibliothèque en 2013.

Photo : Brooklyn Public Library (New York) par Paul Lowry. Source: Flickr, licence : cc by 2.0

oct - 2012 24

Social Media Information Overload

La veille, c’est quoi et pourquoi ?

Effectuer une veille régulière sur son environnement immédiat est le rêve de toute organisation, ces dernières justifient souvent leur incapacité à faire de la veille par le manque de ressources, de moyens et de temps.

Bien qu’elles soient conscientes de l’importance de la veille, peu d’organisations investissent dans un système de veille structuré et formel.

Comme le souligne bien Humbert LESCA, l’un des grands spécialistes de la veille, « s’il est naturel de s’interroger sur les coûts engendrés par la veille stratégique, il est tout aussi vital de s’interroger sur les coûts de la « non veille stratégique ».

Nous vivons dans un monde en constante évolution, marqué par l’incertitude, les mutations sociales, technologiques, politiques, économiques, etc. Personne n’avait prédit l’apparition et le succès planétaire des médias sociaux comme Facebook ou Twitter, ni leur immense pouvoir et nous ne savons pas quelle sera la prochaine révolution.

Dans un tel contexte, la veille est une nécessité, un impératif pour toute organisation qui veut assurer sa pérennité. Elle nous permet d’anticiper le changement, de repérer les opportunités et de détecter les menaces.

Nous avons besoin de « scanner », d’observer et de surveiller continuellement notre environnement immédiat : politique, économique, social, culturel, technologique, etc. d’identifier les pratiques innovantes, les tendances émergentes, de s’inspirer, d’évoluer et d’innover. La veille est aussi un outil d’aide à la décision, elle consiste à «Donner la bonne information à la bonne personne, au bon moment, pour prendre la bonne décision» Michael E. Porter.

François Jakobiak définit la veille comme « l’observation et l’analyse de l’environnement suivies de la diffusion bien ciblée des informations sélectionnées et traitées, utiles à la prise de décision stratégique ».

Plusieurs personnes ou organisations affirment faire de la veille, mais en fait, elles font juste de la recherche d’information, car la veille est un processus intellectuel qui va au-delà de la collecte d’information. La veille n’a de valeur que si l’information brute collectée est enrichie par des analyses et des synthèses puis diffusée et capitalisée dans le but d’alimenter et d’optimiser la prise de décision. L’absence de cette étape clé de traitement et d’enrichissement est capable de faire échouer tout processus de veille.

Pour réussir son projet de veille, il est essentiel de définir ses besoins, ses objectifs et ses priorités : pourquoi on veut faire de la veille ? Pour qui ? Pour quel usage ? Sous quelles formes ? La définition des besoins et des objectifs nous amène par la suite à identifier nos axes de veille, les thèmes et sous thèmes à surveiller, pour éviter de tomber dans l’infobésité et se concentrer sur nos objectifs. Avec la masse d’information produite à tous les jours, il est difficile d’être exhaustif et de couvrir tout ce qui est publié. Il faut prioriser, pour faciliter le travail de sélection, d’organisation et de stockage par la suite. Vouloir tout répertorier peut nous éloigner de nos objectifs initiaux et de nos priorités.

Une fois les axes de veille identifiés, l’étape suivante consiste à identifier les sources d’information les plus pertinentes pour chacun des axes.

Cycle de la veille

Pour une veille structurée et à valeur ajoutée, il est important de respecter les étapes suivantes :

  1. La collecte de l’information : la collecte se fait via les flux RSS, les alertes et des outils comme Google Actualités et Google News, les requêtes dans les principaux moteurs de recherche, les médias sociaux de type « professionnel » comme Twitter ou Linkedin. Lorsque le nombre de flux RSS est important, il est nécessaire d’avoir recours à un lecteur de flux comme Google Reader ou à un agrégateur comme Netvibes. Il est également important à cette étape de considérer le web invisible ou le web profond, qui comprend tout ce qui n’est pas facilement accessible via les moteurs de recherche classiques : bases de données commerciales, les sites internet ayant un moteur de recherche interne, etc. Le web invisible est beaucoup plus important, en termes de quantité, mais aussi de qualité, que le web visible, le  web de surface. Cette étape comprend également le tri, l’organisation et le stockage des informations collectées. Des outils de gestion de favoris comme Delicious sont tout à fait pertinents pour cette étape. Ils nous offrent la possibilité d’organiser nos favoris par « tag » ou mot-clé et de générer des listes dynamiques ou des webographies à partir de chacun des mots-clés attribués.
  2. L’analyse et le traitement : cette étape est cruciale et  consiste à transformer et à enrichir les informations brutes collectées, c’est la valeur ajoutée de la veille, de tirer profit de la masse d’information collectée. Elle consiste à analyser et à synthétiser l’information brute, à la rendre exploitable pour la prise de décision. Elle peut prendre la forme d’un dossier, d’un rapport, d’une synthèse ou tout simplement d’une liste de ressources organisées par thème et sous thèmes.
  3. La diffusion : consiste à transmettre et à partager les résultats de la veille. La diffusion doit être faite de façon régulière. Pour cela, il existe différentes formes ou produits de la veille : bulletins de veille, infolettres, billets de blogue, etc. L’intérêt de la veille réside dans le partage, faire profiter le maximum de personnes des résultats de la veille.
  4. La capitalisation : cette étape permet d’apprécier et de valoriser tout le processus de veille et particulièrement les résultats de la veille, c’est l’étape la plus longue, elle se fait progressivement et peut se traduire par la constitution d’une base de connaissances avec des outils comme les wikis. Capitaliser le savoir, les connaissances et les expertises est un travail de longue haleine, un processus complexe et exige une volonté collective de partage et de transfert des connaissances. Il s’agit du capital immatériel, des connaissances tacites. C’est une compétence « humaine » car il n’y a aucune technologie en ce moment qui permet d’extraire automatiquement les connaissances tacites et de les formaliser de façon matérielle, sur un support. La gestion des connaissances est donc un aspect important à considérer dans tout processus de veille.

L’évaluation de tout le processus de veille par rapport aux objectifs et besoins initiaux est également une étape importante. Elle permet de se réajuster, d’évoluer parce que les besoins, les sources d’information, les outils et la technologie évoluent constamment. On peut se servir des tableaux de bord pour réaliser cette étape. L’évaluation passe également par l’obtention de l’avis, la rétroaction du public cible de la veille, en comparant les réalisations de la veille aux besoins réels des équipes et en s’assurant de leur concordance.

Veille et innovation

Il y a un lien important à faire entre la veille et l’innovation. L’innovation (et non l’invention) vient souvent en s’inspirant des autres, de leurs expériences, des meilleures pratiques pour créer quelque chose de nouveau, améliorer un processus, un produit, un service, etc. Il ne peut pas y avoir d’innovation sans un système de veille structuré et efficace.

Olivier Soula, dans son article sur le rôle de la veille dans une démarche d’innovation cite l’approche du « degré d’originalité » développée par de D. Peltz et F. Munson, selon laquelle l’innovation passe également par l’adaptation et l’emprunt et non pas seulement par « l’origination ».  Selon l’auteur, « l’approche distingue l’innovation selon trois « degrés d’originalité » :

  1. L’«origination » : l’organisation développe une solution originale et inédite qui ne dépend en rien d’apport extérieur.
  2. L’adaptation : l’organisation adapte à sa propre situation une solution déjà connue.
  3. L’emprunt : l’organisation met en œuvre des solutions bien rodées qui nécessitent peu de changement dans le contenu de l’innovation. »

Pour explorer davantage le lien entre veille et innovation, voici une suggestion d’articles sur le sujet :

Rôle et limites de la technologie

Le web, est spécialement le web 2.0 a bouleversé les méthodes et les processus de veille. L’étape de la collecte de l’information est automatisée grâce aux alertes, aux flux RSS, aux agrégateurs et autres outils. Mais le travail de sélection, d’organisation, de synthèse et d’analyse est un travail intellectuel qui repose essentiellement sur des compétences humaines et aucun outil ou technologie ne peut remplacer ces compétences. L’humain est au cœur de toute stratégie de veille. C’est lui qui attribue de la valeur à l’information, en l’interprétant, l’analysant et la synthétisant, en la rendant exploitable pour la prise de décision.

Réussir la veille c’est éviter d’improviser, respecter toutes les étapes du cycle de la veille et aller au-delà de la collecte d’information.

L’étape de la réflexion est cruciale : une bonne analyse des besoins et une définition des objectifs est un gage de réussite de tout projet de veille. Improviser cette étape peut conduire à l’échec de tout le processus.

Une organisation innovante et intelligente est une organisation qui valorise ses ressources informationnelles et capitalise le savoir et les expertises de ses équipes, qui pratique une veille organisée, structurée et non une veille improvisée. La veille en tant qu’outil d’aide à la décision permet de fournir les informations pertinentes, de documenter la prise de décision et toute décision doit faire appel à la veille.

Pour aller plus loin

Photo: Information Overload, source: Flickr, galerie de Intersection Consulting, licence : CC BY-NC 2.0

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2012 04

On vous invite à relire la 1ère partie, 2e partie et 3e partie.

Et les catalogueurs eux ?

Il faut toutefois donner raison à M.Gorman dans un sens. Pour les catalogueurs on ne peut minimiser les impacts : il s’agit là d’un changement dramatique d’avec les anciennes façons de cataloguer :

  • Étonnamment une nouvelle «notice» selon les RDA peut être relativement semblable à l’ancienne à la condition de garder le même format d’encodage (MARC) et le même ISBD MAIS pour y arriver le chemin sera radicalement différent car :
  • La terminologie FRBR est totalement différente.
  • Certaines notions ne sont pas simples à définir et à distinguer : l’entité Expression par exemple ou le point exact où une première «œuvre» peut devenir une 2e «œuvre» et non pas une expression, etc.
  • La structure du code ne présente aucune ressemblance avec celle des AACR2 : les chapitres ne sont plus basés sur les formats et ensuite divisés en grandes zones ISBD mais sont basés sur les éléments de description (attributs) pour chaque entité FRBR. Les indications sur les formats sont toutes énumérées à l’intérieur de chaque chapitre selon l’entité décrite (voir plus bas).
  • RDA contient 10 sections, 27 chapitres et 13 annexes ; la table des matières à elle seule compte 113 pages et le texte complet, 1 754 pages !! C’est essentiellement un outil «online».
  • Les «attributs» sont présentés en blocs et exemples distincts sans la structure ISBD qui enchâssait les éléments de description les uns aux autres.
  • Comme l’indique très bien Mme Chris Oliver, «le modèle FRBR modifie l’objectif du processus du catalogage. L’objectif n’est plus fixé sur le catalogueur qui crée une seule notice, mais plutôt sur l‘utilisateur qui cherche la notice dans un contexte d’un vaste catalogue ou d’une vaste base de données»[i]. Voilà tout un programme pour nous les catalogueurs !!

Comparons simplement la structure des 2 codes pour «apprécier» le changement radical de l’approche :

STRUCTURE AACR2

Partie 1 – Description

  1. Généralités
  2. Livres, brochures et feuilles imprimées
  3. Documents cartographiques
  4. Manuscrits
  5. Imprimés musicaux
  6. Enregistrements sonores
  7. Films cinématographiques et enregistrements vidéo
  8. Documents iconiques
  9. Ressources électroniques
  10. Artéfacts et échantillons en 3 dimensions
  11. Microformes
  12. Ressources continues
  13. Analyse

Partie 2 – Vedettes, titres uniformes et renvois

  1. Choix des accès à la description des documents
  2. Vedettes de personne
  3. Vedettes géographiques
  4. Vedettes de collectivité
  5. Titres uniformes
  6. Renvois

STRUCTURE RDA

ATTRIBUTS

Section 1. Attributs des manifestations et des items

Section 2. Attributs des œuvres et des expressions

Section 3. Attributs des personnes, familles et collectivités

Section 4. Attributs des concepts, objets, événements et lieux

RELATIONS

Section 5. Relations primaires entre œuvre, expression, manifestation et item

Section 6. Relations aux personnes, familles et collectivités associées à        une ressource.

Section 7. Relations aux concepts, objets, événements et lieux

Section 8. Relations entre œuvres, expressions, manifestations et items.

Section 9. Relations entre personnes, familles et collectivités

Section 10. Relations entre concepts, objets, événements et lieux

Ce qui saute aux yeux (et qui est «troublant» pour tout catalogueur) est le fait que la structure de la nouvelle norme  n’est plus divisée en genres de documents bien distincts mais plutôt en attributs et relations !! Le but poursuivi est «to simplify the cataloguing process. Rather than provide a number of specialized chapters that deal with particular categories of materials RDA will attempt to present a single set of instructions capable of describing any type of information resource. It will no longer matter if the resource is a book, a podcast or some as yet to be invented information resource. RDA will provide the necessary guidelines and instructions to record the attributes and relationships that represent the content of the information resource».[ii]

De plus toute la terminologie habituelle change. Ainsi on ne parle plus :

  • de vedette mais de point d’accès autorisé pour une oeuvre
  • de recueil mais de compilation
  • de renvoi mais de variante de nom
  • de titre uniforme mais de point d’accès autorisé pour une œuvre ou une expression
  • de vedette secondaire mais de variante de point d’accès
  • de vedette principale mais de point d’accès préféré
  • d’inscrire un ISBN mais d’inscrire un identificateur de la manifestation

Autre changement significatif : les RDA remplacent les IGGD (Indication Générale du Genre de Document qui sont les mentions entre parenthèses à la fin du titre comme [enregistrement sonore]) et les classes de documents par un nouveau cadre qui comporte trois éléments : type de contenu, type de média et type de support. «L’information que les IGGD communiquaient était de l’information utile. De plus, la visibilité des IGGD agissait comme un signe d’avertissement précoce pour aider l’utilisateur à distinguer les ressources les plus appropriées. Le problème avec les IGGD était l’incohérence de la catégorisation»[iii] puisqu’on y mêle les types de média (ex. : [microforme]) avec les types de contenus (ex. : [musique]). Le codage des 3 nouveaux éléments est déjà prévu en MARC 21 sous les nouvelles zones 336 (Type de contenu), 337 (Type de média) et 338 (Type de support). Cela permettra une granularité rendue nécessaire par le besoin de bien distinguer les contenus des supports et de les attribuer aux bons types d’entité. L’étude exhaustive de Chris Oliver (citée plus haut) sur la description des ressources de différents formats dans RDA donne un éclairage très lumineux sur ce problème particulier.

Pour nous aider à faire la transition, l’organisme responsable de la mise en œuvre des RDA, le Joint Steering Committee for Development of RDA (JSC)

(constitué de représentants du Comité canadien de catalogage, de l’American Library Association, du Chartered Institute of Library and Information Professionals (Royaume-Uni), de l’Australian Committee on Cataloguing, de la British Library et de la Library of Congress) offre la possibilité (moyennant «quelques» $$$) d’utiliser le RDA Toolkit.

Cette boîte à outils offre les instructions RDA en ligne avec une multitude de liens, des diagrammes de flux, des exemples de notices en AACR2 vs RDA, le texte complet des AACR2 en lien avec les RDA, etc.

C’est pour quand ?

La Library of Congress a annoncé officiellement qu’elle allait implanter et utiliser RDA à partir du 31 mars 2013. Les autres bibliothèques nationales impliquées dans le projet (Canada, Grande-Bretagne, Allemagne et Australie) feront de même vers la même date. Bibliothèques et Archives nationales du Québec prévoit implanter la norme RDA au courant de 2013. Bien sûr une traduction française est en cours et devra être terminée avant l’utilisation de la nouvelle norme.

De plus, «afin de permettre la création et l’échange de données RDA, les fournisseurs de systèmes intégrés de gestion de bibliothèque devront d’abord apporter des changements à la structure MARC 21 de leur catalogue. Les index devront également être modifiés afin de permettre la recherche et éventuellement l’affichage des nouveaux éléments de données.

À terme, les catalogues d’accès public seront aussi amenés à évoluer afin de tirer pleinement profit des données créées au moyen de la norme RDA et d’offrir aux utilisateurs une présentation plus intégrée des données.

En général, la conversion des notices existantes ne sera pas nécessaire puisque les notices créées au moyen de la norme RDA pourront cohabiter avec les notices créées selon le RCAA2.»[iv]

Le défi est de taille : il faut mettre en conjonction tous les éléments impliqués (les fournisseurs de systèmes, les outils de travail, les nouveaux concepts, les anciens catalogues, le format de présentation, les techniciens en documentation et les bibliothécaires, etc.) afin d’offrir un produit qui sera une véritable amélioration par rapport à ce qui existe présentement. Les questions sont présentement nombreuses, à commencer par celle fondamentale : ça devrait aller pour la description (les attributs) des entités bibliographiques (moyennant une sérieuse gymnastique intellectuelle J) mais pour bien établir les relations DANS les notices OU entre les notices à venir afin de tirer profit de ce riche cadre théorique et l’illustrer de façon conviviale dans les nouveaux OPAC, voilà où les réponses sont présentement partielles et à venir …


[i] Oliver, Chris. FRBR et RDA : Progrès dans la description des ressources de divers formats, Mars 2009, p.107 http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/005002/f2/005002-2200-f.pdf

[ii] Knight, Tim. Cataloguing rules! The road to RDA. p.4.

http://pi.library.yorku.ca/dspace/bitstream/handle/10315/2550/RDA_TALL_2009_final.pdf?sequence=1

[iii] Oliver, Chris. FRBR et RDA : Progrès dans la description des ressources de divers formats, Mars 2009, p.63. http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/005002/f2/005002-2200-f.pdf

[iv] Service Québécois de Traitement Documentaire. RDA-Questions et réponseshttp://sqtd.banq.qc.ca/faq/faq-rda.dot

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2012 03

(Voir la 1ère et 2e partie)

Peut-on dès maintenant appliquer les «bienfaits» de ce modèle relationnel dans les catalogues de nos bibliothèques ?

OCLC a rapidement sauté dans le train qui se mettait en marche : de nombreuses études et des projets pilotes sur leur propre base de données ont pavé la voie. Leur catalogue WorldCat en est un exemple partiel. Leur approche consiste à regrouper dynamiquement les notices d’une même oeuvre selon des algorithmes basés sur les ISBN: par exemple le FictionFinder est un prototype qui illustre bien l’application des principes des FRBR pour aggréger l’information bibliographique au niveau des manifestations. Dans ce projet les «records are clustered into works using the OCLC FRBR Work-Set Algorithm. The algorithm collects bibliographic records into groups based on author and title information from bibliographic and authority records. Author names and titles are normalized to construct a key. All records with the same key are grouped together in a work set»[i]. Ce projet est toutefois présentement en «rénovation». L’expérience d’OCLC dans ce domaine leur permet de proposer aux bibliothèques un service Web appelé xISBN (qui utilise l’algorithme développé) et qui permettra aux bibliothèques de faire automatiquement les liens dans leur propre catalogue.

La Library of Congress a également conçu un outil permettant un regroupement des notices bibliographiques au niveau de l’œuvre et de l’expression. En effet, le FRBR Display Tool «sorts and arranges bibliographic records using the FRBR model. It then generates useful hierarchical displays of these record sets containing works that consist of multiple expressions and manifestations …the tool is very flexible …written in XSLT»[ii]

    Exemple dans FictionFinder

FictionFinder

Une autre approche intéressante est celle des Bibliothèques de l’Université catholique de Louvain qui offrent un très joli exemple des possibilités d’utilisation des FRBR : on y distingue clairement les niveaux des 4 entités bibliographiques du groupe 1 inter-reliées:

Exemple-FRBR-Bibliotheques-Universite-catholique-Louvain

Ce sont là 2 exemples de FRBRisation (on prononce F R Brisation) i.e. le processus pour rechercher et dégager les entités FRBR à partir des notices cataloguées antérieurement et encodées selon d’autres schémas d’encodage, dans le cas qui nous occupe les notices cataloguées en AACR2 et encodées en MARC 21. Cette application demeure partielle mais dans la mesure où les données seront éventuellement enregistrées conformément à RDA, les résultats devraient être prometteurs.

On pourrait même évoquer la possibilité de placer des réservations pour les usagers au niveau de l’expression plutôt que de la manifestation comme maintenant : le titre voulu (peu importe l’édition) pourrait être obtenu beaucoup plus rapidement!!

On peut toutefois se demander, avec justesse, comme certains l’ont soulevé, si ce nouveau modèle n’est pas trop «performant» : le modèle semble très satisfaisant pour les oeuvres abondamment déclinées/éditées …mais excessivement détaillé pour les autres … auxquelles il peut néanmoins s’appliquer !! Ainsi les œuvres de fiction (surtout les «classiques») et les œuvres musicales profiteront pleinement des possibilités du modèle mais la majorité des titres, beaucoup moins. Comme dans tous les domaines, le principe de Pareto (ou la loi des 80/20) s’appliquera !! En effet, selon un estimé de Worldcat sur leur propre base de données de 40 millions de titres, environ 80% des notices bibliographiques n’ont qu’une seule manifestation par «œuvre» . Ce qui n’empêchera naturellement pas de profiter des autres avantages du nouveau code tels que décrits plus haut …

Certains prétendent même que  «RDA (are) the coming cataloguing debacle» !! En effet selon M. Michael Gorman, «this is the witche’s brew of ignorance, neophilia, and the exaltation of theory over practice that given birth to the draft Resource Description and Access». Selon M. Gorman, il n’existe aucune raison d’abandonner la structure des chapitres des AACR2 selon les différents genres de document et de ne plus utiliser systématiquement les ISBD qui sont acceptées à travers le monde. De plus, à son sens, les RDA sont un désastre éditorial et les instructions de cette norme «display a massive confusion». Et c’est signé M. Michael Gorman, University Librarian Emeritus, First editor, Anglo-American Cataloguing Rules, Second Edition 1978-1988.

Demain, dans la dernière partie : Les catalogueurs et les RDA.


[i] OCLC. FictionFinder : A FRBR-based prototype for fiction in WorldCat. http://www.oclc.org/research/activities/fictionfinder/default.htm

[ii]Library of Congress. Network Development and MARC standards Office. FRBR Display Tool Version  2.0. http://www.loc.gov/marc/marc-functional-analysis/tool.html

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :