mai - 2011 12

Couverture de La constellation du LynxLouis Hamelin, qui a remporté le Prix des libraires du Québec 2011, viendra rencontrer les lecteurs à la bibliothèque Langelier le mardi 17 mai à 19 h.

Louis Hamelin, auteur du livre La constellation du Lynx (Boréal) a reçu le Prix des libraires du Québec 2011, le 9 mai dernier. Il sera présent le mardi 17 mai à 19 h, à la Bibliothèque Langelier, pour une rencontre d’une heure, avec l’animatrice Manon Trépanier de l’émission La Librairie francophone, sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada. L’entrée est gratuite mais il est préférable de s’inscrire. C’est une invitation à venir rencontrer un écrivain québécois marquant de sa génération qui est lancée à tous. Faites circuler dans vos réseaux !

Louis Hamelin a commenté cette nouvelle en ces termes : « Avoir été distingué, dans ce contexte, par un jury dont les membres sont ceux-là même qui sont chargés d’administrer, au quotidien, ce déploiement de la diversité et de l’invention humaine auquel le monde du livre donne forme, représente évidemment un honneur considérable. Un honneur qu’il convient, je crois, d’accepter avec autant de gratitude que de modestie. Un dur travail, rempli de joie. Une fois qu’on a dit cela, et ajouté : semé de doutes, on a peut-être dit le plus important sur la littérature. Le reste, c’est des œuvres, des chemins dans la langue : qui m’aime me suive, qui me suive m’aime, éclairés ou non par des récompenses. »

La bibliothèque Langelier est située au 6473, rue Sherbrooke Est, à proximité du métro Langelier. Renseignement: 514 872-2640.

En collaboration avec Catherine Piazzon.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mai - 2011 04

1. American Libraries: Perpetual Beta. Awesone 3D printing video -> Cette vidéo explique l’importance de l’impression 3D dans la perspective des bibliothèques publiques.

2. Actualitté. Le Prix des libraires du Québec 2011-> La remise du Prix des libraires du Québec aura lieu le lundi 9 mai 2011 en présence des finalistes au Lion d’Or.

3. Infobourg. L’imaginaire à la découverte du monde à la Semaine canadienne TD du livre jeunesse 2011 -> Librairies, bibliothèques et écoles accueillent plus de 50 000 enfants, adolescents et adultes qui participent à des activités organisées par le Centre canadien du livre jeunesse dans le cadre de la Semaine canadienne TD du livre jeunesse du samedi 30 avril au samedi 7 mai 2011.

4. Le blogue de Biblio-Web. Le Canada est au 8e rang mondial au classement des pays à la pointe des TIC -> Le rapport du Forum Économique Mondial (Genève) situe le Canada au 8e rang mondial dans le développement des TIC dans le monde.

5. Infobourg. Le taux de décrochage alarmant pour les Autochtones québécois : Institut C.D. Howe -> « En comparant les résultats scolaires au sein des groupes d’identité autochtone avec les résultats obtenus par les autres Québécois, et l’ensemble des Canadiens, Richards conclue que les résultats scolaires des Autochtones de la province sont en deçà de la moyenne nationale, qui est elle-même dramatiquement basse. »

6. Agnostic May Be. TEDucation: 5 TED Talks Librarians Should Watch (and Why) -> Une sélection de 5 conférences sur TEd Talks (documents vidéos) que devraient visionner les bibliothécaires selon cet auteur. Excellent.

7. iLibrarian. ACRL 2011 Conference Papers Online -> Une sélection des meilleures communications présentées dans le cadre de l’ACRL 2011 (Association of College and Research Libraries, Etats-Unis, avril 2011)

8. Actualitté. Sexcapades sur sites pornos en bibliothèque, c’est cadeau -> S’appuyant sur un article du National Post au sujet des bibliothèques publiques américaines, on rapporte que le visionnement de la pornographie est protégé par le premier amendement. Cette position est aussi discuté ici.

9. Actualitté. Le piratage des ebooks, une source inattendue de bénéfices pour les éditeurs -> Le rapport de l’association américaine des éditeurs (American Association of Publishers) annonce que la vente de livres numériques a dépassé, au mois de février aux États-Unis, la vente des livres de poches et beaux livres physiques entraînant des bénéfices du côté de ces derniers.

10. L’actu des ebooks. La chaîne du livre à l’heure du numérique : explications -> Une présentation remarquable par Hubert Guillaud.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 28

Capture d'écran du billet What libraries are for?

Si nous n’avions qu’un seul billet à vous recommander cette semaine, ce serait What libraries are for?, écrit par Hugh McGuire et paru sur le blogue In the library with the lead pipe le 20 avril dernier.

Dans ce billet, l’auteur postule que lorsque le livre numérique deviendra le média dominant pour la lecture de divertissement, les bibliothèques communautaires et publiques, dont la principale fonction actuelle est de prêter gratuitement (ou presque gratuitement) des imprimés, feront face à une crise existentielle majeure. Afin de faire face à cette crise, McGuire avance que les bibliothèques devront modifier leurs moyens (pratiques et services) en fonction des raisons motivant leur existence plutôt que de se définir par ces moyens.

L’auteur rappelle que le développement de nos institutions actuelles s’est fait alors que l’information était relativement rare ou difficile à obtenir, et que les bibliothèques se sont définies par la fonction de base répondant aux besoins de cet écosystème informationnel, en assumant principalement un rôle de distribution de l’information.

Après avoir révisé les raisons motivant l’existence des bibliothèques, l’auteur discute des principaux changements à l’écosystème informationnel de l’ère du numérique, alors que l’information est de plus en plus abondante et accessible, et anticipe de quelle façon les bibliothèques devraient s’adapter à ces changements pour conserver leur pertinence.

***
Le billet sélectionné cette semaine vous a plu ou vous souhaitez réagir à cette recommandation? N’hésitez pas à le faire ci-dessous.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 21

Capture d'écran du billet What books will become?

Si nous n’avions à vous recommander la lecture d’un seul billet cette semaine, ce serait Que vont devenir les livres? , la traduction d’Hubert Guillaud du billet de Kevin Kelly What books will become?

Selon Kevin Kelly, dans le passé, les livres ont été définis par « toute chose imprimée entre deux couvertures ». Avec l’avènement du numérique, cependant, les livres se dissocient de leur forme physique pour laisser place à leur structure conceptuelle et à leurs textes « uni[s] par un thème en une expérience qui prend un certain temps ». Que devient le livre dans l’univers numérique, et notamment sur le Web, où l’on retrouve « des pièces diverses vaguement disjointes » et où l’attention a tendance à se dissoudre?

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 18

Couverture du livre Le violoncelliste de Sarajevo, de Steven Galloway

Le jury du Club des Irrésistibles a dévoilé son prix littéraire 2011 à la bibliothèque Robert-Bourassa de l’arrondissement Outremont, ce lundi 18 avril.

Des cinq oeuvres en lice, c’est Le violoncelliste de Sarajevo de Steven Galloway qui remporte la palme.

Laissons la parole à un des membres du Club qui a bien résumé l’esprit et la force de l’oeuvre en question dans le commentaire qu’il publiait sur le blogue des Irrésistibles en juillet 2010.

Un livre de mémoire. Un livre magnifique malgré l’horreur de l’histoire. Malheureusement, elle est vraie. Galloway nous raconte le quotidien de trois personnages dans la ville assiégée de Sarajevo : Dragan, celui qui cherche le pain ; Keanan qui cherche l’eau ; Flèche, la sniper, qui cherche ses cibles. Et puis, bien sûr, il y a le violoncelliste. Même si ces personnages vivent l’horreur, ça ne les empêche pas de penser, d’aimer, de vivre d’espoir. Mais il y a aussi les peurs, les lâchetés, les culs-de-sac de la vie. Et la mort omniprésente à chaque seconde. En lisant ce livre, je me disais : « Et si Montréal devenait un jour ce Sarajevo ? Serions-nous différents de ces personnages ? » J’en doute. Ce roman n’est pas sans nous rappeler le magnifique film de Roman Polanski, Le Pianiste.

Le Club des Irrésistibles a vu le jour en mai 2007 sous l’impulsion de l’infatigable et sympathique Marie-Anne Poggi, animatrice culturelle à la bibliothèque Robert-Bourassa. Marie-Anne anime 19 clubs de lecture dans 10 bibliothèques différentes de la grande région métropolitaine de Montréal.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 15

Est-ce que j’ai bien vu? Une nouvelle identité visuelle et une nouvelle interface pour Espace B?

Oui!

C’est donc le temps de revenir envahir ce petit gemme de blogue par de multiples propos ludiques! Ce mois-ci, je vous propose des jeux qui touchent à tout le spectre des jeux en ligne: éducatif, coopératif et même bibiothéconomique.

À vos claviers!

Les jeux du mois – Avril 2011
Le jeu du mois :
Water Girl and Fire Boy
(anglais)
Écran du jeu Fire-Boy-and-Water-Girl_1 C’est durant les Jeux de Montréal que les jeunes m’ont fait découvrir ce jeu. Sa particularité : c’est un jeu axé sur la coopération qui ne se joue qu’à 2 joueurs. Parfait pour les activités de groupe en bibliothèque!
Jeu artistique
1. Click the Square
2. Inudge
Écran du jeu Inudge Deux petits bijoux qui ne cessent de m’impressionner. Créer une musique en cliquant sur les cases: c’est accessible, sympathique et bien fait.
Jeu sérieux (France) Démo de StarBank Écran du jeu StarBank Comment rendre ludique les services bancaires? C’est ce défi qu’a essayé de relever StarBank! C’est une version démo, mais vous pourrez voir rapidement si les concepteurs ont su relever ce défi!
Jeux bibliothéconomique
A google a Day
Écran du jeu A Google a Day Peut-être que vous en avez déjà entendu parler: Google a lancé un jeu pour faire découvrir la recherche en ligne. Une question par jour pour aider à développer vos compétences informationnelles.

Merci de votre participation!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2011 18

Bienvenue à l’édition du mois de février des jeux en ligne. J’espère que vous êtes en forme pour tester ces jeux en ligne.

À la suite du dernier billet, nous avons reçu un commentaire de Valérie qui écrivait :

« Considérant la popularité (réelle ou exagérée!) de ces billets, pourquoi ne pas dédier un blogue entier à la découverte des jeux en ligne plutôt que de réduire simplement l’alimentation d’Espace B sur le sujet? »

Popularité exagérée ? Jamais!

Par contre, je vous invite à consulter 794.8 (une bonne blague de classification), la bibliothèque vidéoludique de notre collègue français Laurent. Ce site se concentre vraiment davantage sur une offre de jeux en ligne. De mon côté, c’est cliché, mais c’est surtout une question de temps.

Comme je vous l’avais promis le mois dernier, voici le retour de la compétition (pff… popularité exagérée!) :

Classement Titre Nom Étoile
1 Hardcore Gamer Vincent A-C StarsStarsStarsStarsStarsStars
2 Geek Vicky G-M StarsStarsStarsStarsStars
3 Geek Claude A StarsStarsStarsStarsStars
4 Bros Nicolas H StarsStarsStarsStars
5 Bros Luc J StarsStarsStars
6 Julie J. F StarsStars
7 Gabriel B StarsStars
8 Marie H-L StarsStars

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
jan - 2011 11

Comme mon collègue Thierry l’a fait la semaine dernière avec les jeux tremplins, j’aimerais profiter de cette tribune pour faire écho à un article du Library Journal intitulé « LJ Best video games of 2010 ». Je ne reviendrai pas directement sur les jeux mis de l’avant dans cet article; je me contenterai seulement de dire que ces choix ne m’apparaissent pas très appropriés au contexte biblioludique québécois, et notamment au programme des bibliothèques de Montréal-Nord sur lequel je travaille depuis une quinzaine de mois.

Pourquoi un jeu ne serait-il pas approprié ? Et bien, ça dépend évidemment des limitations et des règles propres à chaque bibliothèque accueillant des programmes de jeux, mais je dirais que de manière générale, quelques critères de base peuvent s’appliquer.

Les bons jeux en bibliothèques sont généralement :

  • ESRBmature17Classés E, E 10+ ou T (respectivement pour tous, 10 ans et + et 13 ans et +):: Certaines bibliothèques, dont Montréal-Nord, proposent une petite sélection de jeux classés M (pour Mature, ou 17 ans et +). D’autres bibliothèques ont carrément décidé de ne pas inclure ces jeux dans leurs collections. Au-delà des grandes qualités que possèdent beaucoup de ces jeux (par exemple, les jeux Limbo et Battlefield Bad Company 2 cités dans l’article de LJ, ou Assassin’s Creed : Brotherhood, produit à Montréal par l’équipe d’Ubisoft), la grande majorité des participants aux programmes de jeux vidéo en bibliothèques n’y auront pas accès. Pour en savoir plus sur le classement des jeux vidéo, je vous propose de jeter un œil ici et ici.
  • Des jeux se jouant à 2 joueurs ou plus : d’après mon expérience, peu de jeunes viennent à la bibliothèque pour s’isoler devant un jeu alors qu’ils peuvent jouer et compétitionner en groupe. D’ailleurs, l’un des objectifs de ces programmes est souvent de favoriser la sociabilisation des jeunes.
  • Des jeux relativement faciles d’approche : Un peu à l’image des jeux tremplins dont traitait Thierry, les bons jeux sont aussi ceux auxquels on peut jouer sans avoir à lire un manuel ou, plus généralement, sans avoir à subir un certain nombre de tutoriels. En ce sens, les jeux d’aventure sont souvent à déconseiller, non pas parce qu’ils ne sont pas intéressants, mais bien parce qu’ils le sont trop et qu’ils demandent un grand investissement en effort et en temps, et ce, souvent même avant d’avoir pu commencer à jouer.
  • Des jeux rapides : Qui dit jeu facile d’approche dit aussi jeu rapide. Avec un nombre limité de consoles, on peut difficilement se permettre de proposer des jeux qui demandent plus d’une dizaine de minutes par partie. Sinon, gare à la grogne dans la file d’attente !

Voici donc, suivant ces quelques principes, mes meilleurs jeux de l’année 2010 pour les bibliothèques:

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
jan - 2011 07

Quel épuisant temps des fêtes! Malgré toute ma bonne volonté, on n’a pas arrêté de me demander : « Que s’est-il passé avec les jeux de la semaine, Thierry? Nous as-tu abandonnés dans ton rôle d’aide à l’exploration des jeux en ligne? » Et, à chaque fois, je devais répondre : « Non!, je ne vous laisserai jamais tomber et je continuerai à braver mers et marées pour vous faire découvrir les gemmes inconnues du web! ».

Par contre, après avoir autant abusé de l’espace B, j’ai décidé d’arrêter de polluer le blogue afin de favoriser la participation de tous et chacun à cet espace commun! Vous ne serez pas surpris si je vous disais qu’un des objectifs du jeu de la semaine était d’apporter une vision plus ludique et accessible dans ce merveilleux lieu d’échange qu’est l’Espace B. Alors, pour mieux répondre à cet objectif, nous changeons le jeu de la semaine pour les jeux du mois et nous espérons laisser plus de place aux activités des membres de notre communauté.

Et pour ce qui est de la compétition, me demandez-vous, aura-elle encore lieu? Et bien, je vous rassure, elle est vivante et en bonne santé! Dès le prochain billet sur les jeux du mois, je réintègre le tableau comparatif et je demande à nos deux champions de me fournir une thématique pour ma sélection.

Le jeu du mois de janvier : Plantes contre zombies!

image_4

Un simple jeu en ligne qui est devenu rapidement un phénomène sur le web, Plantes contre zombies, est un jeu de « tower defense » où les joueurs sont appelés à protéger leur maison contre une invasion de zombies. Proposé par PopCap (Bejeweled, Zuma, etc.), le jeu a eu un succès immédiat. Le hic : la version en ligne n’est qu’une version démo, il faut télécharger, et donc payer, pour avoir la version complète. N’empêche que « Plantes contre zombies » a rendu beaucoup de gens accros à la culture des plantes, ce qui n’est jamais une mauvaise nouvelle!

Merci de votre participation!

Thierry Robert

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
jan - 2011 05

Pour faire suite à la parution de l’article du « Library Journal » sur les « Gateway Boardgames », je crois qu’il s’agit d’un temps opportun pour écrire sur les jeux tremplins (traduction libre de l’expression « Gateway Games ») en bibliothèques.

Les jeux tremplins sont des jeux de société qui servent à la fois d’initiation aux jeux de société en étant très accessible, c’est-à-dire rapide à jouer et avec des règles simples, tout en offrant un défi intéressant grâce à leur grande rejouabilité.

La majorité des jeux tremplins actuels sont fondés sur les grands principes des jeux allemands, apparus durant les années 1980 et 1990. Ces derniers sont aussi appelés « eurogames » ou « designer games » en raison de l’accent qui est mis sur le nom du concepteur sur la boîte de jeu. Voici quelques grands concepts de base de ce type de jeux :

  • Les joueurs n’interagissent que de manière indirecte. Dans nombres de ces jeux, la stratégie principale du jeu est de restreindre les actions des autres joueurs sans les cibler directement.
  • Les jeux allemands priorisent la stratégie sur le hasard ainsi que les thématiques économiques sur les thématiques militaires.
  • Les règles de ces jeux sont assez simples et le temps de jeu reste assez court (entre quarante-cinq minutes et une heure et demie).
  • Ils visent une clientèle de jeunes adultes, mais peuvent être joués à tous les âges (sauf les jeunes enfants).
  • La partie se termine en même temps pour tous les joueurs (contrairement aux classiques comme Monopoly et Risk).

Selon les spécialistes (dont Scott Nicholson), trois jeux reviennent fréquemment quand vient le temps de parler des jeux tremplins (placés ici en ordre de préférence personnelle):

Photo d'adultes jouant à Les aventuriers du rail

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :