avr - 2015 09

tablette3

Après l’examen du profil de la génération tablette et un survol des services mobiles, les participants du laboratoire vivant des Bibliothèques de Montréal ont entrepris d’explorer et de co-créer des avenues de développement possibles, pertinentes, innovatrices, durables pour la tablothèque. Ce troisième et dernier article sur le thème des tablettes en bibliothèque publique résume les résultats de cette démarche.

LE MUR DE PROJETS

Quatre types de services ont été identifiés comme des solutions à développer dans un avenir rapproché:

  1. L’utilisation d’une tablette pour créer des parcours de découvertes. On veut recourir à la tablette pour offrir une expérience interactive, dynamique, ludique à l’aide d’applications ou de capteurs permettant de découvrir son quartier, la bibliothèque, les ressources numériques ou locales, les oeuvres des auteur(e)s ou des créateurs via des circuits, des jeux de pistes, des rallyes, etc.  La tablette se fait participative et l’emphase est placée sur la découverte et la médiation culturelle au service de l’écosystème local. On estime qu’une approche événementielle de type fabricathon (exemple Bibliomix version bibliothèque de Muséomix) pourrait être l’occasion de concevoir et prototyper ces services.
  2. Le prêt interne et externe de tablettes. Les deux types de services, prêt interne et externe, suscitent également un intérêt significatif et visent à offrir un accès à internet plus étendu et adapté aux usages actuels en accord avec les finalités de la Ville intelligente. Dans le cas du prêt interne, le libre-service avec la carte d’abonné s’impose. L’hypothèse de créer un consortium-réseau pour aborder les fournisseurs de tablettes qui proposent des dispositifs de libre-service est fortement recommandée. La possibilité d’offrir une diversité de plate-forme – pour ne pas privilégier iOs ou Androïde – apparaît comme une voie cohérente avec la position de neutralité, voire même l’approche techno-critique en matière de citoyenneté numérique que les bibliothèques revendiquent généralement.
  3. L’intégration de la tablette dans l’aménagement et le mobilier de la bibliothèque. Les bars à tablettes dans les espaces actualités ou les cafés, les tablettes pour la valorisation des ressources en ligne ou le furetage des nouveautés au bout des rayonnages,  les tablettes avec des câbles anti-vol ou montés sur support pour présenter des contenus exclusifs deviennent des stratégies d’intégration du numérique dans l’espace physique qui sont recherchées pour améliorer l’expérience en bibliothèque.
  4. L’animation interactive auprès des publics jeunes et ados. Les sélections de lecture sur des appareils mobiles et des animations projetées sur écran permettent de ré-inventer les services jeunesse comme l’heure du conte.

On a également insisté sur l’importance des services suivants: le développement de collections d’applications, notamment pour les jeux, les ateliers d’initiation en communautés numériques et en 1:1, les services en ligne tels que Zinio et hoopla, la référence nomade, la combinaison du prêt de tablette avec le prêt de routeur, etc.

LE DESIGN DE SERVICES EMPATHIQUE : LES PUBLICS

Reprenant les questions des usages, des objectifs, des règles de prêt, des contenus, des attentes à l’égard du personnel, des services de qualité tout en étant innovants, les participants ont proposé des scénarios empathiques pour des publics cibles. Une question test était suggérée et pouvait servir de déclencheur, sans être limitative: Comment offrir les journaux, les revues, les livres par le biais des tablettes – considérant que la version papier de ces documents pourrait être appelée à disparaître à court ou à moyen terme?

 La tablette d’or. Pour les aînés,  l’accompagnement par le biais d’ateliers d’initiation est conçu comme une priorité. L’exemple récent de la bibliothèque d’Outremont qui a reçu 62 inscriptions pour une formation de 10 cours sur l’utilisation du iPad confirme cet intérêt. Le développement de collection d’applications adaptées aux aînés est aussi recommandé.

Les services hors-les-murs dans les résidences pour aînés constituent une autre piste prometteuse, soit dans le but de prêter des tablettes (ou ces liseuses qui ne servent à peu près plus) ou pour capter des récits de vie, offrir des ateliers, faire découvrir les services en ligne. Au sujet de la lecture, la possibilité de pouvoir grossir les caractères (et désormais le poids plus avantageux des appareils mobiles – si on les compare aux pavés en gros caractères) suscite un enthousiasme considérable.

La tablette pour adultes. Du côté des adultes, la priorité va du côté de la médiation numérique et de l’expérience. Pour ces réguliers qui viennent lire les journaux papier à la bibliothèque, il faut envisager une transition vers le prêt de tablettes qui proposeraient les quotidiens et les revues. Les versions gratuites des quotidiens et des revues seraient offertes. Cette offre pourrait être adaptée en tenant compte des besoins des personnes issues de l’immigration ou de ceux des femmes.

Mais, le défi à relever est toujours le même que ce soit pour un poste internet, un portable ou une tablette et que l’on soit à la bibliothèque ou à la maison : Comment amener les usagers vers la bibliothèque numérique qui donne accès aux abonnements payants de ces périodiques en version complète? Médiation ou marketing numériques, atelier ou référence nomade, signalisation ou application dédiée pour la bibliothèque numérique, ou alors toutes ces réponses?

Le souci d’aménager un café, un espace de convivialité ou de créativité avec un bar à tablettes ou des appareils mobiles en prêt font partie des scénarios visant à favoriser une expérience positive, différents niveaux d’engagement, un sentiment d’appartenance.

La tablette y et z.  Les trois principaux services explorés pour les jeunes concernent l’animation et la lecture interactive (comme on l’a vu plus tôt), la découverte de produits éducatifs (flashcards, quiz, atlas, tutoriels, etc.) et les jeux. Dans tous les cas, le défi du développement de collections apparaît comme un chantier magnifique: Applithécaires jeunesse recherchés. Et d’une façon générale, le modèle du Youmedia (HOMAGO) demeure la référence pour la conception d’espace physiquenumériquecréatif.

Un autre défi de nature pédagogique consiste à concevoir des ateliers pour une utilisation éclairée et créative des tablettes (littéracie et citoyenneté numérique) comportant un volet d’apprentissage par les pairs – ainsi que pour les pères et mères qui ne voudraient pas faire face au décrochage scolaire avant leurs enfants pour cause d’analphabétisme technologique.

L’importance des conditions transversales suivantes a été soulignée à maints égards :

  • planifier/programmer ces services en collaboration avec les citoyens et les communautés locales;
  • développer les compétences numériques du personnel et celles des citoyens via les communautés numériques (l’essentiel chantier sur la fracture/littéracie numérique).
  • repenser la tablette sociale pour contribuer à l’animation de la bibliothèque tiers lieu et favoriser différents niveaux d’engagement;
  • mettre à profit l’effet et le potentiel collaboratif du réseau;
  • évaluer l’offre de service à l’aune de l’impact environnemental et du développement durable;
  • travailler en partenariat avec des organismes intéressés par l’expérimentation technologique, l’innovation ouverte, la mobilité, la littéracie numérique;

LA LISTE

Voici enfin une liste de ressources sélectionnées pour accompagner la réflexion sur les tablettes en bibliothèques.

Usages, services, programmes, outils

Mobilité au Québec : la croissance se poursuit
Les foyers québécois avec enfant(s) plus équipés et plus connectés
Le CEFRIO dévoile le rapport de ce projet d’expérimentation de la tablette numérique auprès d’entrepreneures
New Report Hails Librarians as Drivers of Digital Transition
New Survey Results Show U.S. Students Believe Tablets Are Game Changers in Learning and Student Engagement
Survey: Library Ebook Growth Slowing but Still Substantial
Meet the Tabletarians
Réflexion sur les tablettes en bibliothèques
Utilisation de nouveaux supports numériques en médiathèque
Old-Fashioned Libraries And Handwritten Notes: Learning With Khan Academy’s New iPad App
SLJ Reviews the AWE Tablet: A fast device, delivering blended content to individual students
Generation Tablet: Kids Must Learn to Hack in the Real World
Pilot Project: Three Chicago Public Library Branches Will Begin Lending Internet Routers and Tablets Next Month
Tablet Lending Program | Brooklyn Public Library
Drexel University installs iPad rental vending machine for students, library card holders
Cool Uses of iPads in School Libraries on Pinteres
20 Coolest iPad Ideas for Your Library
NetPublic » Guide de la tablette numérique pour les parents
iPads and Tablets in Libraries
What’s Hot | Library By Design

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2014 28

Ce billet est d’abord paru, sous la signature de Josée Plamondon, sur le site de Bookcamp Montréal :

Bibliothèque du jeu Myst, de Cyan Worlds (1993)

Le début d’une grande aventure. La bibliothèque du jeu Myst, 1993, Cyan Worlds.

Tous les acteurs du domaine du livre sont concernés par les transformations numériques qui leur demandent de composer avec de nouveaux usages et de nouveaux modèles économiques. Qu’en est-il du rôle des bibliothèques et des bibliothécaires à l’ère de la société en réseau, de l’accès à la connaissance,  des nouvelles plate-formes éditoriales? De la programmation de nouveaux espaces publics et communautaires, des super tiers lieux, des bibliolabs? Des utopies de la bibliothèque intelligente?

Si le livre n’est plus le référent exclusif des bibliothèques, quelles sont ses nouveaux repères? Quels sont les enjeux fondamentaux pour cette profession en transformation? Êtes-vous en passe de devenir des humanitaires du savoir? Des médiateurs numériques? Tantôt cartographe de la culture locale, tantôt curateur des ressources éducatives libres, des données ouvertes, des biens communs? Designer de l’innovation sociale ? Engagé(e) dans le droit des usagers, celui de participer à la culture, la liberté d’expression, la démocratie participative, le développement durable? Wikipédien(ne)? Fabmanager? Bricodeur? Biblioremixeur?

Quelles sont les questions qui vous habitent? Comment penser/imaginer/collaborer/co-créer pour renouveler la profession et favoriser l’émergence de bibliothèques qui contribuent à faire du sens dans le monde d’aujourd’hui!

Mardi le 2 décembre, en marge du Congrès des milieux documentaires 2014, les organisateurs de Bookcamp Montréal ont choisi de revenir à la formule « camp » le temps d’une soirée afin d’accueillir et de partager les visions et les préoccupations de ceux et celles qui veulent réinventer les bibliothèques. L’invitation est ouverte à toutes et à tous. Sur le modèle de l’anticonférence,  c’est ensemble, dès votre arrivée au Pub Saint-Pauà partir de 18h30 que nous allons élaborer l’horaire et le canevas des discussions.

Le Pub Saint-Paul est situé dans le Vieux-Montréal, à proximité du Palais des congrès. Il sera possible de manger sur place.

Rendez-vous sur la page d’inscription du Bookcamp Montréal 2014 pour acquérir votre billet d’entrée (gratuit).

Bienvenue à toutes et à tous! Ne tardez pas à vous inscrire, les places sont limitées.

Pour aller plus loin :

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
nov - 2011 03

En juin dernier, j’ai animé en collaboration avec Marie Barguirdjian des éditions Gallimard, un atelier sur la littérature pour les ados. J’ai présenté la Collection Médium de l’École des Loisirs que je trouve trop discrète, à mon goût, d’où le thème de ce billet. Les romans de cette collection sont souvent perçus trop difficiles, ennuyants, pas de page de couverture attrayante pour les jeunes. Pourtant, on y retrouve des trésors.

Valérie Dayre, Les nouveaux malheurs de Sophie.

    DayreQu’est-ce qui fait grandir dans la vie ? Une question simple mais complexe tout à la fois qu’un fils pose à sa mère. Cette question ramène la mère à son enfance et à un certain événement qui l’a fait grandir tout d’un coup.

    Lâcheté, cruauté : on ferme les yeux comme Sophie jusqu’au moment où on devient, à son tour, la victime?

    Fermons-nous quelque fois les yeux devant l’inacceptable?

Aurélien Loncke, Une saison parfaite pour changer.

    Une histoire émouvante , une écriture remarquable : à lire de tout urgence.

Loncke«Chaque jour on tâtonne, on s’inquiète, on se cherche, on devine les autres et la vie. On réclame des certitudes,des moyens de se rassurer, mais surtout, surtout, des personnes fiables pour nous accompagner un bout de chemin. Et parfois, parfois seulement, il arrive que cette attente soit récompensée:on trouve alors des gens absolument normaux avec qui,comme par miracle, tout devient différent.» p.94-95

Robert_Cormier

Un de mes auteurs préférés en jeunesse est Robert Cormier. L’ensemble de son œuvre est publié en français dans la Collection Médium, à l’École des Loisirs.
Robert Cormier est né en 1925, à French Hill, le quartier canadien-français de la ville de Leominster, au Massachusetts. Cette filiation canadien-française et catholique se retrouve souvent dans ses romans. Il a été un journaliste puis un écrivain pour les adolescents. En 1974, il publie « La guerre des chocolats» qui marquera la littérature pour les adolescents. C’est à partir de là que Robert Cormier fut souvent attaqué par les bien pensants de la société américaine :

Interrogé le 17 août 2011

«Because of the novel’s language, the concept of a high school’s secret society using intimidation to enforce the cultural norms of the school, and the protagonist’s sexual ponderings, it has been the frequent target of censors and appears at number three on the American Library Association‘s list of the « Top 100 Banned/ Challenged Books in 2000-2009. » »

Robert Cormier, Les héros.
cormier_heros

    Pour Francis Joseph Cassavant, la guerre est finie : une grenade l’a défiguré. Il revient dans sa ville pour tuer Larry La Salle, un autre héros de guerre. Larry doit payer pour ce qu’il a fait à Nicole, des années auparavant. Vengeance, culpabilité, violence, héroïsme : des questions qui dérangent et nous bouleversent, écrit avec une sensibilité et finesse par Robert Cormier.

    Ce roman m’a laissé songeuse : qui sont-ils ces héros que les guerres fabriquent ?

D’autres titres aussi percutants et puissants :

    Robert Cormier, À la brocante du cœur.
    Robert Cormier, De la tendresse.

Lire des romans de Robert Cormier, c’est toujours une expérience enrichissante et périlleuse. On n’est plus la même personne après l’avoir lu. J’ai eu tout un choc quand j’ai appris son décès, en 2000.

    Il me manque.

    Son écriture me manque.

    Ses histoires me manquent.

La discrétion et la disparition : deux thèmes liés dans ma vie et dans mon travail également.

    Bibliothécaire : la discrétion même!

    Trop discrets?

    C’est vrai, on nous entends peu dans les espaces publics . Et pourtant…

    Je n’ai pas oublié mes rêves de changer le monde.

    Combien de bibliothécaires sont des citoyens engagés et qui rêvent encore de changer le monde?

    Trop discrets?

    Disparus trop tôt?

    Non.

    Pour ma part, je ne suis pas obsolète . Je rêve encore.

    Et vous?

Chien de Lisard

Moi, chien de lisard,
Je dis haut et fort que j’aime lire,
Je revendique pour premier écran celui de mon imaginaire,
Réclamons la lecture comme instrument de pouvoir personnel,
Appelons-en à tous ceux etcelles qui, comme nous, croient à la liberté de lecture,
Chien delisard j’étais, je suis et je serai,
Chiens de lisards, multiplions-nous.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2011 03

nose-by-sue-hall

En me promenant sur le web, j’ai flairé un «bijou» de bibliographie. Elle a été publiée par le Service général des lettres et du Livre de Bruxelles. L’originalité de cette bibliographie est le thème :

« Lumière sur le noir : Une sélection de 209 livres de jeunesse sur le thème du noir dans la littérature de jeunesse »

Pour tout renseignement, vous pouvez écrire et commander un exemplaire à : isabelle.decuyper@cfwb.be

La publication est égalementtéléchargeable par groupes d’âges.

En plus des titres commentés, ils ont inséré des textes forts intéressants comme par exemple, celui  de Sophie Van der Linden  « Le noir du point de vue symbolique »  et celui de Daniel Delbrassine, spécialiste des la littérature pour les ados, « Le roman noir, aux limites de la littérature de jeunesse? ».

D’autres livres intéressants à lire, de ces auteurs :

  • Sophie Van der Linden, Images des livres pour la jeunesse : lire et analyser, Thierry Magnier / Scéren, 2006.
  • Sophie Van der Linden, Lire l’album, L’Atelier du poisson soluble, 2006.
  • Daniel Delbrassine, Le roman pour adolescents aujourd’hui : écriture, thématiques et réceptions, Co-éd. SCEREN – CRDP de l’académie de Créteil / La Joie par les livres, 2006.

J’ai vraiment été charmée par cette initiative. Et j’ai donc commencé à travailler, sur mon temps libre, sur une bibliographie « colorée» :

  • Rougir de plaisir! Une sélection de 200 livres sur le thème du rouge dans la littérature de jeunesse d’ici et d’ailleurs.

En plus j’aimerais accompagner cette bibliographie de canevas d’activités qui pourraient se réaliser en bibliothèque en février, le mois de l’amour et de la Saint-Valentin.

Étant seule, j’avance lentement mais sûrement. Si vous avez des titres rouges en tête, pour tous les groupes d’âges, n’hésitez pas  à les partager sur le blogue.

Merci d’avance et je vous  tiens au courant de ma récolte.

Chien de lisard

Moi, chien de lisard,
Je dis haut et fort que j’aime lire,
Je revendique pour premier écran celui de mon imaginaire,
Réclamons la lecture comme instrument de pouvoir personnel,
Appelons-en à tous ceux et celles qui, comme nous, croient à la liberté de lecture,
Chien de lisard j’étais, je suis et je serai,
Chiens de lisards, multiplions-nous.

| L’image, Nose, de Sue Hall, est disponible sur Flickr sous licence Creative Commons. |

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juil - 2011 27

Comme nous le remarquons avec la chaleur accablante de la dernière semaine, l’été s’est bien installé dans nos bibliothèques! L’air climatisé fonctionne à plein régime et nos usagers s’en réjouissent!

Alors, quoi de mieux que de proposer des jeux rafraîchissants à vos usagers pour leur faire plaisir?

(… d’accord, d’accord, c’est certainement le pire essai de marketing pour ces billets de jeux en ligne, mais bon, nous ne pouvons pas toujours être inspiré…)

Je continue donc en vous proposant 4 nouveaux jeux pour l’été!

À vos claviers!

Les jeux du mois – Été 2011
Le jeu du mois :
La course des rapides

Lacourse

Un jeu conçu pour faire la promotion du club de lecture d’été TD. Dans ce jeu, il faut répondre au plus de questions sur la thématique de l’eau en 3 minutes. Ouvrez le son, la musique du jeu est contagieuse :)
Divertissement
Learn to Fly 2: The Emperor Strikes Back
(anglais)

LearntoFly

Un jeu drôle, rafraîchissant et rigolo! Vous êtes un pingouin qui doit apprendre à voler et détruire 5 cibles.

Un must pour l’été.

Jeu sérieux
Jobs à tous les étages

Consoles

Les jeunes de votre bibliothèque s’intéressent aux jeux vidéo?

Peut-être songent-ils même à y faire carrière?

Montrez-leur ce jeu sérieux qui explique les différents facettes reliées à ce domaine.

Pour gamers
Villainous
(anglais)

Villainous

Un anti Tower Defense? Villainous vous place dans la peau du méchant lançant des hordes de monstres comme les pauvres villageois du royaume.

Concoctez des hordes de monstres, apprenez des sortilèges et construisez votre château pour gagner de plus en plus de point d’infamie!

N’oubliez pas de me dire ce que vous en pensez :)

Thierry

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juil - 2011 09

shapeimage_1

Grand plaisir de publier un texte original de Claude Champagne,  écrivain jeunesse et ami des bibliothèques.  Il a accepté de se joindre à nous sur le thème du déménagement et des Cartons, comme dans cartons de déménagement.

Frigo, limbo, cha-cha. Souvenir d’enfance : une boîte chasse l’autre.

_________________________________

Petit texte sans prétention pour les bibliothèques de Montréal sur le thème de cartons, comme dans cartons de déménagement.

Cartons

Début des années 70, ma mère, reine du foyer, une espèce aujourd’hui en voie de disparition, réclamait un nouveau couple. C’était sans doute sa façon à elle d’être dans l’air du temps. Mais chez nous, on ne brisait pas un ménage. On achetait des électroménagers.

Le vert caca d’oie n’était plus à la mode. Le jaune cirrhose cadrait mieux dans le nouveau décor de la cuisine. La tapisserie avait été changée. Il y avait maintenant des fleurs brunes et oranges pour égayer nos repas.

Ce jour-là, nous attendions le nouveau réfrigérateur. Je regrettais déjà l’ancien devant lequel j’avais appris à danser le cha-cha-cha. Ma mère avait suivi des cours de danse sociale. Mon père, comme les vrais durs, ne dansait pas. J’étais donc le partenaire avec qui elle se pratiquait. Je crois même que j’étais doué. Ma mère tenait le manche à balai tandis que je battais des records de souplesse au limbo.

Quand les livreurs sont partis, tout ce qui restait c’était une énorme boîte de carton. J’ai supplié pour qu’on ne la jette pas. Avec des ciseaux et des crayons-feutres, la boîte est devenue une fusée spatiale, en plein milieu de la cuisine. Elle est demeurée là durant des jours, jusqu’à ce que les extraterrestres exigent son départ à leur gouvernement. Mon frère et ma sœur, respectivement âgés de neuf et dix ans de plus que moi, étaient des étrangers de l’enfance. Faisant fi de ma présence dans mon vaisseau, j’ai assisté aux pourparlers. Il fut rapidement déclaré que l’engin devait déménager dans le sous-sol de la planète : le garage.

Ce soir-là, j’ai amené mon oreiller et une couverture, en plus d’une boite de biscuits, décidé à dormir, voire à vivre dorénavant dans ma fusée. Je n’étais pas n’importe quel explorateur stellaire. J’avais des pouvoirs. C’est ainsi que pour braver la nuit noire, j’ai fait briller de tous ses feux l’astre aux filaments de tungstène suspendu au plafond.

J’étais bien dans ma boîte. L’univers me paraissait moins grand. Je me sentais à l’abri. Jusqu’à ce que je songe que des rats mutants pouvaient sortir du puisard protégé par un simple couvercle en métal. Il n’y a pas de honte à reconnaître ses limites. Enfin, tant qu’on n’en parle à personne. Je suis retourné dans mon lit.

Le lendemain, mon père voulait garer son auto dans le garage. Exit ma fusée. Qu’à cela ne tienne, j’allais la transformer en voiture de course, sur le trottoir. J’ai percé une ouverture, puis découpé des roues et un volant avec ce qui restait de carton. Mon bolide était splendide. J’avais passé la moitié de la journée à le décorer avec des crayons de cire. Ma carrière de pilote promettait. Malgré mon jeune âge et mon inexpérience, j’avais réussi à faire ma marque sur les circuits du monde entier. Les filles me tombaient dans les bras.

Le soir, alors qu’une voix lointaine m’ordonnait des choses qui me rentraient par une oreille et me sortaient par l’autre, j’ai entendu un bruit familier provenant de la rue. Mon cœur se serra. Il n’était peut-être pas trop tard. Je me suis précipité sur le balcon. Mais les éboueurs avaient déjà balancé ma voiture dans leur camion. Quand je vins pour ouvrir la bouche, pour leur crier qu’ils ne pouvaient pas faire ça, de me rendre mon auto, l’un d’eux actionna un levier. La benne tasseuse écrasait mes rêves.

Tout espoir n’était cependant pas perdu.

Nous allions changer la table et les chaises de la cuisine. Cinq boîtes de carton.

Claude Champagne

juin - 2011 27

Publienet_logoLa collection des ressources en ligne des bibliothèques de Montréal s’accroît avec l’ajout de Publie.net,  l’un des premiers éditeurs de littérature numérique francophone. Ce développement de collection nous incite à réfléchir au défi et aux enjeux de la médiation numérique et de la lecture sociale.

Ce qu’il faut savoir à propos de Publie.net

Publie.net, c’est :

  • une base de données riche de 400 textes disponibles à distance pour les abonnés;
  • un accès libre et illimité  en lecture directe en ligne par streaming et feuilletoir;
  • des collections qui abritent une variété de genre pour différents publics : le récit, la poésie, l’essai, le roman policier (dans la collection Mauvais genres), des textes classiques, des textes de littérature étrangère traduits et une revue de création en ligne;
  • une collection francophone intitulée Décentrements qui accueille des auteur(e)s du Québec;
  • une contextualisation des oeuvres littéraires à l’aide d’annotations;
  • une sélection exceptionnelle animée à partir du site le tiers livre, par l’auteur François Bon;
  • une communauté vivante, connectée, engagée dans l’écriture numérique;
  • un modèle d’édition pure player sans DRM qui redonne 50% de ses recettes aux auteurs.

Les bibliothèques de Montréal rejoignent les quelques quarante institutions publiques et universitaires, sans compter la BNF et la BPI, qui ont fait le choix de connecter leurs publics avec la littérature «en train de se faire».

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2011 23

Bibliomancienne-Facebook

Dimanche dernier, Bibliomancienne nous proposait une sélection de ressources en lien avec l’utilisation de Facebook par les bibliothèques.

Cette sélection, intitulée Facebook pour les bibliothèques et autres lieux de culture : les ressources essentielles, vous est présentée comme billet de la semaine parce qu’il s’agit d’un intéressant complément à la présentation sur le populaire réseau social donnée dans le cadre de la journée de formation à la médiation numérique dans les bibliothèques de Montréal, qui s’est tenue le mardi 21 juin.

Bonne lecture!

mai - 2011 27

Les jeux vidéo dans les bibliothèques ont le vent dans les voiles avec toutes ces nouvelles collections qui poussent un peu partout au Québec!

C’est un bon temps pour être geek ET bibliothécaire!

Je continue donc en vous proposant 3 nouveaux jeux pour le mois de mai! Trois gemmes que je vous recommande vivement d’essayer: ils sont courts et représentent le « Best of the best« ! Entre nous, je dirais que depuis le début de cette rubrique, il s’agit certainement de la cohorte la plus forte que j’aie à vous présenter!

À vos claviers!

Les jeux du mois – Mai 2011
Le jeu du mois :
L’asile
theasylumsly Le meilleur récit interactif auquel j’ai eu la chance de jouer sur navigateur web. Vous aidez des toutous délirants à surmonter leurs traumatismes antérieurs. Charmant et intelligent, ce jeu d’aventure unique est à ne pas manquer. Seul hic : la traduction française n’est vraiment pas parfaite.
Jeu artistique
Grow Valley
(anglais)
grow-valley-p Dans ce jeu délirant, vous devez construire une île selon les règles des jeux de Grow. La mécanique est simple, vous avez 7 options et vous devez trouver l’ordre logique pour finir le jeu. À essayer absolument!
Jeu artistique
Doodle God

(anglais)
center_doodle_god Dans Doodle God, vous commencez avec les éléments : Air, Feu, Terre et Eau. En combinant 2 éléments à la fois, vous devez finir par réaliser les 113 éléments du cosmos. Un exemple? Combiner « La vie » et « La mort » pour créer l’élément « Zombie ». Un plaisir!

Merci de votre participation!

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mai - 2011 12

Couverture de La constellation du LynxLouis Hamelin, qui a remporté le Prix des libraires du Québec 2011, viendra rencontrer les lecteurs à la bibliothèque Langelier le mardi 17 mai à 19 h.

Louis Hamelin, auteur du livre La constellation du Lynx (Boréal) a reçu le Prix des libraires du Québec 2011, le 9 mai dernier. Il sera présent le mardi 17 mai à 19 h, à la Bibliothèque Langelier, pour une rencontre d’une heure, avec l’animatrice Manon Trépanier de l’émission La Librairie francophone, sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada. L’entrée est gratuite mais il est préférable de s’inscrire. C’est une invitation à venir rencontrer un écrivain québécois marquant de sa génération qui est lancée à tous. Faites circuler dans vos réseaux !

Louis Hamelin a commenté cette nouvelle en ces termes : « Avoir été distingué, dans ce contexte, par un jury dont les membres sont ceux-là même qui sont chargés d’administrer, au quotidien, ce déploiement de la diversité et de l’invention humaine auquel le monde du livre donne forme, représente évidemment un honneur considérable. Un honneur qu’il convient, je crois, d’accepter avec autant de gratitude que de modestie. Un dur travail, rempli de joie. Une fois qu’on a dit cela, et ajouté : semé de doutes, on a peut-être dit le plus important sur la littérature. Le reste, c’est des œuvres, des chemins dans la langue : qui m’aime me suive, qui me suive m’aime, éclairés ou non par des récompenses. »

La bibliothèque Langelier est située au 6473, rue Sherbrooke Est, à proximité du métro Langelier. Renseignement: 514 872-2640.

En collaboration avec Catherine Piazzon.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :