nov - 2009 10

Avant d’entreprendre le Congrès Investir le numérique, je voudrais attirer votre attention sur les résultats de l’enquête du Cefrio présentée dans le cadre du colloque international sur la Génération C, le 20-21 octobre dernier.

Le Cefrio (Centre francophone d’informatisation des organisations) a enquêté auprès de cette clientèle représentant un million et demi de Québécois qui ont grandi entre les ordinateurs, Internet et les médias sociaux. Ce sont 2000 jeunes de 12 à 24 ans qui ont été sondés au sujet de leurs perceptions et leurs usages des TI.

La révélation, qui n’en est pas vraiment une, de cette enquête : «[L]es 12-24 ans comptent parmi les grands consommateurs de technologies de l’information de notre société ».
Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2009 01

adologo21La Direction associée – Bibliothèques a eu le plaisir d’accueillir six stagiaires dans le cadre du Projet Valorisation Jeunesse du Ministère de l’Immigration et des Communautés Culturelles du Québec cet été. Ces stagiaires étaient des étudiants gradués ou de 4e secondaire qui poursuivent leurs études cet automne.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2009 08

coupdepoing21

Le livre jeunesse se porte bien en France comme au Québec si l’on regarde les chiffres de production. C’est particulièrement vrai pour le livre d’image qui devient un phénomène éditorial qui gagne un succès critique en même temps qu’un succès d’estime, même auprès des adolescents, et donc en étirant son registre au-delà des frontières de la petite enfance.

Cependant, même si la quantité et la qualité sont au rendez-vous, ça ne signifie pas que l’on obtiendra une diffusion équitable pour tous les genres d’ouvrages. Bien au contraire, lorsque le choix est vaste, il est encore plus facile, au moment de l’acquisition de rejeter certaines productions dont le sujet et le traitement constituent une source potentielle de controverses.


Qu’est-ce qu’on fait avec cette littérature qui discute de l’homosexualité (Marius), du suicide d’un parent (Ma maman du photomaton), de la violence (Nul poisson où aller), de l’intolérance (On aime pas les chats)?

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2009 10

Capture d'écran d'une page de la Bibliothèque numérique mondialeConnaissez-vous la Bibliothèque numérique mondiale? Lancée le 21 avril dernier au siège de l’UNESCO à Paris, la BNM est un projet ambitieux de diffusion Web de documents témoignant du patrimoine mondial des 10 000 dernières années.

Les objets numériques accessibles à partir de la Bibliothèque numérique mondiale proviennent des fonds de bibliothèques et centre d’archives partenaires. Mais à la différence de Google Books, la BNM est une initiative non lucrative qui ne vise aucunement l’exhaustivité, mais plutôt la mise en valeur de documents sélectionnés pour leur importance culturelle et historique. On y retrouve notamment la Bible du Diable, des courts-métrages réalisés par les frères Lumière, des peintures rupestres, le Dit du Genji (un roman japonnais du 11e siècle considéré comme un des plus anciens au monde) et bien d’autres trésors qui n’attendent qu’à être découverts.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mai - 2009 18

Photo de Marie D. MartelPatrick Lagacé, La fin du monde est pour 2060, 15 mai 2009 (Cyberpresse) :
« Il y a quelques semaines, le journaliste Claude Marcil a souligné sur son site (1) que dans toutes les bibliothèques publiques, on trouve de ces livres ésotériques idiots. Exemple: comment se soigner en buvant son urine (bienvenue dans le monde de l’urinologie).
Même la Bibliothèque nationale du Québec achète de ces livres débiles. «Moins de 5% de nos acquisitions», a indiqué une porte-parole à Valérie Dufour, de RueFrontenac.com, la semaine passée.
Moins de 5%. Hum.

Question: pourquoi ne pas abaisser le pourcentage à zéro? »

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mai - 2009 07

phrenology1Sur Rue Frontenac, le site des employés en lock-out du Journal de Montréal, un article interpelle les bibliothèques (et les bibliothécaires) quant à l’offre de documents pas tout à fait «sérieux».

Titre de l’article :

De nouveaux livres controversés se retrouvent dans les étagères des bibliothèques du Québec

En réponse à cet article, les commentaires sont souvent fort pertinents. Je vous laisse le soin d’en prendre connaissance.

L’auteure de l’article cite les propos d’un «journaliste qui a également une formation dans le domaine bibliothécaire» (sic) et qui souligne que «le seul vrai rôle des bibliothécaires, c’est de choisir les livres à acheter. Si leur critère de choix est que ça prend de tout pour faire un monde, ça ne donne rien d’avoir des bibliothèques publiques». Re-sic !!

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2009 03

You Tube, Facebook, Twitter, les autres et j’en passe et des plus juteux.

Le virtuel est incontestablement in, même que si on est de ceux qui croient tout ce qui s’écrit, les bibliothèques ont le devoir de s’afficher sur Internet pour prouver qu’elles existent.

Et pourtant…

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mar - 2009 10

La bibliothèque du XXIe siècle est un espace de médiation numérique.

Le web est partout. Avec le wifi nous sommes connectés sans interruption. Nous, en tant que créateurs de contenu, sommes devenus il y a peu de temps, les personnalités de l’année dans le Times magazine. Et cette personnalité prend toujours plus d’envergure. Récemment, on parlait de 82 % des américains qui participeraient à la création de contenu. La bibliothèque est une entité qui est socialement définie et, aujourd’hui, elle est exposée à un horizon informationnel qui a dramatiquement changé.

Dans ce nouveau paysage, la prestation de services en bibliothèque est soumise à une concurrence extrêmement vive. Le web offre une mine d’expériences interactives, sociales, aisées, flexibles, dynamiques. On navigue à journée longue désormais sur des sites sur lesquelles il est possible de créer et de partager des masses de contenu et au moment où l’on atterrit sur les sites de la bibliothèque, pof!, tout s’arrête soudainement.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
mar - 2009 02

Voulez-vous en avoir plein la vue ? Je vous invite à lire ce billet de Michael Stephens :

Tame The Web » The Hyperlinked Library.

Vous y trouverez un modèle audacieux pour la bibliothèque du 21ième siècle :  La  bibliothèque hyperliée ou hyperconnectée est transparente, participative, ludique, centrée sur l’usager, humaine. La bibliothèque 2.0 déborde du cadre technologique et fait en sorte que TOUT est accès.
Prenez la peine de télécharger l’immense document PDF intitulé The Hyperlinked Library (Updated for Spring 2009)

Vous pourrez ainsi visionner le matériel qu’il a présenté dans le cadre de la conférence Web2.You à l’École des sciences de l’information de l’Université McGill, il y a quelques semaines. Pour l’avoir entendu, je vous assure que c’était assez mémorable. Vous pouvez aussi suivre les activités de Michael Stephens en vous abonnant (via RSS) à son blogue Tame the Web, ou en consultant l’Univers Netvibes – La Machine à coudre sous l’onglet Biblioblogues. Michael Stephens a aussi une vitrine publique sur Twitter.

Michael Stephens est professeur au Graduate School of Library and Information Science at Dominican University (en Illinois).

Marie D. Martel

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
fév - 2009 20

En primeur, nous vous proposons le prochain « coup de gueule » à paraître dans la revue Argus.

Denis Vézina

Nos gouvernements ont trouvé un fabuleux moyen pour nous sortir de la crise. Ils nous donnent plus d’argent pour augmenter notre pouvoir d’achat. Wow ! Quelle bonne idée. Depuis des années, la plupart des courants de pensée nous amènent à remettre en question cette société de surconsommation. Et en réponse à une crise économique, tout ce que l’on trouve comme solution, c’est de nous dire que ce n’est pas bien d’avoir deux autos dans le « driveway », mais non, il en faut trois ! Quatre ? C’est encore mieux. Une télé dans la maison ? Non mais, vous n’avez pas honte ? Il en faut une dans chaque pièce. Le garage, vous y avez pensé ? Allez les enfants, vous n’avez pas assez de jouets, achetez-en encore plus.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :