avr - 2010 16

La table interactive de la Darien Library. Photo: CC / cindiann

La Darien Library, bien connue pour son utilisation des nouvelles technologies en bibliothèques, acquérait en janvier 2010 une table interactive Microsoft Surface. Cet équipement de pointe offrira une expérience interactive nouvelle et riche pour un public bien précis: les enfants.

Jon Blyberg, directeur adjoint à l’innovation et à l’expérience utilisateur à Darien Library, explique les raisons qui ont justifié l’achat d’une table interactive par sa bibliothèque et son installation dans la section jeunesse : «Les enfants vont immédiatement comprendre ce qu’est la table interactive, sans avoir besoin d’explication. Les enfants sont des êtres tactiles. Si on leur donne entre les mains une technologie vraiment fascinante qu’ils n’ont jamais vu, je n’ai aucun doute qu’ils seront non seulement impressionnés, ils seront envahis d’un sentiment de puissance («they will be empowered»). Ils ne poseront pas de questions du genre « pourquoi mettre ça dans une bibliothèque », parce qu’ils savent intuitivement pourquoi.» (ma traduction).

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
déc - 2009 08

Les appareils mobiles les plus perfectionnés d’aujourd’hui (iPhone, Blackberry, Android et autres), dont les technologies seront la norme de demain, sont dotés d’appareils photo, de GPS et de boussoles. Couplez cela à un accès haute vitesse à toutes les données des centres de données et aux plus récentes technologies de reconnaissance vocale et visuelle, et nous avons dans la paume de notre main un incroyable outil d’interprétation de l’espace physique.

Ces technologies, et les possibilités qu’elles engendrent, auront certainement des impacts sur nos habitudes de consommation, notamment pour ce qui est du «bouquinage». Concrètement, comme le montre le service Google Goggles dévoilé hier, il est déjà possible, en photographiant un livre avec son appareil mobile, de consulter une foule d’information récoltée par Google à son sujet, dont bien sûr les endroits où l’on peut se le procurer.

Si j’étais libraire, cela m’inquiéterait. Dans les rayons de ma librairie, d’une seule prise de photo, je pourrai voir si le livre que je souhaite acquérir est moins cher sur Amazon, et d’un autre clic, le commander sur le champ.

Et là, on ne parle même pas des dangers pour la vie privée que la reconnaissance visuelle peut occasionner : une prise de photo, et hop, je connais tout ce qui existe à ton sujet en ligne.

Mais pour les bibliothèques, il me semble que ces technologies offrent des possibilités formidables de faire le lien entre les collections et les utilisateurs. On peut imaginer une application permettant de photographier un document (un livre, un film, un album, que ce soit à la bibliothèque, chez un ami, ou ailleurs) pour instantanément consulter sa disponibilité à la bibliothèque, lire l’évaluation des autres abonnés, etc. Si le livre n’y est pas, la bibliothèque pourrait être aussitôt informée de cette requête non satisfaite et décider de réagir en acquérant le document ou en conseillant l’usager vers d’autres ressources disponibles.

Et vous, quelles idées ces technologies vous inspirent-elles?

sept - 2009 21

3925286508_d15af068652Le Web est désormais un espace social: un territoire où pratiquement chacun peut exprimer son identité. Cela est rendu possible grâce à des outils simples qui peuvent être utilisés même par des personnes qui ne se considèrent pas comme particulièrement compétentes en informatique (on n’a qu’à penser à Facebook).

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2009 12

Quiconque s’est déjà aventuré au-delà de sa page d’accueil sait que le Web est un monde vaste, aux cultures diverses, où on trouve de tout, du plus fascinant jusqu’au plus insignifiant. Afin de nous aider à développer une vue d’ensemble de ce monde complexe en constante transformation, des cartographes nouveaux genres tentent de schématiser cet univers intangible.

Les experts en visualisation de l’information s’amusent déjà à traiter les données brutes, telles que les liens qui unissent les pages Web entre elles, afin d’en dégager des réseaux complexes, comme cette carte structurelle de Wikipédia. Certes, ces données sont structurées et peuvent être utilisées à des fins scientifiques, mais pour la clarté et la lisibilité, ce n’est pas encore gagné.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
août - 2009 10

Capture d'écran d'une page de la Bibliothèque numérique mondialeConnaissez-vous la Bibliothèque numérique mondiale? Lancée le 21 avril dernier au siège de l’UNESCO à Paris, la BNM est un projet ambitieux de diffusion Web de documents témoignant du patrimoine mondial des 10 000 dernières années.

Les objets numériques accessibles à partir de la Bibliothèque numérique mondiale proviennent des fonds de bibliothèques et centre d’archives partenaires. Mais à la différence de Google Books, la BNM est une initiative non lucrative qui ne vise aucunement l’exhaustivité, mais plutôt la mise en valeur de documents sélectionnés pour leur importance culturelle et historique. On y retrouve notamment la Bible du Diable, des courts-métrages réalisés par les frères Lumière, des peintures rupestres, le Dit du Genji (un roman japonnais du 11e siècle considéré comme un des plus anciens au monde) et bien d’autres trésors qui n’attendent qu’à être découverts.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :