juil - 2011 18

Ils sont nés au Japon où ils envahissent les affiches et tous les types de publicités virtuelles et imprimées, les couvertures de livres et de magazines, les boîtes de céréales, etc. Ils s’insinuent rapidement dans la culture occidentale, dans de nombreux pays d’Europe et aux États-Unis, et on les retrouve depuis quelques mois dans les stratégies promotionnelles mises de l’avant dans les grands centres urbains québécois. Les codes QR, pour «Quick Response», ont la cote, et leur succès est probablement dû au fait qu’ils permettent l’établissement d’un lien presqu’instantané entre les univers physique et numérique, du moins pour les utilisateurs d’appareils mobiles munis d’une caméra et d’un accès Internet.

Afin d’illustrer la popularité des codes QR en Asie et l’impact éventuel de cette technologie sur nos vies, nous vous proposons la vidéo suivante, qui a circulé et joui d’une grande popularité dans les médias sociaux au cours des dernières semaines :

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
juin - 2011 23

Bibliomancienne-Facebook

Dimanche dernier, Bibliomancienne nous proposait une sélection de ressources en lien avec l’utilisation de Facebook par les bibliothèques.

Cette sélection, intitulée Facebook pour les bibliothèques et autres lieux de culture : les ressources essentielles, vous est présentée comme billet de la semaine parce qu’il s’agit d’un intéressant complément à la présentation sur le populaire réseau social donnée dans le cadre de la journée de formation à la médiation numérique dans les bibliothèques de Montréal, qui s’est tenue le mardi 21 juin.

Bonne lecture!

avr - 2011 28

Capture d'écran du billet What libraries are for?

Si nous n’avions qu’un seul billet à vous recommander cette semaine, ce serait What libraries are for?, écrit par Hugh McGuire et paru sur le blogue In the library with the lead pipe le 20 avril dernier.

Dans ce billet, l’auteur postule que lorsque le livre numérique deviendra le média dominant pour la lecture de divertissement, les bibliothèques communautaires et publiques, dont la principale fonction actuelle est de prêter gratuitement (ou presque gratuitement) des imprimés, feront face à une crise existentielle majeure. Afin de faire face à cette crise, McGuire avance que les bibliothèques devront modifier leurs moyens (pratiques et services) en fonction des raisons motivant leur existence plutôt que de se définir par ces moyens.

L’auteur rappelle que le développement de nos institutions actuelles s’est fait alors que l’information était relativement rare ou difficile à obtenir, et que les bibliothèques se sont définies par la fonction de base répondant aux besoins de cet écosystème informationnel, en assumant principalement un rôle de distribution de l’information.

Après avoir révisé les raisons motivant l’existence des bibliothèques, l’auteur discute des principaux changements à l’écosystème informationnel de l’ère du numérique, alors que l’information est de plus en plus abondante et accessible, et anticipe de quelle façon les bibliothèques devraient s’adapter à ces changements pour conserver leur pertinence.

***
Le billet sélectionné cette semaine vous a plu ou vous souhaitez réagir à cette recommandation? N’hésitez pas à le faire ci-dessous.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 21

Capture d'écran du billet What books will become?

Si nous n’avions à vous recommander la lecture d’un seul billet cette semaine, ce serait Que vont devenir les livres? , la traduction d’Hubert Guillaud du billet de Kevin Kelly What books will become?

Selon Kevin Kelly, dans le passé, les livres ont été définis par « toute chose imprimée entre deux couvertures ». Avec l’avènement du numérique, cependant, les livres se dissocient de leur forme physique pour laisser place à leur structure conceptuelle et à leurs textes « uni[s] par un thème en une expérience qui prend un certain temps ». Que devient le livre dans l’univers numérique, et notamment sur le Web, où l’on retrouve « des pièces diverses vaguement disjointes » et où l’attention a tendance à se dissoudre?

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
avr - 2011 08

Photo: A vacuum cleaner used as a hair-dryer

L’interface web de l’Espace B s’est offerte une beauté! Les principaux changements? Un look aux teintes plus claires, et quelques nouvelles fonctionnalités de navigation.

Les lecteurs profitent désormais dans l’en-tête de la page d’un menu de navigation horizontal mettant en valeur les catégories assignées aux divers contenus proposés sur le blogue : Info veilIe, Architecture et aménagement, Bibliothèques et société, Programmes et services, Recommandations, Technologies et Web.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2010 27

Avec cette médiagraphie inspirée des adaptations cinématographiques et télévisuelles des oeuvres de Stephen King, nous amorçons une nouvelle série de billets intitulée Des histoires en vidéo.

En abordant des auteurs et thématiques diverses, Des histoires en vidéo invitera périodiquement le lecteur de l’Espace B à la découverte des collections des Bibliothèques de Montréal en proposant des oeuvres cinématographiques ou télévisuelles inspirées ou ayant inspiré des livres qui se trouvent dans nos collections.

Le principe est simple. Pour figurer dans la médiagraphie, une histoire doit à la fois être proposée sous forme d’enregistrement vidéo et sous forme de livre. Un autre lien permet quant à lui de diriger le visiteur vers une liste de livres associés à l’histoire, qu’ils soient imprimés ou audio.

Les billets de la série Des histoires en vidéo ne constituent pas des inventaires exhaustifs du contenu des collections du réseau des Bibliothèques publiques de Montréal. Tous les lecteurs de l’Espace B sont d’ailleurs invités, par le biais des commentaires, à bonifier les médiagraphies proposées et à partager leurs coups-de-coeur autour des thèmes développés.


Stephen King et ses histoires portées à l’écran

Stephen King [photo]

Stephen King est un incontournable de la littérature contemporaine reconnu pour ses oeuvres de science-fiction, d’horreur et de fantastique.

En plus de ses récits et romans dont un grand nombre ont été portés à l’écran, l’auteur a notamment écrit un essai primé dans lequel, en plus de raconter certains moments de sa vie, il propose des conseils tirés de sa propre expérience sur l’art d’écrire. Cet essai, publié en français sous le titre Écriture : mémoire d’un métier, se trouve dans plusieurs des bibliothèques de Montréal.

Sur le Web, on retrouve de nombreux articles, pages et sites traitant de l’auteur et de ses oeuvres. Parmi nos favoris, mentionnons la page de l’auteur sur Wikipédia [fr], le profil qui lui est consacré sur IMDB.fr ainsi que la FAQ [en] de son site officiel, qui propose des informations de nature personnelle ou anecdotique, renseigne les lecteurs sur les projets futurs et démystifie les rumeurs.

Vous trouverez ci-dessous la liste des histoires de King portées à l’écran, dont vous pouvez à la fois trouver le récit et l’adaptation vidéo dans vos bibliothèques :

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
jan - 2010 13

En 2006, Laura Cohen, bibliothécaire de Copenhague, proposait sur YouTube un manifeste du bibliothécaire 2.0. Ce petit vidéo, composé de sons, d’images et de textes, énonce en 17 phrases l’attitude et les actions que devraient adopter un bibliothécaire 2.0. Les textes étant en anglais, je vous en propose ici une traduction libre :

1. Je reconnaîtrai que l’univers de la culture de l’information change rapidement et que les bibliothèques doivent répondre positivement à ces changements afin de fournir des ressources et des services dont les usagers ont besoin et qu’ils désirent.

2. Je m’éduquerai à propos de la culture de l’information de mes usagers et chercherai le moyen d’intégrer ce que j’ai appris aux services de la bibliothèque.

3. Je ne serai pas défensif à propos de ma bibliothèque, mais je regarderai clairement sa situation et ferai une évaluation honnête de ce qui pourrait être accompli.

Poursuivre la lecture »

nov - 2009 08

congresLe Premier Congrès des milieux documentaires du Québec, Investir le monde numérique, se tiendra du 11 au 14 novembre 2009. L’événement, auquel plusieurs collègues et moi-même assisterons, promet maintes réflexions et sujets d’intérêt qui seront relayés via l’Espace B au cours des prochains jours.

D’ici là, j’ai pensé partager avec vous un blogue coup-de-coeur : Le carnet Web de La Grange de Karl Dubost. Là, poésie, technologies et arts s’entremêlent sur un ton personnel et intimiste depuis fort longtemps, au point où son auteur se considère lui-même comme un dino-blogueur.
Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
oct - 2009 05

La popularité des médias sociaux et des nouveaux outils de diffusion et de partage de ressources croît, les habitudes de consommation informationnelle des gens varie, et notre cadre de responsabilités en tant que professionnels de l’information tend à s’étendre au-delà du lieu physique, dans un univers virtuel dont les limites sont difficiles à circonscrire.

S’il est possible de modifier ses habitudes de travail pour mettre à profit les ressources de l’écosystème numérique afin de faciliter les activités bibliothéconomiques et améliorer l’offre de services au public, ce n’est toutefois pas chose facile. Malgré l’enthousiasme et la bonne volonté, et parce qu’il est difficilement possible dans le cadre de mon emploi d’y consacrer tout le temps requis, j’avoue me sentir parfois dépassée par la diversité des outils disponibles et le temps qu’implique (ou impliquerait) l’apprivoisement et l’appropriation de chacun.

Poursuivre la lecture »

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :
sept - 2009 03

« Contrairement à la croyance populaire, les jeunes écrivent de nos jours davantage qu’aucune autre génération avant eux. Cela serait dû, selon Andrea Lunsford (professeur d’écriture et de rhétorique à la Stanford University rapportée par Clive Thompson) à leurs activités de socialisation en ligne qui impliquent presque toujours du texte.

Selon Lunsford, l’écriture en ligne, conversationnelle et publique, serait beaucoup plus proche de la tradition grecque de l’argumentaire que les lettres et essais enseignés il y a 50 ans. […] »

À lire en anglais via Wired.

Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :