juin 05
Le grand escalier face au boisé.

Le grand escalier face au boisé.

Jeudi 23 mai, la nouvelle bibliothèque de Pierrefonds, agrandie et embellie, ouvrait ses portes au public. Celui-ci était au rendez-vous, foulant le tapis rouge, impatient, puis saisi  d’admiration devant le nouveau bâtiment signé par la firme Chevalier Morales Architectes.

Fidèles à leur esthétique, le bâtiment est tout en blanc et en vitres. Les visiteurs pénètrent dans un grand hall où les attendent le café d’un côté et le comptoir d’information de l’autre. Les architectes n’ont pas été avares de volumes ; pour preuve, on retrouve, accroché au plafond un anneau qui permet d’accueillir des prestations de cirque. La nouvelle bibliothèque s’anime en rendant la totalité des espaces accessibles et vivants.

Le café est grand, de nombreuses tables et chaises y attendent les visiteurs. À la belle saison, ce mobilier envahit la terrasse extérieure et la cour intérieure qui marque le centre du bâtiment.

Derrière le café, un peu en retrait, se trouve le fab lab. Imprimantes 3D, découpe laser, LEGO Mindstorm y côtoient  d’autres outils électroniques.

Dans son prolongement, ce sont les modules du réseau d’échange, ou “placotteuses”, ces sortes de cocons où l’on s’assoit à deux, face à face, pour discuter, lire, travailler, créant ainsi un espace intime dans l’espace ouvert de la bibliothèque. Un peu plus loin, la salle multifonctionnelle permet de présenter des spectacles, des films, des concerts.

Face à l’escalier monumental  en X, les “pop up shops” présentent la collection audiovisuelle adulte, incluant plusieurs dizaines de vinyles.

Au rez-de-chaussée, les enfants sont à l’honneur, des tout-petits jusqu’à ceux qui frôlent l’adolescence. Les attendent fauteuils, coussins, jouets, tables sérieuses, et bien évidemment une collection très étoffée. Les documentaires y ont été regroupés en grandes thématiques, une organisation que l’on retrouve également dans la collection adulte. Ces thématiques s’inscrivent sur le bout des rayonnages, en couleur cette fois. Dans cet espace ludique autant que de lecture, on trouve au sol les prémices d’un jeu de l’oie grandeur nature qui nous invite au jeu. Une salle d’animation permet d’accueillir des groupes scolaires et d’offrir des activités aux familles. Un escalier en bois à la fois gradin et agora, de format presque miniature annonce celui majestueux qui nous permet de passer à l’étage des adultes.

Ces marches font face à un boisé qui fait croire au visiteur assis qu’il n’est plus tout à fait à l’intérieur de la bibliothèque, mais pas tout à fait dehors. On retrouve cette idée du passage, de la transparence, entre l’extérieur et l’intérieur, comme dans la petite cour du rez-de-chaussée. Le tableau qui s’offre au visiteur changera avec les saisons, apportant dans la bibliothèque la couleur qui s’y fait discrète ou l’hiver, confirmant la blancheur apaisante de la neige.

L’étage est dédié aux adultes, immense, et l’on s’y perdrait presque en déambulant au milieu des rayonnages. La collection de documents est vaste. Romans, documentaires, bandes dessinées, sont offerts en anglais et en français, respectant ainsi le statut unique d’arrondissement bilingue à Montréal.

Deux salles de travail de groupe, une autre consacrée au travail individuel silencieux et une salle de formation sont des espaces studieux qui s’offrent aux visiteurs, ainsi qu’aux employés de la bibliothèque. La salle de généalogie et le salon des périodiques appellent au  calme et à la sérénité, valeurs toujours présentes au sein des bibliothèques troisième lieu.

En se rendant dans l’espace ado, le visiteur passe devant un mur vert, extension du fab lab en médialab, fait pour la vidéo et les effets spéciaux.

Après la salle dédiée aux  jeux vidéo ou de société ou aux murs vitrés, l’espace ado s’offre dans un prolongement créant ainsi une rupture avec le reste de l’espace des adulte. Une petite scène est là, appelant à des représentations spontanées ou plus organisées. D’étranges dômes suspendus, comme des casques audio surdimensionnés, offrent la possibilité d’écouter de la musique en y connectant son téléphone.

Le dernier espace à explorer est la terrasse sur le toit. Spacieuse et équipée de mobilier invitant à y rester, elle offre un regard plongeant sur la petite cour intérieure et le hall de la bibliothèque.

La bibliothèque de Pierrefonds s’inscrit dans cette nouvelle esthétique où ce sont les documents et les visiteurs qui apportent mouvements et couleurs. Les différents espaces s’articulent de manière logique. Les activités vivantes et le bruit au centre et au rez-de-chaussée, les zones calmes et silencieuses dans les profondeurs du bâtiments.

L’impression qui s’en dégage est celle d’une bibliothèque qui répond aux besoins de tous ses usagers, leur offrant de multiples façons de s’asseoir, lire, travailler, déambuler, créer, et finalement, le sentiment de faire partie d’une communauté.

Toutes les photos sont de Lëa-Kim Châteauneuf, CC BY-SA 4.0


Partager cet article sur Partager sur Facebook Partager sur Twitter Delicious


Ajouter un commentaire