nov 25

En septembre dernier (6-9), les réunions du Sous-comité 8 de l’ISO (Organisation internationale de normalisation) sur la qualité des services documentaires (statistiques et l’évaluation de la performance) se tenaient à Helsinki en Finlande. J’ai participé à ces réunions en tant que Délégué du Canada auprès de quatre groupes de travail sur les normes concernant les statistiques, les mesures de performance, les indicateurs pertinents à l’évaluation des espaces pour les constructions et rénovations de bibliothèque et les mesures d’impact et d’outcome des services de bibliothèques.

Dans le cadre des travaux de normalisation et de planification du Plan de consolidation du réseau des bibliothèques de Montréal, nous manifestons beaucoup d’intérêt en regard de l’aménagement plus fonctionnels pour les services à la clientèle. Également, nous sommes préoccupés par les activités de médiation en bibliothèques et hors les murs (outreach), ainsi que les services pouvant davantage favoriser l’inclusion sociale.

La Bibliothèque municipale de Helsinki a certes une expérience reconnue à ce chapitre et une expertise et une approche innovatrice ayant fait école auprès du milieu dans ce domaine depuis de nombreuse années. D’ailleurs, c’est dans cet esprit que j’ai eu l’opportunité de visiter avant mes réunions une bibliothèque spécialisée en musique, la Library 10, un service d’information et de soutien aux petites entreprises, le Meeting Point et la bibliothèque centrale du réseau de bibliothèques de Helsinki.

En plus, j’ai eu l’occasion d’échanger avec les membres de la Direction attitrés à la planification et à l’évaluation des services. Nous avons cru opportun de profiter de ces visites et entrevues pour inviter à Montréal la Directrice de la Helsinki city Library. Madame Maija Berndtson a accepté de faire une présentation sur leurs initiatives dans ces domaines au cours du Forum des Bibliothèques de Montréal le 2 décembre prochain.

Au cours de la même semaine, j’ai eu également la chance  de visiter la bibliothèque centrale de la municipalité de Turku, 2e ville en importance  en Finlande, localisée en bordure de la mer Baltique.

Avant la tenue prochaine  du Congrès des milieux documentaires et du Forum du réseau des bibliothèques de Montréal, j’ai voulu partager avec vous tous quelques photos des endroits visités.


Partager cet article sur Partager sur Facebook Partager sur Twitter Delicious
Mot(s)-clé(s) associé(s) à cet article :


3 commentaires pour “Visite de bibliothèques finlandaises”

  1. Marie Désilets a dit :

    Merci de partager Pierre! C’est inspirant!

  2. Pierre Meunier a dit :

    À la suite de certaines questions reçues, j’aimerais vous apporter queques précisions et partager certaines informations complémentaires à mes visites et rencontres en Finlande.

    On m’a demandé si j’avais eu l’occasion de visiter la bibliothèque de la municipalité de Espoo en banlieue de Helsinki. Malheureusement, faute de temps il m’a été impossible de visiter des bibliothèques des villes de la région métropolitaine de Helsinki.

    Cependant, lorsque j’ai discuté avec les collègues de la Direction de la bibliothèque de Helsinki, nous avpons eu l’occasion de parler à quelques reprises de la ville de Espoo. Entre autres, il est surprenant d’apprendre que la bibliothèque d’Espoo a un taux de pénétration plus élevé que celui de Helsinki. En fait, on croit que le réseau de la bibliothèque de Helsinki est localisé plus dans une région touristique et culturelle et même universitaire tandis que la ville d’Espoo est davantage une municipalité où habitent des professionnels de classe moyenne et la ville est même un peu plus industrielle, ce qui expliquerait une plus grande fréquentation et un plus grand nombre d’inscriptions. On retrouve également la même situation et même avec une plus grande amplitude avec la ville industrielle et ouvrère de Tampere au nord de Helsinki.

    Il est important de souligner que le réseau de la bibliothèque de Helsinki et celui de la municipalité de Espoo et de deux autres villes de banlieues (Kauniainen et Vantaa) desservant une population un peu inférieure à celle de Montréal partagent leurs bases de données catalographiques puisqu’elles disposesnt du même système de gestion documentaire. Cependant ces villes relèvent d’administrations distinctes.

    Ce programme de coopération existe depuis le début des années 1970. Il s’agit du réseau unifié HelMet (www.helmet.fi).

    De plus, il est certes intéressant de mentionner qu’il existe des normes. Une approche assez originale, des objectifs d’output font l’objet de normes comme le taux de prêt per capita fixé à 18. Malheureusement, les normes ne sont pas traduites en anglais. Ces normes sont sous l’autorité du Ministère de l’éducation et de la culture et non d’associations. Elles font également l’objet d’observations et d’une révision régulière de la part du Council for Public Libraries. Ce conseil est présidé par la Directrice de la bibliothèque de Tampere. Le Ministère siège également à ce comité. La secrétaire du Comité est une représentante de la bibliothèque centrale de Helsinki.

    Ce même conseil est chargé de produire et d’actualiser un plan stratégique. Ce plan s’appuie sur des objectifs stratégiques . Des facteurs critiques de succès sont identifiés pour chacune des stratégies retenues. En plus, le plan stratégique fait l’objet d’une mise en œuvre de mesures de performance. La dernière planification est celle en cours, soit 2011-2016. Plusieurs des objectifs retenus sont similaires à ceux du réseau de Montréal. Trois axes sont proposés : la bibliothèque comme lieu d’inspiration et d’innovation, la bibliothèque comme lieu de découvertes surprenantes et la bibliothèque comme lieu d’entrepreneurship et de mise en valeur ou en marché des activités d’apprentissage et de développement d’habilités. La Bibliothèque de Helsinki (Palisa public library – bibliothèque centrale de Helsinki) est très impliquée dans les travaux du Council for Public Libraries.

    À titre de complément on peut retrouver des statistiques sur les bibliothèques finlandaises au site suivant : http://tilastot.kirjastot.fi/en-GB/ Il est important de souligner que la bibliothèque Pasila (bibliothèque centrale de Helsinki) a la responsabilité de recueillir et de compiler les statistiques des bibliothèques publiques pour le Ministère de l’Éducation et de la culture de la Finlande.

    La municipalité de Espoo est la 2e municipalité en importance en regard de la population. Toutefois, Turku, comme ville historique et culturelle, également universitaire demeure certes la seconde ville en importance. Turku aurait pu être aujourd’hui la capitale de la Finlande, les événements historiques avec la Russie ont eu pour impact de considérer plutôt Helsinki comme capitale.

    Pierre Meunier
    29 novembre 2011

  3. Laetitia a dit :

    Merci pour toutes ces précisions.
    Cela ne m’étonne pas que la bibliothèque d’Espoo soit en effet plus fréquentée. Toutes les raisons que vous évoquez sont justes.
    Ce qui m’a le plus impressionnée à cette bibliothèque, c’est qu’elle se trouve dans un centre commercial, qu’elle est très fréquentée, et que – comme les autres bibliothèques, et d’ailleurs comme tout en Finlande – elle est très informatisée, automatisée. Bref, une vraie bibliothèque du futur, tout en gardant la chaleur des livres et des lieux.
    La Finlande est très impressionnante pour cela.
    La bibliothèque universitaire d’Helsinki est aussi magnifique.
    J’ai eu la chance de visiter tout cela avec mon frère qui vit là-bas et qui est guide touristique…
    Si jamais vous avez besoin d’un traducteur pour vos documents, demandez-moi !
    Bonne journée !